La construction du barrage de Belo Monte suspendue

Rassemblement devant l'ambassade du Brésil à Berlin

29 sept. 2011

Au Brésil, la construction du méga barrage hydro-électrique de Belo Monte est une nouvelle fois bloquée juridiquement. Le ministère de la justice de Belém a donné gain de cause à la plainte de l'association des pêcheurs d'Altamira (Acepoat) et ordonné l'arrêt immédiat du chantier. 

La construction du méga barrage hydro-électrique de Belo Monte au Brésil est une nouvelle fois bloquée juridiquement. Le ministère de la justice de Belém a donné gain de cause à la plainte d'une association de pêcheurs d'Altamira (Acepoat), ordonnant l'arrêt immédiat du chantier.

La décision du juge Carlos Eduardo Castro Martins interdit au consortium Norte Energia S.A (NESA) de procéder à toute forme de modification du cours naturel du fleuve Xingu. Le juge a donné la primauté aux intérêts des populations riveraines, qui vivent de la pêche, sur ceux, économiques, de l'Etat brésilien. Les 372 espèces de poissons recensées dans le Rio Xingu sont à la base de la subsistance de milliers d'habitants. Nombre de ces espèces ne survivraient pas à la construction du barrage de Belo Monte.

D'autres conséquences négatives pour l'environnement sont aussi à prévoir. Seule une petite partie des 40 normes environnementales est mise en œuvre à ce jour. De plus, la construction du barrage de Belo Monte requiert le déplacement d'au moins 20.000 personnes, raison pour laquelle 20 sociétés scientifiques brésiliennes se sont prononcées contre ce celui-ci.

Le projet de Belo Monte a provoqué au Brésil un vif débat de société pour savoir si les intérêts économiques sont au dessus de la préservation de la nature et de la culture. De nombreux groupes indigènes qui vivent le long du fleuve n'ont même pas été contactés alors que le barrage menace directement leur survie culturelle.

Sauvons la forêt (Rettet den Regenwald e.V.) a jusqu'ici recueilli plus de 60.000 signatures contre le projet de barrage hydroélectrique de Belo Monte. Celles-ci ont été remises à l'ambassade du Brésil à Berlin en août dernier.