Ni aliment ni médicament : stop au commerce de pangolin

Un bébé pangolin gambade librement dans la nature Les pangolins continuent à être chassés et vendus illégalement en Asie du Sud-est

Le pangolin, très prisé pour sa viande et ses supposées vertus médicinales, est le mammifère le plus braconné au monde. Il joue aujourd’hui un rôle tragique dans la pandémie de Covid-19, en tant qu’intermédiaire le plus probable dans la transmission du virus à l’homme sur un marché d’animaux sauvages. Son commerce doit être stoppé.

Mises à jour Appel

Aux gouvernements de la Chine et du Vietnam

“Le pangolin n’est ni un aliment ni un médicament mais un animal menacé d’extinction. Sa chasse et son commerce doivent cesser en Afrique et en Asie du Sud-est”

Afficher la lettre de pétition

Les scientifiques pensent que la pandémie de coronavirus a vraisemblablement pour origine le marché de Wuhan, un véritable vivier d’agents pathogènes avec ses nombreux animaux sauvages serrés dans des cages exiguës. Le pangolin, vendu également dans ce lieu est considéré comme l'intermédiaire le plus probable dans la transmission du virus de la chauve-souris à l’homme.

La chasse, la contrebande et le commerce des pangolins rapportent gros. Un kilo de sa viande coûte 400 dollars US. Les prix les plus élevés sont pratiqués dans les restaurants chinois et vietnamiens. Les conséquences sont dévastatrices pour l’espèce.

Les quatre espèces asiatiques de pangolin sont menacées et classées "en danger" et "en danger critique" d’extinction sur la liste rouge de l’UICN. La pression s’accroît également sur les quatre espèces africaines.

Bien que les douanes font régulièrement des saisies spectaculaires de centaines de pangolins vivants ou de tonnes d’écailles, le nombre de cas non signalés est probablement très élevé. L’Agence d’investigation environnementale (EIA) a publié une carte interactive illustrant l’étendue du commerce illégal.

La lutte contre le braconnage de pangolin doit être intensifiée en parallèle de l’arrêt de son commerce. Les marchés d’animaux sauvages ont déjà été fermés à Wuhan et partout en Chine, notamment pour empêcher la propagation d’autres agents pathogènes. Nous, écologistes, réclamons la fermeture définitive des marchés d’animaux sauvages dans le monde entier.

La Chine et le Vietnam doivent faire plus pour la survie du pangolin en adoptant des lois et des contrôles plus stricts. Appelons leurs gouvernements à mobiliser toutes les énergies nécessaires à la survie du pangolin.

Contexte

Le pangolin est un animal singulier, aussi méconnu que menacé. Unique mammifère au monde recouvert d’écailles, le petit fourmilier est très prisé en Chine et au Vietnam où l’on considère sa viande comme un mets des plus exquis et où l’on prête des pouvoirs de guérison miraculeux à ses écailles.

En Afrique et en Asie du Sud-est, les populations de pangolins ne cessent s’effondrer. Car, malgré l’interdiction de leur commerce par le droit international, les pangolins continuent à être chassés en tout illégalité. Selon certaines estimations, un million de pangolins auraient été tués et vendus illégalement au cours des 10 dernières années.

Témoins du braconnage et du commerce illégal des pangolins, les douanes d’Asie et même de France font régulièrement des saisies spectaculaires d’animaux vivants, de tonnes de viande ou de centaines de kilos d’écailles. Malgré les nombreuses arrestations effectuées et les saisies opérées, les braconniers continuent leur sinistre ouvrage.

Aujourd’hui, les huit espèces de pangolin recensées sont toutes inscrites sur la liste rouge des espèces menacées de l’UICN. Deux des quatre espèces asiatiques (le pangolin javanais et le pangolin de Chine) pourraient même s’éteindre d’ici 15 ans. Victimes du braconnage et de la contrebande, les espèces africaines prennent malheureusement le même chemin.

La contrebande de pangolins

Bien que le commerce du pangolin soit interdit par le droit international depuis l’année 2000, 23.400 animaux ont encore été trouvés lors de saisies opérées entre les années 2011 et 2013.

En Avril 2013, 2.000 pangolins ont ainsi été découverts encore en vie à bord d’un navire chinois aux Philippines. En Août de cette même année, d’autres pangolins vivants ont été trouvés dans un conteneur de six tonnes qui transitait entre l’Indonésie et le Vietnam. Le 12 mai 2014, ce sont 956 pangolins congelés qui ont été confisqués en Chine.

Les saisies d’écailles de pangolins se font toujours plus nombreuses et importantes : saisie d’une tonne le 28 mai 2014 à Hong-Kong d’écailles de pangolins en provenance Afrique, saisie de 250 kg à la douane de l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle le 9 juillet suivant. Plus récemment ce sont 4,4 tonnes d’écailles de pangolins ont été découvertes dans un cargo provenant du Cameroun en juin 2016 et une cargaison de 3 tonnes d’écailles de pangolins a été interceptée en Côte d’ivoire le 27 juillet 2017.

UICN (en anglais)

• Page d’accueil du site officiel UICN SSC Pangolin
• Présentation générale Pangolins
• Rapport de l’UICN SSC Pangolin Scaling up pangolin conservation
• Communiqué de presse de l’UICN Eating pangolins to extinction

Vidéo : Guardians of the Pangolin - The fight to save the world’s most trafficked animal

Sources et informations supplémentaires

En français

En anglais

Destinataires de la pétition

En plus de signer la pétition, il vous est possible de contacter directement ses destinataires :

Gouvernement de la République Populaire de Chine

Ambassade de Chine à Paris
11 avenue George V
75008 Paris
Tél : +33 (0)1 49 52 19 50
Courriel : chinaemb_fr@mfa.gov.cn

Gouvernement de la République socialiste du Vietnam

Ambassade du Vietnam à Paris
62 rue Boileau
75016 Paris
Tél : +33 (0)1 44 14 64 00

Courriel : vnparis.fr@gmail.com

Lettre

Aux gouvernements de la Chine et du Vietnam

Madame, Monsieur,

Le pangolin est le grand oublié des espèces menacées, bien que ses huit espèces soient inscrites sur liste rouge de l’Union internationale pour la préservation de la nature (IUCN). Le pangolin de Chine et le pangolin javanais sont même en danger critique d’extinction et pourraient avoir totalement disparu d’ici 15 ans.

Le braconnage et le commerce illégal sont à l’origine de l’effondrement des populations de pangolins. Leurs écailles en kératine sont très prisées dans vos pays pour leurs supposés pouvoir de guérison et autres vertus médicinales. Leur chair y est aussi considérée comme un mets parmi les plus délicats et pour lequel les consommateurs sont disposés à payer une véritable fortune.

Je vous demande d’agir pour la protection du pangolin et de combattre en conséquence sa chasse et son commerce illégal.

Je vous prie de croire, Madame, Monsieur, à l’assurance de ma considération et de ma vigilance citoyenne.

Mises à jour

Cette pétition est également disponible en :

388 273 signatures

Aidez-nous à atteindre les 400 000 signatures :

Dernières activités