La Bolivie ne construira pas de route dans le TIPNIS

19 août 2011: Remise de pétition à Tupac Soriano, Chargé d'affaires de l'ambassade de Bolivie à Paris.

26 oct. 2011

Les protestations incessantes, depuis plusieurs semaines, des populations autochtones boliviennes ont trouvé une fin heureuse : le président Evo Morales a promulgué une loi (Ley Corta) qui implique l'interdiction de construire une route planifiée en plein coeur du Parc national de TIPNIS. 

Le président bolivien Evo Morales a promulgué une loi (Ley Corta) impliquant l'interdiction de construire la route prévue à travers le parc national de TIPNIS.

Ainsi les protestations incessantes, depuis plusieurs semaines, des populations autochtones de cette zone de la forêt tropicale bolivienne ont trouvé une fin heureuse. Leur victoire, la protection de leur habitat naturel est désormais inscrite dans la loi.

Ces réjouissances ont pourtant un prix: les indiens marchant vers La Paz ont été brutalisés fin septembre par les forces de police. Le bilan est de un mort, 50 blessés et de nombreuses arrestations, dont le meneur du groupe. Ces violences ont provoqué la démission de 2 ministres: Cecilia Chacón, ministre de la Défense, à cause de son désaccord avec la répression et Sacha Llorenti, ministre de l'Intérieur, à cause de sa responsabilité (selon Morales) pour les violences policières. Pour plus d'informations, cliquez ici.

Sauvons la forêt a soutenu les revendications et la marche engagée par les indiens. Le 19 août 2011, nous avons remis plus de 20.000 signatures recueillies dans notre pétition multilingue à l'ambassade de Bolivie à Paris. Connu mondialement comme premier président indigène et son engagement pour l'environnement et les peuples autochtones, Evo Morales doit rester fidèle à ses principes et se tenir à côté de ceux qui luttent pour la protection de l'Amazonie. Sur un site internet exclusivement dédié au TIPNIS, l'association Sauvons la forêt (Salva la Selva en espagnol) est remerciée pour son soutien.