Deutsche Bank: la déforestation entre en bourse

Vue plongeante sur une forêt intacte en bas à gauche et défrichée sur le reste de l'image. Collage du logo carré de la Deutsche Banque en perspective à droite sur la zone déboisée. La Deutsche Bank cherche des investisseurs pour transformer les riches forêts tropicales d'Afrique et d'Indonésie en immenses monocultures de palmiers à huile
56 715 signatures

Fin de l'action : 20 mai 2014

Malgré la forte opposition en Malaisie, la plus grande banque allemande soutient l'introduction en bourse de FELDA, géant mondial de l'huile de palme coupable de déforestations et d'accaparement des terres. Exhortons la Deutsche Bank à prendre ses distances avec ce destructeur de forêt tropicale.

Lettre

« La Deutsche Bank aide FELDA à accaparer nos terres et déboiser la forêt tropicale. » Mazlan Aliman est le courageux porte-voix de l'opposition paysanne en Malaisie. Sa coopérative lutte contre l'introduction en bourse le 28 juin 2012 du géant de l'huile de palme FELDA, craignant de voir ces flux d'argent utilisés pour la destruction à grande échelle des forêts tropicales.

La FELDA Global Ventures Holding espère lever 3 milliards de dollars de fonds par son entrée en bourse de Malaisie. Elle est aidée dans cette opération par la Deutsche Bank dans sa recherche d'investisseurs. A ce jour, FELDA est le troisième plus grand propriétaire de monoculture de palmiers à huile et premier négociant d'huile de palme au monde, ainsi qu'un producteur de sucre de premier plan.

Argent pour les plantations et bulletins de vote

FELDA a déclaré vouloir utiliser les fonds de son introduction en bourse pour acheter des terres de par le monde, notamment en Indonésie et en Afrique. L'exploiteur agricole compte y acquérir des zones forestères pour les convertir en monocultures.

Le dédommagement de 5.000 dollars promis à chacune des 112.000 familles de paysans sociétaires pour l'introduction en bourse de FELDA est considéré par beaucoup comme une tentative du premier ministre Najib Razak d‘acheter des voix pour les prochaines élections anticipées.

La Deutsche Bank soutient déforestation et accaparement des terres

La plus importante banque allemande estime l'introduction en bourse de FELDA écologiquement et socialement acceptable. Mazlan Aliman et ses compagnons voient quant à eux cette opération comme une violation et une dépossession de leurs droits. 

Exhortons les dirigeants de la Deutsche Bank à prendre leurs distances avec FELDA pour ne pas exacerber l'accaparement des terres.


Contexte

Mazlan et les agriculteurs de l'ANAK (National Settlers' Children Association) se battrons jusqu'au dernier jour pour éviter l'introduction en bourse de la FELDA Global Ventures Holding. L'association s'est créée à cette occasion. Les opposants à l'introduction en bourse de FELDA ont été ignorés ou bien remplacés quand il s'agissait de décideurs. 

Le déboisement est inhérent aux activités de FELDA

L'activité principale de FELDA (Federal Land Development Authority) est la culture du palmier à huile. Son passif est important en matière de déforestation : quelques années après sa création en 1956, FELDA avait déjà détruit 850.000 hectares de forêts primaires. Les plantations de palmiers à huile de FELDA sont principalement dans les régions tropicales où elles ont provoqué la destruction des forêts primaires. 

FELDA veut étendre ses activités en Indonésie. Selon l'Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN), les plantations de palmiers à huile constituent la plus grande menace pour les forêts tropicales indonésiennes. D'ici 2020, si le déboisement continue au rythme actuel, l'Indonésie aura perdu toutes ses forêts tropicales et leurs derniers orangs-outans.

Huile de palme et accaparement des terres vont de pair

L'Afrique est aussi concernée par l'acquisition de territoires immenses pour les plantations. Les fermiers y sont généralement expulsés de leurs terres. Ces pratiques au caractère douteux, voire illégal, sont connues sous le nom d'accaparement des terres (ou « land grabbing »).   

Les liens personnels entre le gouvernement et la FELDA est particulièrement évident dans le cas d'Isa Samads. Destiné à être directeur de la future société anonyme, M. Samads était en amont de l'introduction en bourse de FELDA en tant que président de la coopérative agricole KFP (Koperasi Permodalan Felda - Coopérative pour la capitalisation de la FELDA) instaurée par le gouvernement. Il est aussi l'ancien vice-président du parti au pouvoir (UMNO) dont il avait été exclu six ans pour corruption en 2005.  

La Deutsche Bank soutient le greenwashing de la RSPO

La Deutsche Bank avance que FELDA s'est engagé à obtenir progressivement une certification RSPO pour les plantations de palmiers à huile qui verront le jour sur les terres nouvellement acquises. Elle estime donc comme impossible la destruction des forêts tropicale. 

Sauvons la forêt avait déjà pris position il y a quelques années concernant la problématique de la certification RSPO dans une déclaration commune à 256 organisations. Nous estimions comme étiquetage frauduleux et écoblanchiment (« greenwashing ») un label émis par la RSPO pour des monocultures géantes qui ne seront jamais durable.  

Lettre

À la direction générale de la Deutsche Bank

Monsieur Jain, Monsieur Fitschen,

Je vous écris pour vous faire part de mon indignation concernant l'une des relations d'affaires de la Deutsche Bank. Votre soutien au plus grand négociant mondial d'huile de palme FELDA prend le contre-pied des annonces de votre banque dans les médias sur son engagement pour un avenir « durable ».

La FELDA Global Ventures Holding va dans quelques jours faire son entrée à la bourse de Malaisie. Votre institut fait partie du consortium d'émission pour cette introduction en bourse. FELDA est l'un des plus grands producteurs et le plus gros négociant d'huile de palme au monde. L'expérience passée montre le peu d'égards de FELDA pour le respect des droits sociaux et la préservation des forêts tropicales.

Je rejette votre engagement avec FELDA pour plusieurs raisons : l'argent de l'introduction en bourse doit servir à l'acquisition d'immenses surfaces de terres en Indonésie et en Afrique, avec comme objectif leurs transformation en plantations de palmiers à huile. Ces dernières sonneront le glas des forêts pluviales. Depuis sa création, FELDA a déjà déboisé des centaines de milliers d'hectares de forêts pour les convertir en plantations.

L'IUCN (Union internationale pour la conservation de la nature) considère ces plantations comme la plus grande menace pour les forêts tropicales indonésiennes. Elle estime même que si le déboisement suit son cours actuel, l'Indonésie aura perdu toutes ses zones forestières restantes d'ici 2020.

Par son engagement, votre institut porte une responsabilité relative aux agissements de FELDA. Je pense non seulement aux conséquences dramatiques pour le climat mondial mais aussi à la perte irréversible d'écosystèmes et d'une biodiversité à la valeur inestimable.

En Afrique, le problème de l'accaparement des terres n'a cessé de prendre de l'ampleur ces dernières années. Si FELDA venait à y rechercher des terres pour ses plantations, cela provoquera inévitablement une menace pour les petits fermiers et la destruction des forêts tropicales.

Je vous exhorte à prendre vos distances avec FELDA et ses activités aux conséquences désastreuses sur la nature et le climat. Si la Deutsche Bank proclame travailler à un avenir durable, j'attend de ses décideurs de corroborer cet engagement dans les faits et de contrôler soigneusement les conséquences sociales et environnementales de leurs relations d'affaires.

Je vous prie d'agréer, Monsieur Jain, Monsieur Fitschen, l'expression de mes respectueuses salutations.