Des microplastiques retrouvés dans l’eau vendue en bouteille

Une jeune fille en train de boire de l’eau dans une bouteille en plastique jetable PET L’eau embouteillée dans du plastique n’est pas forcément saine (© Kerkez / istockphoto.com)

27 mars 2018

Les emballages en plastique seraient hygiéniques et sans danger pour la santé selon l’industrie agroalimentaire. Une étude remet en question ces propos : de minuscules particules de plastique ont été retrouvées dans l’eau en bouteille vendue par des groupes tels que Coca Cola, Danone, Nestlé et Pepsi.

Des journalistes de l‘organisation américaine Orb Media ont acheté plus de 250 bouteilles d’eau en PET vendues par 11 marques connues à travers le monde et les ont faites analyser dans le laboratoire de l’Université d’Etat de New York afin d’étudier leur teneur en microplastiques. Le constat est sans appel : toutes les marques vendent de l’eau contenant des microplastiques. Les taux de concentration varient fortement d'une bouteille à l’autre. Certaines bouteilles ne présentaient aucune trace de microplastique, tandis que d’autres contenaient des dizaines, des centaines voire même des milliers de microparticules.

Des quantités de microplastique particulièrement élevées ont été détectées chez les marques Aquafina (Nestlé), Aqua (Danone) et Gerolsteiner (Gerolsteiner Brunnen). La contamination provient manifestement des bouteilles en PET, dans lesquelles l’eau est conditionnée.

Les fabricants confirment en partie la présence de microplastiques, tout en affirmant que les valeurs mesurées par leurs services qualité sont beaucoup moins élevées.

L’eau en bouteille est un énorme business qui rapporte aux groupes agrolimentaires environ 120 milliards d’euros par an.

Au début de l’année, des chercheurs de Münster avaient déjà détecté la présence de microplastiques dans des bouteilles d’eau minérale en Allemagne, sans toutefois préciser le nom des 22 marques analysées. Les bouteilles en PET consignées présentent la teneur la plus élevée en microplastiques. Elle est nettement supérieure à celle des bouteilles en PET non consignées.

La plupart des particules trouvées dans les bouteilles en PET consignées ont été identifiées comme étant du polytéréphtalate d'éthylène (PET, 84 %) et des polypropylènes (PP, 7 %). Les bouteilles consignées sont fabriquées en PET et les bouchons en PP. L’eau minérale conditionnée dans des bouteilles en verre n’est pas exempte non plus d’impuretés plastiques, qui sont apparemment générées lors du processus de fabrication.

Les responsables politiques et les autorités semblent tout ignorer de ce phénomène, chose d’autant plus étonnante pour une denrée aussi vitale que l’eau. La porte-parole de la sécurité alimentaire de la Commission européenne a expliqué à Orb Media qu’il n’existait aucune ordonnance directe pour le microplastique contenu dans les bouteilles d’eau. Les lois exigent seulement que l’eau soit exempte de toute impureté.

Que se passe-t-il dans les faits ? Lorsque nous buvons de l’eau en bouteille, des particules microplastiques pénètrent inéluctablement dans notre appareil digestif. Aucune recherche approfondie n’a permis de définir clairement ce que les polymères plastiques provoquent dans notre corps et quels impacts ils ont sur notre santé.

Dans son article, Orb Media explique que la distance parcourue par ces corps étrangers dans notre organisme dépend de leur taille : des particules inférieures à 150 microns peuvent être assimilées par le tissu lymphatique. Des particules inférieures à 110 microns peuvent s'introduire dans les veines qui véhiculent le sang du tube digestif au foie et au pancréas. Des particules inférieures à 20 microns peuvent s'introduire dans les tissus d’organes tels que le foie et les reins. 95 % des particules plastiques détectées dans l’eau mesuraient entre 6,5 à 100 microns.

Conclusion : il faut interdire le plus rapidement possible les emballages plastiques, y compris les bouteilles en PET. Il est également préférable de boire de l’eau du robinet, plus économique et de meilleure qualité.

 

Sources et informations supplémentaires