Huile de palme : des substances cancérigènes au petit-déjeuner

Tartine à la pâte à tartiner aux noisettes La pâte à tartiner aux noisettes sans huile de palme est la plus sûre (© AlexPro9500/iStock)

11 mai 2017

Des défenseurs du consommateur ont fait rechercher les substances cancérigènes dans 15 pâtes à tartiner. Le vainqueur du test était le seul produit sans huile de palme. Les pâtes à tartiner qui en contenaient présentaient des concentrations de substances dangereuses jusqu’à 50 fois plus élevées. Il est urgent de protéger les consommateurs.

La représentation des travailleurs salariés de Haute-Autriche (AKOÖ) a fait analyser 15 pâtes à tartiner aux noisettes par rapport à des substances préoccupantes pour la santé. Résultat des analyses : des substances grasses cancérigènes ont été trouvées dans les 15 pâtes à tartiner, néanmoins en quantités fort différentes. 

Le vainqueur du test était le seul produit sans huile de palme – la pâte à tartiner bio de la marque « Ja! ». De manière générale, elle contenait le moins de contaminants. Au lieu de l’huile de palme, la pâte à tartiner contient du beurre de cacao et de l’huile de tournesol autrichienne issue de l’agriculture biologique.

Ces tests ont été effectués suite aux mises en garde de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) contre les esters glycidyliques d’acides gras / glycidol et le 3- Monochloropropanediol (3-MCPD). Ces substances nocives contenues en concentrations particulièrement élevées dans l’huile de palme raffinée se forment lorsque les huiles végétales sont traitées à des températures élevées.

La célèbre pâte à tartiner Nutella est exclusivement fabriquée avec de l’huile de palme, contrairement aux 13 autres produits testés qui contenaient un mélange d’huile de palme et d’autres huiles végétales selon l’AKOÖ. Le Nutella présentait une concentration 12 fois plus élevée d’esters glycidyliques d’acides gras / glycidol que le vainqueur du test, le plus mauvais élève étant presque 50 fois plus élevé ! Par ailleurs, environ un tiers de la dose quotidienne de 3-MCPD jugée non dangereuse pour un enfant de 30kg est atteinte par la consommation d’une seule portion (15g) de la pâte possédant les plus mauvaises valeurs.

L’EFSA classe les esters glycidyliques d’acides gras / glycidol comme probablement cancérigène et dommageable pour le patrimoine génétique et le 3-MCPD comme potentiellement cancérigène. L’UE est particulièrement inquiète des quantités élevées d’esters d’acides gras dans les aliments pour bébé. Il n’existe actuellement pas de valeurs limites légalement fixées pour les substances nocives dans l’alimentation. Pour protéger les consommateurs, l’AKOÖ réclame l’établissement de valeurs plafond pour les produits contenant des graisses et des huiles végétales.

Le conseil de l’AKOÖ aux consommateurs : lire la liste des ingrédients et acheter des produits sans huile de palme, cuisiner avec des produits frais et ne pas consommer de plats préparés.

Les analyses ont été réalisées par le laboratoire de contrôle de l’Agence autrichienne pour la santé et la sécurité alimentaire (AGES).

 

En lien dans cet article