URGENT : aidons les abeilles contre l’industrie des pesticides

Les néonicotinoïdes sont une menace pour les abeilles (© Flickr/phgaillard2001 - CC BY-SA 2.0)
208 439 signatures

Fin de l'action : 14 oct. 2015

Les abeilles meurent en masse, partout dans le monde. Face à l’effondrement de leurs colonies, l’UE a décidé d’interdire plusieurs pesticides. Mais les groupes chimiques produisant ces substances hautement toxiques - Bayer, BASF et Syngenta - nient toute responsabilité et portent plainte contre l’UE. Scandaleux !

Lettre

Aux dirigeants de BASF, Bayer et Syngenta

Aidons les abeilles contre l’industrie chimique ! BASF, Bayer et Syngenta doivent accepter l’interdiction de leurs pesticides hautement toxiques par l'UE.

Afficher la lettre de pétition

Les abeilles butinent les fleurs, inlassablement. Leur zèle a une valeur inestimable pour l’homme et la pour nature car, en plus de fabriquer du miel, elles assurent quotidiennement la pollinisation de milliards de fleurs… Sans les abeilles, un tiers de nos cultures vivrières n’existeraient pas.

Aujourd’hui, la survie des abeilles est en jeu, en témoigne l’effondrement de leurs colonies, qu’elles soient domestiques ou sauvages. Les causes : les parasites, le déplacement massif de ruchers, l’agriculture industrielle intensive avec ses monocultures et ses pesticides.

Un groupe particulier d’insecticides a depuis longtemps été relié à la mort des abeilles : les néonicotinoïdes. Ses substances neurotoxiques sont utilisées par l’industrie agroalimentaire pour traiter les semences de maïs, de blé et de colza. Ses effets sont potentiellement mortels, et pas seulement pour les abeilles…

L'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a procédé à une évaluation des néonicotinoïdes et du fipronil, concluant sur leur « risque aigu élevé pour les abeilles ». En décembre 2013, l'UE a imposé une suspension de deux ans des pesticides de Bayer et de Syngenta et restreint drastiquement l'utilisation du Fipronil de BASF.

>>> Suite

Problème, les néonicotinoïdes rapportent deux milliards d’euros par an et les groupes chimiques ne veulent pas renoncer à leurs profits. Bayer, BASF et Syngenta ont ainsi déposé plusieurs plaintes contre l’UE pour faire annuler l’interdiction visant leurs poisons tout en communicant auprès du grand public sur leur volonté de sauver les abeilles…

Ce à quoi ressemblerait un monde sans abeilles s’observe déjà dans certaines région de la Chine où les humains pollinisent les vergers à la main.

Mobilisons-nous pour les abeilles en écrivant aux industriels des pesticides.

Contexte


Disparition des abeilles dans la vallée du Rhin

Les néonicotinoïdes sont soupçonnés depuis plusieurs années de provoquer l'effondrement des colonies d'abeilles. Ce groupe de pesticides contient des substances actives comme la clothianidine, l’imidaclopride et le thiaméthoxame.

En avril 2008, la vallée du Rhin fut le théâtre de la disparition massive et subite des abeilles : 11.000 colonies décimées ou tuées. Cette tragédie a été reliée à la clothianidine, substance active du Poncho de Bayer, ainsi qu’à d’autres pesticides utilisés pour le traitement des semences de maïs. La disparition des abeilles avait coïncidé avec le début de l’ensemencement de graines traitées à cet insecticide. Dans l’urgence, le gouvernement allemand avait interdit huit produits phytosanitaires agricoles et le traitement des semences de maïs à la clothianidine, l’imidaclopride et au thiaméthoxame.



Effets des pesticides sur les abeilles et autres pollinisateurs

Au maximum un cinquième des produits de traitements pour semences est absorbé par les plantes. Lors des semis, une partie du poison est répandue dans l’air mais la plus grande quantité infecte les sols. En outre, les produits chimiques sont très persistants et s'accumulent de ce fait dans l'environnement. Les recherches sur la manière dont ces produits chimiques hautement toxiques se dispersent dans la nature ainsi que leur impact sur l’environnement sont insuffisantes.

Les néonicotinoïdes sont dévastateurs pour les abeilles. Les doses létales d'imidaclopride et de clothianidine étant extrêmement faibles (5 et 4 nanogrammes respectivement par individu), il est particulièrement ardu de documenter l'intoxication des abeilles par ces substances chimiques dans la pratique.

Outre les pesticides, d’autres facteurs peuvent expliquer la mortalité des abeilles : la pollution de l’air,  les parasites comme le Varroa (Varroa destructor), la réduction du nombre de plantes à fleurs, le déplacement massif des ruches, l’extension des monocultures qui amenuise la diversité de la flore nécessaire aux abeilles…



L’industrie de la chimie

Les groupes chimiques BASF, Bayer et Syngenta sont de grandes multinationales qui s’efforcent d’obtenir le contrôle total de la production alimentaire industrialisée. Pour ce faire, ils commercialisent non seulement des pesticides mais aussi des semences qui vont avec. Ou inversement.

BASF : 79 milliards d’euros de chiffre d'affaires et 9 milliards d’euros de bénéfice net en 2012. Siège social à Ludwigshafen (Allemagne).

BAYER : 40 milliards d’euros de chiffre d'affaire et 2,4 milliards d’euros de bénéfice net en 2012. Siège social à Leverkusen (Allemagne).

SYNGENTA : 11 milliards d’euros de chiffre d'affaire et 1,5 milliard d’euros de bénéfice net en 2012. Siège social à Bâle (Suisse).




Informations supplémentaires

EFSA
• Dossier de l’Autorité européenne de sécurité des aliments  EFSA - Santé des abeilles
• Communiqué de presse  L’EFSA identifie les risques associés aux néonicotinoïdes pour les abeilles
• Communiqué de presse  L’EFSA évalue les risques du fipronil pour les abeilles

Lobbying et campagnes de communication de BASF, Bayer et Syngenta
• Rapport des Amis de la Terre  Ils nous emmièlent ! - Néonicotinoïdes et mort des abeilles : « Comment désinformer le public pour protéger ses profits » en 7 points
• Étude de Greenpeace  Corporate Science Fiction - A critical assessment of a Bayer and Syngenta funded HFFA report on neonicotinoid pesticides
• Article de la Fédération IWE  Les néonicotinoïdes nocifs pour les abeilles et... les nerfs de Bayer et Syngenta ! (Lobbying offensif : mode d’emploi.)

Médias
• Article de Sciences et Avenir  Abeilles : Syngenta et Bayer contre-attaquent
• Article d’Euractiv  Syngenta et Bayer contestent l'interdiction de pesticides devant la justice
• Article du Monde  Pesticides : un risque enfin admis pour les abeilles
• Article de la Fédération IWE  Néonicotinoïdes, serial killers !
• Article du Devoir  L’Europe en sérieux manque d’abeilles (Il manque sept milliards d’insectes pour polliniser les champs)
• Article de l’Association apicole allemande  Disparition des abeilles en Allemagne
• Article du Monde Les ruches de l'est de la France se dépeuplent de façon inquiétante
• Livre de Fabrice Nicolino et François Veillerette  Pesticides - Révélations sur un scandale français
• Blog Planète sans visa  Comment le gouvernement s’assoit sur le ventre des abeilles
• Film de Markus Imhoof  Des abeilles et des hommes




Destinataires de la pétition

En plus de signer la pétition, il vous est possible de contacter directement ses destinataires :

BASF France
49 avenue Georges Pompidou
92593 Levallois Perret Cedex
Tél : +33 (0)1 49 64 50 00
Fax : +33 (0)1 49 64 50 50

Formulaire de contact

Bayer SAS
16, rue Jean-Marie Leclair - CS 90106
69266 Lyon cedex 09
Tél : +33 (0)4 72 85 43 21

Formulaire de contact

Syngenta France SAS
12 chemin de l'Hobit
31790 Saint Sauveur
Tél : +33 (0)5 62 79 98 00
Fax : +33 (0)5 62 79 99 90

Formulaire de contact



Lettre

Aux dirigeants de BASF, Bayer et Syngenta

Madame, Monsieur,

Les abeilles sont essentielles à la vie sur la Terre et ne doivent pas être mises en danger par les pesticides.

Je vous demande de retirer immédiatement vos plaintes à l’encontre de l'UE et d’accepter sa décision de protéger les abeilles par l’interdiction des néonicotinoïdes et du fipronil.

Je vous demande aussi de mettre un terme à vos campagnes de communication sur les abeilles et les pesticides. Ces campagnes trompent le public comme le divulguent des études* menées par des organisations de protection de l’environnement.

Je vous prie de croire, Madame, Monsieur, à l'assurance de ma considération et de ma vigilance citoyenne.

* Les Amis de la Terre : « Ils nous emmièlent ! (Friends of the Earth : Follow the Honey – 7 ways pesticide companies are spinning the bee crisis to protect profits) »
et
Greenpeace : « Science-fiction d'entreprise » (Corporate Science Fiction - A critical assessment of a Bayer and Syngenta funded HFFA report on neonicotinoid pesticides)