UE : la vente d’ivoire "ancien" exacerbe le massacre des éléphants

Un éléphant d’Afrique dans la savanne

12 juil. 2018

Une nouvelle étude révèle que l’ivoire vendu dans l’UE provient d’éléphants victimes du braconnage. L’astuce consiste à déclarer l’ivoire comme étant « ancien » et donc légal. L’UE doit stopper toute forme de commercialisation de l’ivoire pour protéger les éléphants.

Les défenseurs de la nature ont lancé l’alerte depuis longtemps : de nombreux pays de l’Union européenne constituent une plaque tournante du trafic international de l’ivoire et sont donc coresponsables du braconnage d’éléphants en Afrique. L’UE refuse de procéder à la fermeture complète de son marché et autorise le commerce d’ivoire prétendument ancien, c’est-à-dire antérieur à 1947. Des organisations criminelles profitent de cette faille pour faire entrer de l’ivoire provenant d’éléphants braconnés.

Pour son étude, l’organisation Avaaz a acheté 100 objets en ivoire auprès d’antiquaires et de particuliers au sein de l’UE. Des scientifiques de l’université d’Oxford ont ensuite déterminé l’âge des objets.

Le résultat est édifiant : les trois quarts des objets proviennent d’éléphants tués il y a quelques années et sont donc vendus de manière illicite. Un cinquième des objets date même d’après 1989, date à laquelle le commerce international d’ivoire a été largement interdit. En France, seuls 2 produits sur les 13 achetés ne sont pas d’origine illégale.

20 000 éléphants sont braconnés chaque année en Afrique pour leur ivoire. L’espèce pourrait ainsi s’éteindre dans quelques décennies. Sauvons la forêt et d’autres organisations demandent donc à l’UE l’interdiction complète de ce commerce.

Merci donc de signer et de partager notre pétition sur les réseaux sociaux.