Nos victoires sont dues à votre soutien

Les Mundurucús manifestent. Au premier plan, un Indien tatoué le point levé. Au Brésil, les Mundurukú empêchent la construction d’un barrage dans la forêt tropicale (© Aaron Vincent Elkaim)

23 janv. 2017

Nous sommes souvent interrogés sur l’utilité et la portée de notre action. Notre réponse : vos signatures et nos pétitions font avancer les choses contre ceux qui détruisent les forêts. Et nos partenaires remportent des victoires dans la lutte pour la préservation de la nature.

Nos pétitions nous permettent souvent de remporter des victoires. Ainsi vos 265 000 signatures ont contribué à interdire le commerce international des pangolins. Au Chili, 225 000 signatures ont permis d’empêcher un projet de construction d’un port qui aurait détruit l’habitat de milliers de manchots.

Les succès que nous remportons ne sont cependant pas toujours immédiats. Certaines pétitions touchent au but après des mois voire même plusieurs années. Ainsi, la contestation au niveau international a contribué à stopper la construction d’un méga-barrage dans la forêt des Mundurukú. C’est également grâce à une pétition en cours ayant déjà réuni 245 000 signatures que les décideurs politiques européens connaissent les attentes citoyennes contre le commerce de l’ivoire.

Ce ne sont pas uniquement vos signatures qui permettent de protéger la nature mais également vos dons. Voici une courte sélection de projets réjouissants de nos partenaires en Asie, en Amérique latine et en Afrique :

Au Nigéria, les Ekuri défendent leur forêt tropicale contre un projet de construction de route et ont mis en place une alliance regroupant de nombreux villages. Leur contestation est désormais connue au niveau international. Maintenant Martins Egot forme des gardes forestiers qui protègent la nature.

En Malaisie, Matek Geram rassemble des preuves contre les entreprises productrices d’huile de palme qui volent les terres aux habitants des villages pour y installer des plantations. Il a déjà conduit beaucoup d’entreprises devant les tribunaux et remporté des procès.

Au Pérou, nos partenaires achètent des terres dans la forêt tropicale et ils les placent sous protection. Ils ont déjà sauvé 200 hectares. Les achats permettent d’éviter que des entreprises qui produisent du cacao achètent toujours plus de terres dans la forêt tropicale et abattent des arbres pour créer des plantations. Grâce un projet de permaculture, les paysans peuvent avoir un revenu sans porter préjudice à la forêt tropicale.

Au Libéria, le professeur Christophe Boesch et son équipe de chercheurs travaillent à la création d’un parc national pour les chimpanzés. Les scientifiques explorent la forêt afin de protéger la plus grande superficie possible.

En Indonésie, le sylviculteur Bazuki plante une multitude de jeunes plants pour faire repousser la forêt des orang-outans qui avait été détruite au Kalimantan. À Bornéo, nos partenaires Feri et Nordin ne cessent de combattre les sociétés d’huile de palme. Sur l’île de Sulawesi, le réseau JATAM a réussi à obtenir la fermeture de 250 compagnies minières.

Notre travail aide les gens, en France et en Europe, à prendre conscience comment notre consommation détruit la forêt tropicale. L’huile de palme, le soja pour l’élevage intensif, la production d’or et d’aluminium ainsi que l’abattage de bois tropical sont des vecteurs de déforestation. C’est grâce aux groupes de protection de la nature et aux organisations de défense des droits humains que la catastrophique politique de soutien aux agrocarburants de l’UE est discutée publiquement.

Ces succès sont possibles grâce à votre soutien. Un grand MERCI !