Villages en feu pour l’huile de palme au Nigeria. Stop !

Une éléphante et son jeune éléphanteau se baignent dans la jungle Un éléphant de forêt et son petit dans l’état de Cross River (© Thomas Breuer / Mbeli Bai Study – WCS)

La production d’huile de palme est un commerce destructeur et violent au Nigeria. Les forêts disparaissent à un rythme effréné à cause d’entreprises comme OOPC. Avec, en outre, la destruction des moyens de subsistance et la violation des droits fondamentaux de la population. Soutenons la résistance des habitants !

Appel

Au président du Nigeria Muhammadu Buhari et au Gouverneur Godwin Obaseki

“OOPC détruit les forêts, accapare les terres et viole les droits de la population pour ses plantations. Merci de protéger la nature et les communautés locales.”

Afficher la lettre de pétition

Le village d’Ijaw-Gbene, dans le sud du Nigeria, a été réduit en cendres le 20 mai 2020. Selon des témoins oculaires, les assaillants étaient les forces de sécurité de la société Okomu Oil Palm Plantation Plc (OOPC) et des membres de l’armée nigériane. Auparavant, trois villages avaient été incendiés dans des circonstances similaires.

OOPC rejette les allégations.

Avec l’attaque de mai 2020, les agriculteurs et les pêcheurs ont perdu leur logement et leurs biens. Les 80 villageois n’ont eu d’autre choix que de se réfugier dans les communautés et les églises voisines, rendant impossible toute distanciation sociale et augmentant le risque d’infection par le COVID.

OOPC appartient à Socfin, groupe contrôlé par les hommes d’affaires Vincent Bolloré et Hubert Fabri, qui exploite des plantations de caoutchouc et d’huile de palme dans dix pays d’Afrique et d’Asie. Socfin a mauvaise réputation : au Cameroun, au Liberia, en Sierra Leone, en Côte d’Ivoire ou au Cambodge, les populations locales se plaignent de méthodes brutales partout où ses filiales sont actives.

Au royaume d’Okomu au Nigeria, la plantation de 33 000 hectares de Socfin empiète sur les terres ancestrales des communautés locales, qui affirment ne jamais avoir accepté de les céder. Elle s’étend également dans des réserves forestières qui abritent des espèces menacées telles que chimpanzés, éléphants de forêt et hocheurs à ventre roux.

Dans une lettre commune datée du 4 septembre 2020, les communautés locales ont demandé au président du Nigeria, M. Muhammadu Buhari, de prendre des mesures contre OOPC. Le conflit avec l’entreprise n’est pas un cas isolé, il est symptomatique du commerce de l’huile de palme dans le monde entier.

Soutenez la lutte des communautés locales pour leurs droits et les forêts en signant notre pétition.

Contexte

Les communautés affectées par la plantation de palmiers à huile d’Okomu (OOPC) ont envoyé la lettre suivante au président du Nigeria, Muhammadu Buhari, et au gouverneur de l’État d’Edo, Godwin Obaseki :

SOCFIN and her subsidiary Okomu Oil Palm Company PLC rights violations in Edo State Communities/Villages: An S.O.S.

Your Excellency,

President Muhammadu Buhari

President and Commander in Chief of the Armed Forces Federal Republic of Nigeria

Govemment House, Aso Rock, Abuja, Nigeria.

Dear Sir,

The Okomu Oil Palm Company Plc was established in 1976 as a federal government project and was privatized in 1979. Now, the Socfin Group is the majority owner.

The activities of the company over the years have been caracterized by violations of citizens rights. Some of the violations accusations against Okomu Oil Palm Cornpany Plc ranges from locking out citizens of their host communities from the entrance to their communities to harassment of outspoken indigenes of their host communities with security agencies, circumvention of the global principles of free, prior and informed consent, land grabbing, destruction of citizens livelihoods, use of brute force and military might to dislodge, dislocate and disperse villages and settlements within their areas of operation. In all of these, citizens fundamental rights are thrown over board. In years past, Okomu Oil Palm Company Plc security forces in collaboration with men of the Nigerian Army have burnt down and dispersed villagers of Agbede, Oweike, Lehmon and recently on the 20th day of May, 2020 the village of Ijaw-Gbene on flimsy excuses and at this time of corona virus pandemic. We understand that the company may claim to be contributing to the Edo State Government’s internally Generated Revenue, but at what expense? We cannot continue to accept a practice of profit above humans syndrome that has been typical of the operations of Okomu Oil Palm Company PIc/SOCFIN groups in Nigeria and Africa. Business must respect human rights and where these are in danger, the government must protect her citizens and remedy must be provided for victims, after all, Nigeria not only supported but also promoted the promulgation of the United Nations Guiding Principles on Business and Human Rights and Okomu Oil Palm Company Plc should not be allowed to continue to act with impunity!

A report published in 2017 (1) shows how the company encroached on forest reserves and customary lands without consent or adequate compensation to the impacted communities. This land grabbing and forest destruction has put the livelihoods of over 60,000 forest-dependent people on the edge and increasing hunger and social conflicts. The report exemplifies both human rights vioiations as well as biodiversity destruction and water pollution. The report also analyses breaches of the Forestry Laws of Nigeria, among others, and occupation of part of the land illegally by the company.

Your Excellency Sir, based on the above, we humbly make the following requests:


1. A holistic and independent investigation into the acquisition of the large acres of the reserved and other community lands by Okomu Oil Palm Company Plc.

2. An investigation into the use of military and their security forces to destroy their host villages especially the recent one that occurred on the 20th May 2020.

3. That the company be directed to stop forthwith any form of attacks on their host viilages/communities but should treat them as equal stakeholders and immediateiy unlock the gates that are the entrance and exit routes for communities liaising with them on how to secure the access routes.

4. That the perpetrators who bumt down Agbede, Oweike, Lchmon and ljaw-Gbene should be fished out and brought to book and adequate compensations/damages paid to the victims of those violent destructions.

5. That in the interim, you use your good offices to direct the provision of relief materials for the people of Ijaw-Gbene who are the most recent victims in terms of food, clothes, utensils and shelter.

6. In the long-term, the Government should thoroughly investigate the disrespect of the law by the Okomu Oil Palm Company Plc. especialiy as it relates to lack of due process in the acquisition of some of the lands where they have their plantations and where found culpable, the company should be compelled to leave the illegally occupied land with other deterrent and punitive sanctions imposed.

7. The Governrnent should ensure that Okomu Oil Palm Company Plc stop forthwith their destruction, pays compensation for the destructions and losses caused to the communities as well as general and exemplary damages for the biodiversity destructions.

It is our further humble request Your Excellency that:

  • Before any further development of oil palm or rubber production, a negotiation, survey, documentation and a genuine environmental and social impact assessment must be immediately carried out on the entire land occupied by Okomu Oil Palrn Company Plc. A failure to do so and to abide by the new terms should earn the company a status of an illegal occupier.
  • Free, Prior, and Informed Consent (FPIC) is an internationally enforceable right, therefore Okomu Oil Palm Company Plc should go back to status quo ante to right the wrongs against Okomu communities or vacate the area totally.
  • Okomu Oil palm Cornpany Plc must urgently rebuild and reinstate the four commtinities forcefully evicted, restore the environment and properties extirpated and pay compensation for the farms and crops destroyed in all their communities and villages impacted by their operations.
  • Okomu Oil Palm Compatty Plc should conduct a medical check and treatment for the people of Okomu communities as a result of the pollution of the creek due to the agrochemicals used for the development of their palms and rubbers.
  • Okomu Oil Palm Company Plc must as a matter of urgency return the boats, fishing traps and hooks seized from the 35 women for their sustainable economic Iivelihood and pay compensation immediately.
  • That henceforth promises ade by the company in the area of health, education, road and employment must be fulfilled and a yearly cooperate social responsibilities must be agreed on with a time frame aftached via a well-documented Memorandum of Understanding (MoU)./
  • Failure to comply with the above, Okomu Oil Palm Company Plc must be held responsible for any break down of law and order that might arise as a result of the non compliance.

Your Excellency sir, we are available, willing and ready to provide further information and evidence where needed as we await your fatherly favourable response to our above humble requests.

Yours faithfully,

1 Uwaka, Rita, Chlma Williams and Nosa Tokunbor (2017): Deforestation, Land Grabbing in Edo State - lmpacts of Okomu oil palm plc operations on Community Land’s and tt.re Environment", published by Environmental RightsAction / Friends of the Earth Nigeria

Lettre

Au président du Nigeria Muhammadu Buhari et au Gouverneur Godwin Obaseki

Monsieur le Président,

Monsieur le Gouverneur,

le 20 mai 2020, le village d’Ijaw-Gbene a été réduit en cendres dans le sud du Nigeria. Selon des témoins oculaires, les assaillants étaient des agents de sécurité de la société Okomu Oil Palm Plantation Plc (OOPC) et des militaires.

OOPC rejette les allégations.

Avec l’attaque de mai 2020, les agriculteurs et les pêcheurs ont perdu leur logement et leurs biens. Les 80 villageois n’ont eu d’autre choix que de se réfugier dans les communautés et les églises voisines, augmentant le risque d’infection par le COVID.

Dans une lettre commune datée du 4 septembre 2020, les communautés locales vous demandent de prendre des mesures contre OOPC. Par le présent courrier, nous soutenons leurs revendications.

Nous vous demandons de veiller à ce que OOPC :

- cesse d’attaquer les villages et respecte les droits humains de la population,
- arrête de détruire la nature,
- soit l’objet d’une enquête approfondie pour savoir si elle est a violé la loi. Si elle est reconnue coupable, la société devra être contrainte de quitter les terres occupées illégalement. Des sanctions dissuasives et punitives devront, en outre, être imposées.
- mette immédiatement fin aux destructions et verse des compensations à la fois pour les pertes subies par les communautés et, de manière générale et exemplaire, pour les dommages causés à la biodiversité.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président, Monsieur le Gouverneur, l’expression de notre profond respect.

L'huile de palme en 5 minutes

Situation actuelle : la forêt tropicale dans les véhicules et les assiettes

Avec 66 millions de tonnes par an, l’huile de palme est l’huile végétale la plus produite de la planète. Un prix particulièrement bas sur le marché mondial et des propriétés convenant particulièrement au processus de transformation industrielle des aliments ont fait que l’huile de palme est présente aujourd’hui dans un produit sur deux dans les supermarchés : pizzas surgelées, biscuits, margarine, crème pour le corps, savon, maquillage, bougies, lessive…

Ce que presque personne ne sait : près de la moitié des importations d’huile de palme dans l’union européenne est consommée sous la forme de biocarburants. La loi de 2009 sur l’incorporation obligatoire d’agrocarburants dans l’essence et le diesel est ainsi une cause majeure de déforestation tropicale.

À ce jour, les plantations d’huile de palme s’étendent sur 27 millions d’hectares à travers le monde, soit un territoire grand comme la Nouvelle-Zélande d’où ont été chassés habitants et animaux pour faire place à un « désert vert ».

Les conséquences : la mort dans le sachet de soupe en poudre

Les palmiers à huile trouvent des conditions optimales de croissance dans les chaudes et humides régions tropicales près de l’Équateur. En Asie du Sud-Est, en Amérique du Sud et en Afrique, d’immenses zones
de forêts tropicales sont défrichées et brûlées, jour après jour, pour faire de la place aux plantations. Ce faisant, de grandes quantités de gaz à effet de serre sont émises dans l’atmosphère. L’Indonésie, premier producteur d’huile de palme de la planète, a ainsi émis plus de gaz à effet de serre que les États-Unis d’Amérique au cours de l’année 2015. Les émissions de CO2 et de méthane rendent les biocarburants à base d’huile de palme trois fois plus nocif pour le climat que les carburants à base de pétrole.

Mais le climat n’est pas le seul touché : avec les arbres disparaissent des espèces rares comme l’orang-outan, l’éléphant pygmée de Bornéo ou le tigre de Sumatra. Paysans et populations autochtones, qui depuis des générations vivent dans la forêt et la préservent, sont souvent brutalement expulsés de leur terres. A ce jour, 700 conflits fonciers en rapport avec l’industrie de l’huile de palme ont été recensés en Indonésie. Et les plantations gérées de « manière durable » ou « bio » ne sont pas exemptes de violations des droits humains de la population.

Nous, consommateurs, en entendons peu parler. Pourtant, notre absorption quotidienne d’huile de palme est nocive pour notre propre santé : l’ huile de palme industrielle raffinée est riche en contaminant génotoxiques et cancérigènes comme l’a alerté l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) au cours de l’été 2016.

La solution : changer radicalement nos modes d’alimentation et de déplacement

Il ne reste plus que 70 000 orangs-outans dans les forêts d’Asie du Sud-Est. La politique européenne de soutien aux biocarburants pousse les grands singes toujours plus au bord de l’extinction : chaque nouvelle plantation de palmier à huile détruit une partie de son habitat naturel. Nous devons faire pression sur les politiques pour aider nos plus proches parents. Mais il existe des pratiques quotidiennes pouvant déjà apporter beaucoup.

Ces conseils simples vous aideront à savoir où l’huile de palme se cache et comment l’éviter :

  1. cuisiner soi-même : biscuits poire - amande - noix de coco ? Pizza pomme de terre romarin ? Transformer soi-même des aliments frais permet d’éviter tous les plats préparés contenant de l’huile de palme de l’industrie agroalimentaire. Les huiles végétales européenne telles que l’huile d’olive, de tournesol ou de colza s’adaptent à quasiment toutes les recettes.
  2. lire les étiquettes : la présence d’huile de palme doit être indiquée sur les emballages alimentaires depuis décembre 2014. Mais pas pour les cosmétiques mais et les produits ménagers où elle se cache sous la forme de termes techniques. Il est très facile de trouver des alternatives sans huile de palme sur internet.
  3. le client est roi : « Quels produits sans huile de palme proposez-vous ? Pourquoi n’utilisez pas des huiles locales ? » Poser de telles questions aux fabricants peut leur faire craindre pour la réputation de leurs produits. La pression publique et la prise de conscience accrue du problème a déjà incité plusieurs producteurs à renoncer à huile de palme.
  4. Signer des pétitions et interpeler les politiques : les pétitions en ligne permettent de faire pression sur les politiques responsables des importations d’huile de palme. Avez-vous déjà signé toutes les pétitions de Sauvons la forêt ?
  5. Se faire entendre : les manifestations et autres actions collectives permettent d’atteindre le public et les médias. Ainsi s’accroît la pression sur les décideurs politiques.
  6. Renoncer à la voiture : il est très facile de réaliser la plupart de nos trajets à pied, à vélo ou avec les transports en commun.
  7. Savoir et faire savoir : les milieux économiques et politiques veulent nous faire croire que les biocarburants sont bons pour le climat ou qu’il est possible de produire de l’huile de palme de manière durable. Sauvonslaforet.org informe sur les conséquences de la culture industrielle de l’huile de palme.

Plus d’informations

Cette pétition est également disponible en :

86 985 signatures

Aidez-nous à atteindre les 100 000 signatures :

Dernières activités