Afrique du Sud: babouins abattus dans des plantations certifiées durables.

Les babouins sont abattus dans des plantations certifiées éco-responsables
21 267 signatures

Pour avoir eu l'impudence de se nourrir de la résine des bois exotiques dans les monocultures industrielles d'Afrique du Sud, 295 babouins ont déjà été abattus cette année. Cela n'empêche pourtant pas les plantations où a lieu cette tuerie d'avoir l'écolabel délivré par le FSC (Conseil de Soutien de la Forêt) certifiant la gestion socialement, écologiquement et économiquement responsable des forêts. Aidez-nous à stopper cette folie!

Appel

Pour avoir eu l'impudence de se nourrir de la résine des bois exotiques dans les monocultures industrielles d'Afrique du Sud, 295 babouins ont déjà été abattus cette année. Cela n'empêche pourtant pas les plantations où a lieu cette tuerie d'avoir l'écolabel délivré par le FSC (Forest Stewardship Council - « Conseil de Soutien de la Forêt » en français) certifiant la gestion socialement, écologiquement et économiquement responsable des forêts.

Les babouins ont une alimentation très variée: fruits, feuilles, herbes, graines, racines, insectes et petit vertébrés. Ainsi, ne pouvant trouver ces aliments dans les monocultures d'Afrique du Sud, ils souffrent de malnutrition. Pour compenser cette carence nutritionnelle, ils se nourrissent de la sève des arbres, riche en oligo-éléments, endommageant leur écorce avec leurs dents.

Les sociétés forestières, en particulier Komatiland et York Timber, font valoir le préjudice porté aux arbres par les babouins pour les tuer en masse. Il existe à ce jour un permis les autorisant à exécuter 1.040 bêtes supplémentaires. L'argumentation des exploitants ne tient pas: des études scientifiques menées en Afrique du Sud et au Zimbabwe décrivent la mise à mort des babouins cruelle et inefficace.

 

Suite...

 

Protestez auprès du FSC et de l'ambassadeur d'Afrique du Sud en France. Une plainte contre le meurtre de babouins a déjà déposée auprès du FSC, à ce jour sans effet. Komatiland est une entreprise publique. La mise à mort absurde et tragique des babouins doit cesser immédiatement. Le FSC ne doit pas certifier des monocultures industrielles. Les plantations ne sont pas la forêt! Elles doivent disparaitre sans plus attendre…

Contexte

Le problème ce n'est pas les babouins mais les monocultures industrielles. En Afrique du Sud, les plantations de bois certifiés FSC s'étendent déjà sur 1,3 millions (!) d'hectares. Des écosystèmes entiers ont été détruits pour laisser place aux interminables rangées d'arbres exotiques et d'eucalyptus. En conséquence, les animaux ont perdu leur habitat, les habitants ont dû quitter leurs terres.

Cela ne remplit EN AUCUN CAS des critères sociaux et environnementaux de gestion durable des forêts. La diversité des espèces disparait, les sols s'appauvrissent. Les pins et eucalyptus provoquent l'altération de l'humus. L'essence des arbres, très inflammables, pose aussi problème. Les incendies sont fréquents dans les plantations, faisant des dizaines de victimes.

Depuis plusieurs années, population locale et ONG, notamment l'organisation sud-africaine Geasphere, protestent de concert contre les plantations industrielles. Pourtant, le Conseil de Soutien de la Forêt (FSC: Forest Stewardship Council), basé à Bonn en Allemagne, a délivré à ces monocultures son label pour leurs "gestion responsable des forêts". Ainsi, Komatiland et York Timbers voient respectivement 187.000 et 94.000 hectares de leurs plantations certifiées. Une grande partie de celles-ci sont situées dans la province de Mpumalanga.

L'écolabel FSC, certifiant plantations industrielles et massacre de babouins, se révèle dans ce cas une grave tromperie pour le consommateur.

Lettre

FSC International Center
M. Andre de Freitas
Charles de Gaulle Str. 5, D-53113 Bonn
Tél: +49 228-36 766-0 - Fax: +49 228-36 766-30
E-mail: a.freitas@fsc.org

S.E. Mme Dolana Msimang, Ambassadeur de la République d’Afrique du Sud
59 Quai d'Orsay, 75343 Paris Cédex 7
Tél: +33 1 53 59 23 23 - Fax: +33 1 53 59 23 33
E-mail: info@afriquesud.net

Madame l'Ambassadeur, Monsieur de Freitas,

Je viens d'apprendre avec consternation la tuerie en masse de babouins dans des plantations certifiées par le FSC en Afrique du Sud, dont certaines détenues par la compagnie forestière d'État Komatiland.

Pas moins de 295 babouins ont été abattus depuis le début de l'année 2011. Des permis de tuer ont été délivré pour 1.040 têtes supplémentaires. Ces massacres sont imputables en premier lieu aux entreprises Komatiland et York Timbers. Les plantations de ces deux sociétés sont certifiées par le l'écolabel FSC.

Les sociétés d'exploitation forestière justifient la mise à mort des babouins pour empêcher les dommages causés par leurs morsures sur les troncs d'arbres. Toutefois, des études scientifiques menées en Afrique du Sud et au Zimbabwe estiment les mesures prises à l'encontre des babouins aussi cruelles qu'inefficaces.

Les monocultures industrielles sont des "déserts verts" gérés uniquement par des considérations économiques. Elles sont situées sur des terres autrefois fertiles, couvertes de prairies riches en espèces végétales.

Les babouins se nourrissent de graines, fruits, feuilles, racines, insectes et petits vertébrés. Sur les plantations, ils souffrent de malnutrition et essaient de compenser leurs carences alimentaires par la résine des pins qu'ils lèchent après avoir mordu dans l'écorce de ces derniers.

Les monocultures sont à bien des égards nocives et dangereuses. Les pins et eucalyptus provoquent l'altération de la couche d'humus. La capacité de stockage en eau des sols est considérablement réduite, le carbone libéré réchauffe le climat.

L'habitat naturel bordant les plantations subit les dommages causés par la forte consommation en eau des arbres exotiques. L'approvisionnement en eau des communautés locales est fortement perturbé et on compte par dizaines les victimes humaines des incendies ravageurs dans les plantations.

Il est inadmissible de voir le FSC certifier des plantations en tant que "forêts gérées de façon responsable". Les monocultures industrielles de bois exotiques et d'eucalyptus ne sont ni écologiquement, ni socialement acceptables. Les plantations ne sont pas des forêts!

J'appelle le FSC à retirer immédiatement sa certification aux monocultures industrielles. J'appelle le gouvernement sud-africain, en tant propriétaire de Komatiland, à faire cesser la tuerie des babouins. Les plantations doivent disparaitre, laissant la place aux forêts (réelles) gérées durablement et aux prairies.

Je vous prie d'agréer, Madame l'Ambassadeur, Monsieur de Freitas, en l'assurance de ma respectueuse considération.