Action pour la restitution des terres aux Avá Guaraní

Des membres du peuple Avá Guarani effectuent une danse tribale sur les ruines d’un temple détruit par la police « C’est notre terre. Nous y reviendrons même s’ils nous expulsent ! » clame Ramón López (© Conapi)
76 758 signatures

Le Paraguay exacerbe l’accaparement des terres pour les élevages intensifs et les cultures de soja transgénique de l’industrie agroalimentaire. Ces dernières semaines, le peuple autochtone Avá Guaraní a subi deux violentes agressions sur son territoire. Protestons auprès des autorités paraguayennes !

Appel

Au Président et au Ministre de l’Intérieur du Paraguay

“Restitution au peuple Ava Guaraní des terres spoliées pour les élevages intensifs et les cultures de soja transgénique de l’industrie agroalimentaire !”

Afficher la lettre de pétition

Au Paraguay, 900.000 personnes ont déjà été chassées de leurs terres pour faire place aux monocultures de soja transgénique et aux élevages industriels. Dernières victimes en date, une centaine de familles du peuple autochtone Avá Guaraní ont été déplacées de force dans le district de Corpus Christi.

Le 20 mai dernier, la communauté Y’apo a subi l’assaut de 300 policiers qui brûlèrent leurs maisons et détruisirent leurs temples. N’ayant pas les moyens physiques de résister, les habitants ont fuit dans les forêts avoisinantes. En juin, plusieurs Avá Guaraní furent grièvement blessés lors d’une nouvelle attaque, cette fois-ci menée par 50 agents de sécurité armés.

Pour la sœur Raquel Peralta de la Coordination nationale de la Pastorale indigène (Conapi), « le but ultime est de chasser tous les autochtones de leurs terres pour faire place aux cultures de soja et aux élevages de bovins. »

Le peuple Avá Guaraní est en conflit avec la société Laguna SA qui prétend posséder 5.000 hectares de son territoire. Dans dans la zone Yvrarovana près de la Réserve naturelle de Mbaracayaú, l’entreprise a déjà défriché des forêts vierges pour les convertir en plantations de soja.

Au Paraguay, où 85% des terres sont entre les mains de seulement 2,5% de la population, les conflits provoqués par l’accaparement des terres et des ressources naturelles sont inévitables. Les confrontations entre les grands propriétaires fonciers, une élite aux pratiques mafieuses, et les paysans sans terres sont nombreuses, une des plus mémorables étant le massacre de Curuguaty il y a deux ans.

Écrivons aux autorités paraguayennes pour que les Avá Guaraní retrouvent leurs terres !

Contexte

« Le modèle économique favorisé par l’État du Paraguay est à la source même de l’exploitation et du pillage des territoires autochtones » explique sœur Raquel Peralta. Beaucoup d’indigènes ayant été expulsés de leurs terres se retrouvent dans les villes, sans argent et à la rue.

L’économie du Paraguay est de plus en plus axée sur les exportations de produits agricoles. Ayant pour objectif l’industrialisation intégrale du secteur agroalimentaire, les décideurs politiques paraguayens projettent de développer massivement le secteur de l’élevage intensif en doublant les surfaces agricoles actuelles pour parvenir à un total de 6 millions d’hectares.

La production annuelle de 9 millions de tonnes de soja destiné à l’exportation a des conséquences dévastatrices : utilisation de terres arables qui pourraient être affectées à d’autres types de cultures, empoisonnement des eaux par les épandages massifs de pesticides, provoquant maladies et mort chez toutes les espèces vivantes.

Malgré la nouvelle législation mise en place en 2013 pour lutter contre la déforestation, des milliers d’hectares de forêt vierge sont détruits chaque année. Selon le WWF, les zones forestières du Paraguay sont passées de 9 à 1,5 millions d’hectares entre 1950 et 2004. L’expansion des monocultures industrielles se fait au détriment de la diversité des cultures et des paysans expulsés de leurs terres vivrières.


Le soja parmi les principales matières premières au monde

La production mondiale de soja a presque décuplé au cours des 50 dernières années. Environ 80% du soja produit dans le monde est utilisé comme aliment bon marché pour nourrir le bétail des élevages industriels intensifs. Ainsi, partout sur notre planète, les gens mangent des bœufs, des porcs et des poulets ayant été nourris avec du soja génétiquement modifié.

Utilisé sous forme de tourteaux pour l’alimentation animale, le soja est également très prisé pour son huile dont la production est dopée par la demande mondiale toujours croissante en agrocarburants. Avec des cultures qui s’étendent sur 46 millions d’hectares, le soja transgénique est un business extrêmement rentable en Amérique latine.

Le Paraguay est devenu le quatrième exportateur mondial de soja en doublant sa production au cours des dix dernières années. En 2011, le soja a généré 2 milliards de dollars de bénéfices. Les monocultures industrielles  s’étendent à ce jour sur 3,1 millions d’hectares.


Le soja dopé par les décideurs politiques au Paraguay

Le gouvernement paraguayen se montre extrêmement généreux et commode lorsqu’il est question de soja. Ainsi, les sociétés multinationales comme Monsanto, Bunge, Cargill, Archer Daniels Midland, Noble ou Louis Dreyfus Commodities sont déchargées de leur responsabilité pour la destruction des forêts tropicales ou pour la contamination de l’environnement par les pesticides. En outre, ces sociétés transnationales ne paient quasiment pas d’impôts…

Le soja et la viande font partie des principaux produits exportés par le Paraguay. Bien qu’ils représentent 20% de son PIB, ils ne représentent que 2% des recettes fiscales du pays.


Le soja en chiffres

Au Paraguay :
•  Trois millions d'hectares de terres sont dédiées à la culture du soja, avec une production allant de 2,7 et 3 tonnes par hectare.
• Un hectare de soja génétiquement modifié consomme en moyenne 8 litres de Roundup. Au total ce sont 24 millions de litres de l’herbicide total de Monsanto qui sont épandus chaque année. Au Paraguay, 98% du soja cultivé est transgénique.

En Europe :
• L’Union européenne importe environ 34 millions de tonnes de soja par an pour l’alimentation animale. La plupart de ce soja (transgénique) provient d’Amérique du Sud. 15 millions d’hectares de terres sont nécessaires pour produire cette quantité de soja, ce qui représente un quart de la France métropolitaine.

Dans le monde :
• Avec une demande en progression constante, la production mondiale de soja a décuplé depuis 1960 et s’élève à 260 millions de tonnes par an. Trois-quart du soja produit dans le monde est transgénique.




Informations supplémentaires

En français
• Article du Journal des alternatives  Paraguay : le soja génétiquement modifié sème la colère chez le Guaranis
• Article du Monde  La ruée sur le soja transgénique chasse les paysans paraguayens de leurs terres
• Communiqué de ccfd-terre solidaire  Un an après le massacre de Curuguaty, CODEHUPY, partenaire du CCFD-Terre Solidaire réagit

En espagnol
• Article de Vientofuerte  De capangas y “productores”, de jueces y policías
• Article de E’A  Indígenas avá-guaraní danzaron sobre las ruinas de su templo
• Article de Vientofuerte  Cuatro monjas contra 300 policías




Destinataires de la pétition

En plus de signer la pétition, il vous est possible de contacter directement ses destinataires :

M. Horacio Cartes, Président de la République du Paraguay
M. Francisco José De Vargas, Ministre de l’Intérieur de la République du Paraguay

Ambassade du Paraguay en France
1, rue Saint Dominique
75007 Paris
Tél : +33 (0)1 42 22 85 05

Courriel : paraguay.ambassade@wanadoo.fr

 

Lettre

Au Président et au Ministre de l’Intérieur du Paraguay

Monsieur le Président,
Monsieur le Ministre,

Je souhaite vous exprimer ma plus vive indignation face aux injustices et aux violations répétées des droits humains commises à l’encontre des Avá Guaraní de la communauté Y'apo. Dans le district de Corpus Christi, une centaine de familles ont été expulsées de force, blessées ou tuées par des policiers et des agents de sécurité de l’entreprise Laguna SA.

Devant cet état de fait, j’exhorte le gouvernement paraguayen :

- à mettre un terme à l’expansion des cultures de soja et des élevages qui exacerbent la déforestation et détruisent les habitats des humains et des animaux.

- à prendre des mesures pour réparer les atteintes faites aux Avá Guaraní et à la communauté Y'apo.

- à respecter la Constitution et la législation du Paraguay ainsi que les lois internationales relatives à la protection des peuples autochtones et de leurs territoires.

Je suis solidaire des personnes touchées et apporte mon soutien à l’action des membres de la Conapi. Par ailleurs, j’exhorte tout un chacun à agir pour le respect des droits de l’homme, pour la préservation de la nature dont nous dépendons tous, en d’autre termes à œuvrer pour une vie meilleure.

Je vous prie de croire, Monsieur le Président, Monsieur le Ministre, à l'assurance de ma considération et de ma vigilance citoyenne.