Sauvons la forêt de Bugoma et ses 500 chimpanzés en Ouganda

Un chimpanzé en Ouganda L’habitat des chimpanzés réduit comme peau de chagrin en Ouganda (© flickr//francesco_veronesi - CC BY-NC-SA 2.0)

500 chimpanzés vivent dans les forêts de Bugoma en Ouganda. Leur habitat est aujourd’hui menacé par l’entreprise sucrière Hoima Sugar qui veut établir une plantation dans leur refuge. Soutenons les populations locales dans leur lutte contre l’exploitation abusive de leur région et de sa nature. Écrivons au gouvernement ougandais.

Lettre

Au président de l’Ouganda Yoweri Museveni

Une plantation de l’entreprise Hoima Sugar menace l’aire forestière protégée de Bugoma. Merci d’empêcher l’attribution illégale de cette zone aux investisseurs.

Afficher la lettre de pétition

L’Ouganda était autrefois considérée comme la « perle de l’Afrique ». Mais le pays a perdu au cours des dernières décennies son plus grand trésor : ses forêts qui couvraient encore la moitié du pays il y a 25 ans pour seulement 11% aujourd’hui. Les défenseurs de la nature craignent la disparition totale des forêts riveraines du Lac Victoria d’ici 10 ans.

Cette destruction touche aussi l’habitat des chimpanzés dont on ne compte plus que 5.000 individus en Ouganda.

La déforestation touche même les aires protégées, souvent pour l’établissement de cultures d’huile de palme et de canne à sucre. L’entreprise sucrière Hoima Sugar a obtenu en août 2016 une concession de 8.000 hectares à l’intérieur de la Réserve forestière de Bugoma. Un cinquième de l’aire protégée où vivent 500 chimpanzés est menacé. Le royaume de Bunyoro, qui venait juste de se faire remettre ces terres par l’État, a octroyé une concession de 99 ans.

Un accès d’un kilomètre à l’intérieur de la Réserve forestière de Bugoma a été percé en peu de temps. Des journalistes qui voulaient enquêter sur les défrichements auraient été attaqués par des hommes armés selon le journal local New Vision. Pour l’expert forestier Robert Busiku, « les travailleurs ont conscience de faire quelque chose d’illégal, raison pour laquelle ils se déplacent avec des arcs et attaquent les curieux. »

L’organisation environnementaliste NAPE a réussi à faire retirer la concession de Hoima Suga par la justice. Mais la forêt n’est pas sauvée pour autant. « Les populations locales ont besoin du soutien de tous pour préserver la forêt, pour qu’elle reste au centre de leur existence et de celles des générations futures » explique Joan Akiiza de NAPE.

Soutenons les populations locales dans leur lutte pour protéger leurs forêts en écrivant au président ougandais Museveni.

Contexte

L’aire forestière protégée de Bugoma, à proximité du Lac Albert à l’ouest de l’Ouganda, abrite une grande diversité faunistique et floristique. Elle est le foyer de 500 des 5.000 chimpanzés du pays, mais aussi de l’endémique Lophocebus ougandais, d’éléphants de forêt et de chacals à flancs rayés. 221 espèces d’oiseaux dont la menacée poulette de Nahan (Ptilopachus nahani) ainsi que 224 espèces d’arbres et d’arbustes y ont été recensés.

Ce que les experts voient comme un grand potentiel pour l’éco-tourisme est aujourd’hui menacé.

 

Informations supplémentaires

 

Destinataire de la pétition

En plus de signer la pétition, il vous est possible de contacter directement son destinataire :

  • M. Yoweri Museveni, Président de la République d’Ouganda

Ambassade d’Ouganda
13, avenue Raymond Poincaré
75116 Paris
Tel : +33 (0)1 56 90 12 20
Courriel : uganda.embassy@club-internet.fr

Lettre

Au président de l’Ouganda Yoweri Museveni

Monsieur le Président,

Une plantation de canne à sucre menace la Réserve forestière de Bugoma. L’entreprise Hoima Sugar Limited a déjà effectué des défrichements suite à l’octroi obtenu de manière douteuse d’une concession de 99 ans.

Les habitants de la région et les défenseurs de la nature luttent ensemble contre la destruction de la forêt. Les villageois dépendent de la forêt qui les approvisionne en aliments, plantes médicinales, précipitations et gibier.

La Réserve forestière de Bugoma est le foyer d’environ 500 chimpanzés dont l’espèce est menacée de disparaitre. L’aire protégée abrite par ailleurs 23 espèces de mammifères, 225 d’oiseaux et 260 d'arbres. La destruction de cet habitat mènerait à l’extinction et au déplacement d’animaux dans la région.

Nous vous exhortons à protéger les précieuses forêts de votre pays et de les prémunir contre les investisseurs tels Hoima Sugar Limited.

Nous vous prions d'agréer, Monsieur le Président, l'expression de notre profond respect.

Signer la pétition

Aidez-nous à atteindre les 150 000 signatures :

144 095
Dernières activités