Pour la paix et le climat, économisons l’énergie !

Économiser l’énergie pour la paix & le climat : JE PARTICIPE ! Économiser l’énergie pour la paix & le climat : Je participe ! (© Rettet den Regenwald)

L’effroyable guerre en Ukraine apporte une raison de plus de baisser notre consommation excessive de gaz, de pétrole et de charbon. Épargner l’environnement, le climat et les vies humaines passe par économiser l’énergie, de manière collective et individuelle. Vous le faites déjà ou souhaitez sauter le pas ? Participez à notre action !

Appel

“Je m’engage (de continuer) à limiter ma consommation d’énergie, pour l’environnement, pour le climat et pour la paix.”

Afficher la lettre de pétition

La guerre en Ukraine est un choc et nos premières pensées vont à ses victimes. Elle nous rappelle à quel point nous importons massivement du gaz de Russie.

Cette tragédie apporte une raison supplémentaire de baisser notre consommation excessive de gaz, de pétrole et de charbon. Épargner l’environnement, le climat et les vies humaines passe par économiser l’énergie, de manière collective et individuelle.

Action participative 

Il existe plusieurs mesures simples, chez soi et dans sa mobilité, pour réduire immédiatement sa consommation d’énergie : baisser le chauffage, restreindre ou abandonner l’utilisation d’appareils énergivores, marcher, organiser sa vie quotidienne le plus localement possible, etc. Beaucoup d’entre nous mettent déjà en œuvre tout ou partie de ces mesures. 

Nous lançons aujourd’hui une action participative exceptionnelle dont le but est de s’engager personnellement et d’inciter notre entourage à économiser l’énergie.

Qui peut participer ?

L’action participative est ouverte à tout le monde : à celles et ceux dont la décroissance et la sobriété énergétique se vivent déjà au quotidien, à celles et ceux dont la situation les incite à sauter le pas. Pour participer :

  • montrez votre engagement, en remplissant le formulaire et en appuyant sur le bouton "Je participe".
  • partagez votre engagement, en utilisant les boutons de diffusion sur les réseaux sociaux ou pour envoyer un courriel à votre entourage. Vous pouvez également contacter au moins 5 de vos proches par exemple.

Contexte

Malgré les progrès opérés dans le développement des énergies renouvelables, les pays de l’UE restent très dépendants du gaz naturel, du pétrole et du charbon. Ainsi, dans le mix européen de 2020, les énergies renouvelables représentaient seulement 22,1 % contre 71,9 % pour les énergies fossiles et le nucléaire.

La Russie joue un rôle important dans l’approvisionnement énergétique de l’Europe puisqu’elle représente 47 % du charbon, 41 % du gaz naturel et 27 % du pétrole importés dans l’UE. L’année dernière, le pays a encaissé 99 milliards d’euros des pays européens, principalement son gaz et son pétrole.

Malgré la guerre et les menaces de Vladimir Poutine de recourir à l’arme nucléaire, les importations d’énergie en provenance de Russie doivent se poursuivre pour l’instant. L’UE et les gouvernements des États membres cherchent actuellement des alternatives, également pour le cas où la Russie interromprait ses livraisons.

Mais les alternatives immédiates, à savoir le gaz de schiste ou liquéfié des États-Unis et du Qatar, davantage de pétrole de pays comme la Libye ou le Kazakhstan ou de charbon d’Australie et de Colombie, ne sont pas une solution pour les habitant·e·s des régions d’extraction, l’environnement et le climat mondial.

Notre énorme consommation d’énergie est également très injuste pour les populations du Sud. Selon les données de l’UE et de l'ONU, la consommation annuelle d’énergie par habitant dans l’UE (126 gigajoules) est bien supérieure à la moyenne mondiale (78 Gj) et représente environ quatre fois celle de l’Inde (29 Gj) et cinq fois celle de l’Afrique (26 Gj).

Fin février, le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) a présenté son dernier rapport : le changement climatique, causé principalement par la combustion d’énergies fossiles, constitue une menace grave et croissante pour l’humanité et la nature. Selon les chercheurs, il est encore possible d’éviter le pire.

Lettre

Je m’engage, pour l’environnement, le climat et la paix !

Économiser l’énergie est, à bien des égards, la solution la plus efficace, la plus respectueuse de l’environnement et du climat et la plus rapide à mettre en œuvre.

Chacun d’entre nous peut se demander s’il est possible de consommer moins d’énergie. Cela serait-il une limitation inacceptable ou pourrait-il peut-être même aboutir à un gain de qualité de vie ?

Quelques mesures simples pour réduire immédiatement notre consommation d’énergie :

À LA MAISON
- Baisser le chauffage. Selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), la température ambiante moyenne en Europe est supérieure à 22 degrés. Si nous réduisons la température de 2 degrés, nous pouvons économiser environ 12 % d’énergie. (1)
- Ne pas chauffer les pièces d’habitation inutilisées (les protéger uniquement du gel).
- Réduire la consommation d’électricité : éteindre les appareils électriques au lieu de les mettre en veille ; faire fonctionner les appareils en mode économie d’énergie.
- Remettre en question l’utilisation d’appareils énergivores, comme le congélateur, le sèche-linge, etc. Les éteindre si possible.
- Prendre une douche plutôt qu’un bain. Il est également possible d’économiser beaucoup d’énergie en baissant la température de l’eau.

MOBILITÉ
- Renoncer aux déplacements inutiles, en organisant la vie quotidienne le plus localement possible : privilégiez les commerces, les équipements de santé, d’éducation ou de sport qui se trouvent à proximité.
- Marcher, prendre le vélo ou les transports en commun autant que possible, utiliser des voitures en autopartage.
- Se demander s’il est absolument nécessaire de voyager loin en vacances ou de prendre un avion pour partir en week-end.
Soutenez notre appel pour l’économie d’énergie !


(1) Agence internationale de l’énergie (2022). A 10-Point Plan to Reduce the European Union’s Reliance on Russian Natural Gas : https://www.iea.org/reports/a-10-point-plan-to-reduce-the-european-unions-reliance-on-russian-natural-gas

Cette pétition est également disponible en :

10 329 signatures

Aidez-nous à atteindre les 50 000 signatures :

Dernières activités