Sans répit : résistance pour la vie et le territoire face au Covid et à la pandémie minière

Manifestation contre l’exploitation minière devant le ministère de l’Environnement de l’Équateur Pendant la pandémie, des compagnies minières canadiennes ont menacé le territoire des indigènes Shuar Arutam en Amazonie équatorienne (© PSHA)

25 mai 2022

Un nouveau rapport réalisé par la Coalition contre la pandémie minière (Amérique latine) documente la croissance effrénée des activités extractives pendant la pandémie. Les communautés et peuples d’Amérique du Sud ont ainsi du continuer à monter la garde, tout en prenant des mesures pour se protéger du Covid.

Le rapport "Pas de trêve : résistance pour la vie et le territoire face au Covid et à la pandémie minière", publié en anglais et en espagnol, se base sur des études de cas de neuf pays d’Amérique latine (Mexique, Honduras, Panama, Colombie, Equateur, Pérou, Brésil, Chili et Argentine). Il examine la manière dont les gouvernements et les compagnies minières ont profité de la longue pandémie de Covid pour promouvoir une expansion minière agressive, la présentant comme "essentielle " à la relance économique et à la transition énergétique. Dans le même temps, il documente les réponses et la résilience des populations touchées, dont les conditions sont encore plus défavorables qu’avant la pandémie, et souligne les véritables éléments essentiels que sont les soins mutuels, l’organisation communautaire, la terre, l’eau et une alimentation saine.

Les recherches effectuées mettent en évidence le fait que le secteur minier, en particulier l’exploitation des métaux, a connu un boom économique, alors que les communautés et les peuples subissent toujours les conséquences de multiples crises interdépendantes : socio-économiques, sanitaires, environnementales, et la violence qui leur est associée. Le prix élevé des minerais, la menace d’interruption des chaînes d’approvisionnement en matières premières, la transition énergétique, en plus des politiques extractivistes et le colonialisme exercé depuis l’étranger, ont servi d’impulsion à une plus grande spéculation et à l’expansion du secteur au cours de cette période. Ensemble, ces processus ont renforcé la répression, la violence et le contrôle social des gouvernements et des entreprises sur les populations. 

Malgré les nombreuses menaces qu’il décrit, le rapport se conclut sur l’importante résistance au modèle extractiviste qui a persisté malgré le contexte de violence et de catastrophe climatique et écologique. Pour les communautés et les personnes qui se trouvent en première ligne contre l’exploitation minière, l’expérience vécue au cours des deux dernières années a renforcé l’importance de continuer la lutte pour leur territoire, l’eau, l’air pur et leurs moyens de subsistance. En résumé, il n’est pas possible de "rester à la maison" alors que tout est menacé.

Télécharger le rapport : en anglais - en espagnol 
Informations supplémentaires et citations : en anglais - en espagnol 

La Coalition contre la pandémie minière (Coalition Against the Mining Pandemic) est un groupe d’organisations, de réseaux et d’initiatives de justice environnementale d’Amérique du Nord, d’Europe, d’Asie-Pacifique, d’Afrique et d’Amérique latine qui travaillent en solidarité mondiale avec les communautés, les peuples autochtones et les travailleurs pour répondre aux abus miniers liés à la pandémie de Covid.

Ce rapport s’inscrit dans le cadre d’une collaboration au niveau mondial, qui comprend des études de cas élaborées en partenariat avec des communautés et des groupes de base dans 23 pays. Début juin 2022, la Coalition publiera des rapports basés sur des analyses parallèles en Asie, en Afrique, en Europe et en Amérique du Nord.

Sauvons la forêt fait partie de la Coalition depuis février 2021, soutient le groupe régional d’Amérique latine et participe aux recherches.