Stop au commerce de peau d’éléphant !

La carcasse écorchée d’un éléphant dans la jungle de Birmanie (Myanmar) Les éléphants d’Asie sont aussi braconnés pour leur peau en Birmanie (© Myanmar Government)

Cette nouvelle mode est monstrueuse : la peau d’éléphant est vendue en Birmanie à des clients chinois comme remèdes médicinaux et comme bijoux… Mobilisons-nous pour mettre fin à cet odieux commerce qui exacerbe le braconnage et la disparition des éléphants d’Asie ! Écrivons aux autorités de Chine et de Birmanie.

Lettre

Au Président de la Chine Xi Jinping et à la Conseillère spéciale de la Birmanie Aung San Suu Kyi

Les éléphants sont braconnés en Asie car des clients chinois achètent leur peau sous forme de remèdes médicinaux ou de bijoux… Merci de mettre fin à ce commerce

Afficher la lettre de pétition

Les éléphantes ne possédant que très rarement des défenses en Asie, seuls les mâles étaient jusqu’ici les victimes du braconnage pour l'ivoire. Mais dorénavant, les braconniers tuent tout ce qu’ils trouvent avec leurs flèches empoisonnées, y compris les femelles et leurs éléphanteaux. Les pachydermes succombent lentement avant d’être dépouillés.

Plus de 100 éléphants d’Asie ont été braconnés pour leur peau depuis 2013 en Birmanie. Et plus de vingt depuis le début de l’année. La survie de l’espèce est en jeu si cette tendance se poursuit.

Un des plus importants sites de vente de peau d'éléphant est Mong La, une ville birmane frontalière de la Chine. Elle y est proposée ouvertement aux côtés de fourrures, d’os et d’autres parties de différentes espèces menacées. Le commerce est également florissant près du Rocher d’Or, un des hauts lieux du bouddhisme en Birmanie.

Séchée, réduite en poudre et mélangée à de l'huile de coco, la peau d'éléphant est vendue comme remède médicinal contre les maladies de la peau - notamment l’eczéma - ou les problèmes digestifs. On la retrouve aussi sous forme de bracelets en perles et autres bijoux bon marché.

L'entreprise criminelle est organisée à l'échelle internationale. Les autorités ferment manifestement les yeux. Les braconniers d'éléphants risquent jusqu’à sept ans de prison en Birmanie. Mais les poursuites judiciaires sont rares.

Les décideurs politiques chinois ont reconnu le rôle central joué par leur pays dans le braconnage des éléphants. La Chine a interdit le commerce de l'ivoire y compris au niveau intérieur. Mais cela n'empêche pas les citoyens chinois de se procurer sans entraves les produits convoités de l’autre côté de la frontière birmane.

Demandons à la Chine et à la Birmanie d’empêcher la vente de peau et de toute autre partie des éléphants.

Contexte

Informations supplémentaires 

En français

En anglais

 

Destinataires de la pétition

En plus de signer la pétition, il vous est possible de contacter directement ses destinataires :

  • M. Xi Jinping, Président de la République Populaire de Chine

Ambassade de Chine
11 avenue George V
75008 Paris
Tel : +33 (0)1 49 52 19 50
Courriel : chinaemb_fr@mfa.gov.cn

  • Mme Aung San Suu Kyi, Conseillère spéciale de la République de l’Union de Birmanie

Ambassade de Birmanie
60, rue de Courcelles
75008 Paris
Tel : +33 (0)1 56 88 15 90
Courriel : me-paris@wanadoo.fr

Lettre

Au Président de la Chine Xi Jinping et à la Conseillère spéciale de la Birmanie Aung San Suu Kyi

Monsieur le Président,
Madame la Conseillère spéciale,

Le braconnage des éléphants est tel en Birmanie que l’espèce pourrait bientôt disparaitre. Les braconniers tuent les animaux non plus seulement pour leur ivoire mais aussi pour leur peau.

La plupart des acheteurs de peau d’éléphant séchée viennent de Chine. La peau est prisée pour ses supposées vertus médicinales et sous forme de bijoux.

Monsieur le Président, vous avez déjà pris des mesures pour stopper le commerce de l’ivoire en Chine et à l’international. Nous vous exhortons à étendre cette interdiction à toutes les parties du corps de l’éléphant.

Madame la Conseillère spéciale, vous faites figure d’autorité morale dans le monde entier. Merci d’user de votre influence pour protéger l'éléphant d'Asie.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Président, Madame la Conseillère spéciale, l'expression de mon profond respect.

Signer la pétition

Aidez-nous à atteindre les 200 000 signatures :

182 644
Dernières activités