Stop aux plantations de cacao dans les réserves protégées !

Un chimpanzé regarde vers le ciel dans la forêt tropicale Les plantations de cacao n’offrent aucun habitat aux primates (© Ronald Woan/Flickr - CC BY-NC 2.0)
121 803 signatures

Fin de l'action : 21 mars 2018

Les primates ont totalement disparu dans 13 des 23 réserves protégées de Côte d’Ivoire. C’est le terrible constat de recherches menées par des scientifiques dans le pays africain. La cause principale est la destruction des forêts pour les plantations de cacao. Demandons aux autorités ivoiriennes de protéger l’habitat des singes.

Lettre

Au gouvernement de la Côte d’Ivoire et aux groupes chocolatiers

Non au chocolat au prix de la disparition des forêts et des singes ! Merci de prendre les mesures nécessaires à la protection réelle des réserves du pays.

Afficher la lettre de pétition

Lors de leurs recherches dans les 23 réserves forestières de Côte d’Ivoire pour trouver deux espèces menacées de primates, les scientifiques de l’Université de l’Ohio ont établi un terrible constat : les forêts sont détruites dans presque tous les parcs nationaux.

« Certaines réserves protégées de Côte d’Ivoire n’abritent plus aucune forêt ni primate mais des plantations de cacao à perte de vue » déplore l’anthropologue W. Scott McGraw. Et le chercheur de nous alarmer : « Le Diane Roloway pourrait être la prochaine espèce à disparaitre. »

Les cultures de cacao mises en place par les habitants de pays voisins ayant fui la guerre ont pris des proportions insoupçonnées puisqu’elles recouvrent deux tiers des réserves forestières protégées de la Côte d’Ivoire. La perte de cet habitat a provoqué la chute spectaculaire des populations de chimpanzé et autres primates.

Heureusement certaines réserves sont relativement épargnées comme à Dassioko Sud et à Port Gauthier. Malgré 23 717 hectares de plantations illégales de cacao, leurs forêts côtières abritent encore trois espèces de primates menacées d’extinction : le Diane roloway, le Mangabey couronné et le Chimpanzé verus. Ces forêts sont à ce jour leur dernier refuge.

La présence de forêts et de primates dans ces deux réserves s’explique en grande partie par l’action de patrouilles au cours des dernières années. En 2013, des gardes forestiers y ont découvert 167 hectares de plantations illégales de cacao, neutralisé des centaines de pièges et signalé 150 braconniers. Faute de financement, il n’y a plus de patrouilles aujourd’hui.

Remettre en place des patrouilles de surveillance est la première et indispensable mesure à prendre pour la conservation des forêts et la survie des primates. Écrivons aux gouvernement ivoirien !

Contexte

Informations supplémentaires

• Article d’Intellivoire Côte d’ivoire: Les plantations illégales de cacao dans les parcs et réserves ont chassé les primates (Étude)
• Étude scientifique publiée par la Tropical Conservation Science Cocoa farming and primate extirpation inside Cote d’Ivoire’s protected areas
• Article de Sciences et Avenir Côte d’Ivoire. Les primates en voie d'extinction à cause des cultures de cacao
• Article de Slate Afrique En Côte d’Ivoire, les primates sont payés en monnaie de singe !
• Article d’Intellivoire Fôret ivoirienne : L’état des lieux et opération de reboisement
• Publication de SciDev.Net Côte d'ivoire: La guerre, une plaie pour l'environnement

Destinataires de la pétition

En plus de signer la pétition, il vous est possible de contacter directement ses destinataires :

Gouvernement de la République de Côte d’Ivoire

Ambassade de Côte d’Ivoire
102, avenue Raymond Poincaré
75116 Paris
Tél : +33 (0)1 53 64 62 62
Courriel : rciparis@ambassadecotedivoire.fr

Lettre

Au gouvernement de la Côte d’Ivoire et aux groupes chocolatiers

Madame, Monsieur,

Le cacao est cultivé illégalement dans les réserves forestières de la Côte d’Ivoire. La conséquence est la destruction des dernières forêts tropicales du pays. De nombreuses espèces animales, notamment de primates, sont menacées au plus haut point et pourraient bientôt s’éteindre !

Lors de leur travail de recensement des singes à l’intérieur des 23 zones protégées du pays, des scientifiques ont été confrontés pratiquement partout à des forêts détruites et à des plantations illégales de cacao. Ces dernières occupent déjà les deux tiers de la surface totale de ces réserves… Les chercheurs ont aussi constaté l’effondrement des populations de singes et n’ont trouvé aucun primate dans 13 des 23 zones étudiées.

Heureusement les forêts côtières de Dassioko Sud et de Port Gauthier offrent encore un refuge, le dernier, à trois espèces de primates menacées d’extinction : le Diane roloway (Cercopithecus Diana roloway), le Mangabey couronné (Cercocebus atys lunulatus) et le Chimpanzé verus (Pan troglodytes verus). Sur place, l'action de patrouilles de surveillance a prouvé au cours des dernières années son efficacité pour la protection effective des forêts et des primates.

Je vous exhorte à remettre en place des patrouilles afin que les animaux puissent (sur)vivre au calme à l’intérieur de zones forestières réellement protégées. Je vous exhorte aussi à empêcher la mise sur le marché de cacao issu de cultures illégales.

Je vous prie de croire, Madame, Monsieur, à l'assurance de ma considération et de ma vigilance citoyenne.