Non à la légalisation du commerce des cornes de rhinocéros !

Une femelle rhinocéros et son petit rhinocéron dans la savane Des rhinocéros en liberté : une image appartenant bientôt au passé ? (© Martha de Jong-Lantink - (CC BY-NC-ND 2.0))

Le gouvernement d’Afrique du Sud envisage les mesures les plus folles pour lutter contre le braconnage, y compris la légalisation du commerce de cornes de rhinocéros. Légaliser la vente de l’ivoire avait pourtant exacerbé le massacre des éléphants par le passé. Écrivons aux autorités sud-africaines et aux États membres de la CITES !

Lettre

Aux gouvernements d’Afrique du Sud et des États membres de la CITES

Empêchez la légalisation du commerce des cornes de rhinocéros en Afrique du Sud ! Au lieu de protéger l’animal du braconnage celle-ci provoquera son massacre…

Afficher la lettre de pétition

Le braconnage est en pleine recrudescence en Afrique du Sud. 1215 rhinocéros y ont été tués en 2014. Ils étaient seulement 13 en 2007. À ce rythme, le rhinocéros aura bientôt disparu du pays abritant à ce jour 80% de sa population mondiale.

Le gouvernement sud-africain semble ne plus savoir quoi faire pour stopper les braconniers et envisage désormais la légalisation du commerce des cornes de rhinocéros. La logique avancée est celle de faire baisser le prix des cornes et ainsi de dissuader le crime organisé de vendre ce produit devenu moins rentable.

Il est difficile d’imaginer les braconniers abandonner leur juteux business. On les conçoit plutôt en train de chercher à corrompre des fonctionnaires pour faire déclarer légales des cornes braconnées… De plus, la légalisation fera augmenter la demande et pourrait faire franchir le pas aux acheteurs potentiels rebutés jusqu’ici par l’illégalité du commerce.

Et l’expérience passée est édifiante : en 2008, quatre pays d’Afrique avaient légalisé le commerce de l’ivoire. Les braconniers s’étaient alors déchainés sur les éléphants. Un tel massacre ne doit pas se reproduire !

Autre argument, le prélèvement des cornes sur des animaux vivants permettrait de les épargner. Le système imaginé serait ni plus ni moins de créer des élevages de rhinocéros. Sans cornes. Sans commentaires…

Motif d’espoir, l’Afrique du Sud doit convaincre la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES) lors de sa conférence du Cap de 2016 pour pouvoir légaliser le commerce de corne de rhinocéros.

Demandons aux dirigeants sud-africains ainsi qu’à ceux des États membres de la CITES de rejeter une mesure qui, loin des objectifs fixés, profitera au crime organisé et stimulera l’extinction du rhinocéros !

Contexte

 

Informations supplémentaires

En français
• Article d’Afrik.com Afrique du Sud : vers la légalisation du commerce de cornes de rhinocéros
• Article du Monde Le massacre des rhinocéros atteint un nouveau record en Afrique du Sud
• Article de la Tribune de Genève Mieux protéger les rhinocéros en vendant leurs cornes?
• Article du Journal de l’économie L'Afrique veut légaliser le business des cornes de rhinocéros
• Article du Monde L'Afrique du Sud envisage de légaliser le commerce des cornes de rhinocéros
• Article du Petit journal Vers une légalisation de la vente des cornes de rhinocéros
• Article de Jeune Afrique Afrique du Sud : légaliser le commerce de cornes pour sauver les rhinocéros de l'extinction ?
• Article de Global Voices Des idées folles, mais peut-être le seul espoir pour sauver le rhinocéros africain
• Article du Temps La CITES, gardienne des espèces menacées

En anglais
• Billet posté sur le site du National Geographic Rhinos and Elephants Are in Trouble—So Why Adopt Contradictory Emergency Measures?
• Communiqué de l’organisation WESSA South Africa’s Rhino Horn Trade Proposal risks rhino extermination




Destinataires de la pétition

En plus de signer la pétition, il vous est possible de contacter directement ses destinataires :

M. M. Jacob Zuma, Président de la République d’Afrique du Sud

Ambassade d’Afrique du sud à Paris
59, Quai d’Orsay<
75343 Paris Cedex 07
France
Tél : +33 (0)1 53 59 23 23
Courriel : info@afriquesud.net

État membres de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction

Secrétariat CITES
Maison internationale de l'environnement
11 Chemin des Anémones
CH-1219 Châtelaine, Genève
Suisse
Tél : +41 (0)22 917 81 39/40
Fax : 41 (0)22 797 34 17
Courriel : info@cites.org



Lettre

Aux gouvernements d’Afrique du Sud et des États membres de la CITES

Mesdames et Messieurs les Présidents,
Mesdames et Messieurs les Premiers ministres,

En Afrique du Sud, les braconniers tuent tellement de rhinocéros que ceux-ci pourraient bientôt disparaître. Depuis de nombreuses années, gouvernements d’Afrique et d’ailleurs, organisations internationales, écologistes et citoyens du monde entier, nous essayons de mettre un terme à ce fléau.

Le sort des rhinocéros et des autres animaux victimes de braconnage nous tient tous à cœur.

Je ressens ainsi comme une énorme claque la volonté de la République d'Afrique du Sud de légaliser le commerce des cornes de rhinocéros. Je suis persuadé(e) que cette légalisation, loin d’agir à la survie de l’espèce, offrira au contraire des nouvelles cartes aux groupes criminels internationaux touchant de près ou de loin au braconnage.

La légalisation pourrait entrainer un massacre de rhinocéros comparable à celui des éléphants après l’autorisation du commerce de l'ivoire en 2008. Les rhinocéros doivent être protégés. Leurs cornes ne sont pas une marchandise.

Je vous exhorte à maintenir et à mettre en œuvre efficacement l’interdiction de toute forme de commerce de cornes de rhinocéros sans aucune exception. À mes yeux, celle-ci est nécessaire à la survie de l'espèce.

Je vous prie de croire, Mesdames et Messieurs les Présidents, Mesdames et Messieurs les Premiers ministres, à l'assurance de ma considération et de ma vigilance citoyenne.

Signer la pétition

Aidez-nous à atteindre les 150 000 signatures :

130 750
Dernières activités