La Sierra Leone abandonne son grand projet inutile d’aéroport

Vue aérienne d'un village au milieu de la forêt équatoriale en Sierra Leone La Sierra Leone est l’un des pays les plus pauvres de la planète (© CC0 Public Domain)

27 nov. 2018

Grande nouvelle pour la nature de la Sierra Leone : le pays d’Afrique de l’Ouest abandonne le projet de construction d’un nouvel aéroport. La Chine voulait financer et réaliser l’infrastructure dans le cadre de son initiative mondiale de « Nouvelle route de la Soie ». L’aéroport comportait de grands risques écologiques.

Le ministre des Transports sierra-léonais, Kabineh Kallon, a écrit dans une lettre : « Le gouvernement est d’avis qu’il n’est pas rentable de poursuivre la construction du nouvel aéroport alors que l’aéroport actuel est largement sous-utilisé ».

Le projet aurait été financé par un prêt chinois de 400 millions de dollars, que la Sierra Leone n’aurait pas pu rembourser selon le gouvernement. Le nouvel aéroport aurait impliqué la construction d’une nouvelle ville et d’une zone économique spéciale. Au lieu de céder à la pression chinoise, de s’endetter et de construire un « grand projet inutile », le gouvernement veut rénover l’aéroport existant.

Également connue sous le nom de « Nouvelle route de la Soie », l’initiative chinoise « One Belt, One Road », dont le coût est estimé à 8.000 milliards de dollars, est de loin le plus grand projet d’infrastructures de l’histoire. Elle met en danger certains des écosystèmes les plus riches de la planète ainsi que de nombreuses espèces végétales et animales menacées. Parmi elles figure l’orang-outan de Tapanuli, une espèce à part entière récemment découverte, qui est le grand singe le plus rare et le plus menacé. Un projet de barrage financé par la Chine menace son habitat dans la forêt de Batang Toru, la dernière forêt vierge de la province nord de Sumatra, en Indonésie. 

Sauvons la forêt a lancé une pétition contre la destruction de l’habitat des orangs-outans à Sumatra. Il vous est toujours possible de la signer.