À signer jusqu’à lundi : pas de route dans la forêt des éléphants !

Un éléphant pygmée en train de manger Les éléphants pygmées de Bornéo ont besoin de forêts protégées (© Bas Leenders CC BY SA 2.0)
238 773 signatures

Fin de l'action : 2 mai 2017

Derniers jours avant la remise de la pétition aux autorités de la Malaisie. La richesse de Sabah, c’est sa nature. Merci de signer : non à une nouvelle route pour les braconniers dans la forêt des éléphants ! Le célèbre documentariste animalier David Attenborough s’oppose aussi publiquement au projet.

Lettre

Aux Premiers ministres de la Malaisie et de l'État de Sabah

Merci d’abandonner vos projets de pont et de route car ils mettent en danger les éléphants pygmées et leur forêt à Sabah !

Afficher la lettre de pétition

David Attenborough soutient les revendications des écologistes selon un article du Guardian. Il alerte sur les conséquences désastreuses pour la faune de la construction du pont sur le fleuve Kinabatangan. L’État malaisien de Sabah y jouerait sa bonne réputation…

Les éléphants pygmées sont magnifiques et rares à Sabah. Cela rend encore plus pénible de voir ces animaux tués par des braconniers qui ne reculent devant rien pour l’ivoire, même pas à leur couper la tête en deux ou à s’attaquer à une « célébrité » comme Sabre dont le squelette a été retrouvé en décembre dernier.

Le braconnage pour l’ivoire était jusqu’ici inconnu dans les riches forêts de Sabah où se côtoient calaos, orangs-outans et autres ours malais. Les criminels ont manifestement aussi découvert les richesses de cet État malaisien.

Et le commerce sanglant pourrait bientôt être facilité par la construction du pont sur le fleuve Kinabatangan. Pire, la route projetée à travers la forêt jusqu’ici inaccessible de la Réserve de faune sauvage de Tabin ouvrirait la porte aux braconniers mais aussi aux colons et bûcherons illégaux ainsi qu’à l'industrie de l'huile de palme…

Les routes migratoires de 350 éléphants seraient coupées. La concentration des groupes sur un territoire si fragmenté risquerait de les faire disjoncter. Les conséquences pourraient être meurtrières si les éléphants venaient à faire irruption dans les villages et plantations.

« À mes yeux, le pont de Sukau sera celui vers l’extinction, pour les populations animales et humaines » estime Benoit Goossens, un scientifique effectuant des recherches à Sabah. Censé stimuler l'économie locale, le projet de construction pourrait surtout paralyser le lucratif éco-tourisme en plein essor dans la région.

Aidez à la protection des éléphants de Sabah en signant la pétition !

Contexte

« Cette route serait la condamnation à mort des éléphants » alerte Raymond Alfred, un biologiste ayant rédigé sa thèse de doctorat sur l’éléphant pygmée de Bornéo. Il redoute la concentration des groupes sur un si petit territoire. « Les animaux risquent de disjoncter et de faire irruption dans les villages et les plantations » dans l’État de Sabah en Malaisie.

Le Sanctuaire de faune sauvage du bas Kinabatangan est un paradis naturel où se côtoient calaos, orangs-outans, singes nasiques et autres éléphants. Ce territoire protégé est déjà menacé par l’abattage illégal d’arbres, l’expansion des cultures d’huile de palme ainsi que par la très prisée route nationale 13 qui la traverse.

La nature aux alentours du village Sukau est mieux protégée. Seul un petit ferry transborde passagers et véhicules sur la rive est du fleuve. Là, une petite piste en terre mène aux plantations exploitée par l’entreprise d’huile de palme IOI. La circulation est réduite afin de laisser les animaux se déplacer librement. Pour les experts, l’élargissement et le goudronnage de la route risquent de la faire devenir une frontière infranchissable.

Les partisans du goudronnage promettent - comme de nombreux autres - le développement économique. Pourtant, les routes sont synonymes de danger pour les forêts et de préjudices pour les populations locales partout dans le monde. Elles favorisent l’accès aux bûcherons, braconniers, orpailleurs et colons et mènent à la fragmentation des habitats naturels.

Les projets à Kinabatangan vont complètement à l’encontre du Plan d’action pour les éléphants du ministère de l’environnement malaisien : jamais un pont ou une route goudronnée ne devraient ainsi être projetés à l’intérieur de l’habitat des éléphants.

Sanctuaire de faune sauvage du bas Kinabatangan

Le Sanctuaire de faune sauvage du bas Kinabatangan (Lower Kinabatangan Wildlife Sanctuary) est situé dans le nord de l’île de Bornéo dans la province malaisienne de Sabah. S’étendant sur 26.000 hectares, il abrite onze espèces de primates ainsi que les rares éléphant pygmée de Bornéo (Elephas maximus borneensis). Le Lower Kinabatangan Managed Elephant Range s’étend de son quant à lui sur 40.000 hectares, se recoupant avec le sanctuaire de faune.

Jusqu’à 350 des 2.000 éléphants pygmées de Bornéo vivent à Kinabatangan.

Fragmentation des zones protégées

Les zones protégées sont très fragmentées et ne forment pas de territoire continu. Le fleuve Kinabatangan est totalement n’a aucune protection à certains endroits.

Le goudronnage de la piste en terre doit permettre de relier plus facilement Sukau avec les villages Litang et Tomanggong, distants d’environ 40 km.




Informations supplémentaires




Destinataires de la pétition

En plus de signer la pétition, il vous est possible de contacter directement ses destinataires :

  • M. Najib Razak, Premier ministre de Malaisie
  • M. Musa Aman, Premier ministre de l'État de Sabah

Ambassade de Malaisie à Paris
2 bis, rue de Bénouville
75116 Paris
Tél : 00 33 (0)1 45 53 11 85
Courriel : malparis@kln.gov.my

Il vous est aussi possible de leur écrire directement sur les réseaux sociaux :
Facebook: https://www.facebook.com/najibrazak
Twitter: https://twitter.com/najibrazak



Lettre

Aux Premiers ministres de la Malaisie et de l'État de Sabah

Monsieur le Premier ministre Razak,
Monsieur le Premier ministre Aman,

Le fleuve Kinabatangan est connu des biologistes dans le monde entier. Des animaux menacés comme l’orang-outan, le singe nasique et de nombreux autre primates vivent à l’intérieur du Sanctuaire de faune sauvage du bas Kinabatangan. Des centaines d’éléphants pygmées de Bornéo vivent aussi dans cette région.

Mais aujourd’hui, vous projetez la construction d’un pont sur le Kinabatangan à Sukau ainsi que le goudronnage d’une route sur l’autre rive. Ces ouvrages aggraveraient la situation d’animaux souffrant déjà de la fragmentation toujours plus importante de leur territoire.

Certains biologistes craignent même que ces projets puissent mener à la disparition des populations d’éléphants à moyen terme.

Le Sanctuaire de faune sauvage du bas Kinabatangan offre un immense potentiel pour l’écotourisme. De nombreux habitants vivent déjà aujourd’hui du tourisme international. Merci de prendre en compte, comme possible conséquence de la réalisation de ce pont et de cette route, la perte de ce trésor naturel.

Nous vous prions ce stopper ces projets aux retombées économiques incertaines et qui mettent en péril l’habitat d’espèces rares.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Premier ministre Razak, Monsieur le Premier ministre Aman, l’expression de notre très haute considération.