Brésil : les exportations de soja accélèrent la déforestation

Des moissonneuses-batteuses au Brésil

11 oct. 2018

La déforestation de la forêt amazonienne atteint un niveau record au Brésil : 4.656 km² ont été déboisés au cours des douze derniers mois pour faire place à des plantations de soja et des pâturages. Les causes sont liées à la situation politique au Brésil, dans l’UE, aux États-Unis et en Chine.

4.656 km² (465.600 hectares) de forêt tropicale amazonienne ont été déboisés au Brésil au cours des douze derniers mois (jusqu’à fin août 2018). C’est le taux de déboisement le plus élevé depuis 2007. Les principaux responsables de la déforestation sont l’industrie du soja et de la viande. Les plus gros importateurs de farine de soja sont l’UE et la Chine, qui en utilisent des millions de tonnes pour nourrir les animaux des élevages industriels intensifs.

Les derniers chiffres publiés par l’organisation brésilienne IMAZON révèlent une évolution préoccupante dont les causes sont avant tout de nature politique. Le gouvernement du Président Michel Temer s’applique à démanteler la législation environnementale ainsi que les droits des populations autochtones.

Depuis son accession au pouvoir, le gouvernement concerné par de graves affaires de corruption a affaibli les lois environnementales, réduit les zones protégées et supprimé les subventions destinées à la protection de la nature. L’entrepreneur Blairo Maggi, l’un des plus grands producteurs de soja au monde et surnommé le roi du soja brésilien, a ainsi été nommé ministre de l’Agriculture.

Les monocultures de soja au Brésil occupent d’ores et déjà 35 millions d’hectares selon les chiffres du gouvernement, ce qui correspond à la superficie de l’Allemagne. Les deux tiers de cette surface sont cultivés avec du soja génétiquement modifié, principalement du soja roundup ready commercialisé par le groupe Bayer-Monsanto. Et chaque année, plus de 500 000 hectares de plantations de soja voient le jour, plus particulièrement dans la savane du Cerrado et en Amazonie.

Par ailleurs, la politique du gouvernement américain modifie les flux commerciaux. En réaction aux droits de douane imposés par Donald Trump sur les produits chinois, le gouvernement de Pékin a augmenté les droits de douane sur le soja importé des États-Unis. Les clients chinois importent désormais de plus en plus de soja brésilien.

Concernant l’élection présidentielle en cours dans le pays sud-américain, le candidat d’extrême droite Jair Bolsonaro, est en tête dans les sondages. Le candidat a déjà annoncé son intention de fusionner les ministères de l’Environnement et de l’Agriculture et d’abandonner la lutte contre la déforestation illégale. Il dit vouloir par ailleurs ouvrir la région amazonienne à l’exploitation minière et autoriser la construction de centrales hydroélectriques.