Arrestation et procès d’un défenseur de la forêt de Kinipan

Manifestation d’habitants du village de Kinipan devant le tribunal de Palangkaraya en 2022 à Bornéo Les habitants de Kinipan ne se laissent pas intimider (© Save Our Borneo) Manifestation d’habitants du village de Kinipan devant le tribunal de Palangkaraya en 2022 à Bornéo Les habitants de Kinipan ne se laissent pas intimider (© Save Our Borneo)

9 févr. 2022

Le village de Kinipan, dans les montagnes de Bornéo, est devenu le symbole de la lutte pour les droits forestiers des Autochtones. Les Dayak Tomun s’opposent à une société d’huile de palme qui déboise sans retenue leur forêt. Le maire de Kinipan a une nouvelle fois été interpelé et trainé devant les tribunaux.

La lutte pour les droits forestiers des Autochtones à Bornéo prend une tournure de plus en plus dramatique. Le maire de Kinipan, Wilem Hengki, comparaît actuellement au tribunal de Palangkaraya dans le Kalimantan central. Il est accusé d’avoir détourné des fonds destinés au développement du village, ce que réfutent les habitants.

Le procès s’est ouvert le 31 janvier 2022. Sur place, notre organisation partenaire Save Our Borneo (SOB) considère les accusations de corruption comme un simple prétexte. Elle voit dans cette procédure judiciaire une tentative de réduire au silence les indigènes de Kinipan et, ce faisant, d’affaiblir leur lutte pour le respect de leurs droits forestiers traditionnels.

Les habitants de Kinipan ont parcouru 600 kilomètres pour protester devant le tribunal contre cette action en justice arbitraire. En préambule de la manifestation, ils ont effectué un rituel traditionnel fait de prières et de chants afin d’implorer l’aide des forces de la nature et du ciel.

 

Avec le temps, la résistance des habitants de Kinipan contre la déforestation causée par l’huile de palme est devenue, en Indonésie, un symbole de la lutte pour les droits humains et les droits forestiers des Autochtones, un exemple parfait du conflit opposant populations indigènes et industrie agricole. Dans les montagnes de Bornéo, la forêt est encore intacte. Mais l’entreprise d’huile de palme PT Sawit Mandiri Lestari (PT SML) a commencé ses défrichements et rasé des des centaines d’hectares de forêt tropicale.

Le procès qui se déroule actuellement n’est pas la première tentative d’intimidation visant les Autochtones, puisque Wilem Hengki avait déjà été arrêté courant 2021 pour le même chef d’accusation de détournement de fonds. Le chef coutumier Effendi Buhing avait de son côté subit une interpellation brutale en 2020.

L’arrestation de Wilem Hengki, survenue le 14 janvier 2022, était totalement inattendue. Il est depuis cette date en détention provisoire. L’avocat Aryo Nugroho, de l’organisation d’assistance juridique LBH, s’est dit surpris et déçu par l’action musclée des autorités. Une interpellation n’était pas nécessaire, quand bien même les faits auraient été avérés. Mais la police a agit sur ordre venu "d’en haut". 

La "Coalition Justice pour Kinipan" mène le mouvement pour les droits forestiers des indigènes et soutient le village. Save Our Borneo et LBH en sont membres.