Menace de déforestation massive au Sarawak

Zone défrichée au Sarawak (Malaisie) Les entreprises forestières percent des voies dans les forêts appartenant aux indigènes, souvent de façon illégale (© Rettet den Regenwald / Mathias Rittgerott)

23 juin 2022

Le gouvernement de l’état malaisien du Sarawak vient d’ouvrir 1,2 million d’hectares de forêt tropicale à l’exploitation. Les autochtones craignent pour leurs terres et leurs moyens de subsistance.

Le ministre des ressources naturelles, Awang Tengah, a annoncé que les exploitants peuvent obtenir de nouvelles concessions forestières dans l’état malaisien, dans le cadre de la stratégie de relance économique post-Covid et de la campagne de "végétalisation du Sarawak". Le gouvernement souhaiterait par ailleurs planter 35 millions d’arbres par an sur l’île de Bornéo.

« Mais la plupart de ces terres fait partie de notre territoire ancestral », explique notre partenaire Matek Geram de l’organisation indigène SADIA : « Le gouvernement ne peut pas simplement les déclarer comme sa propriété ». Depuis de nombreuses années, Matek et les indigènes du peuple Iban luttent contre l’accaparement de leurs terres et la destruction de leurs forêts par les bûcherons et les entreprises d’huile de palme. « Nous, les Autochtones, sommes continuellement victimes d’une politique gouvernementale qui viole nos droits traditionnels », conclut-il.

Matek Geram demande au gouvernement du Sarawak de mettre immédiatement fin à la déforestation, aux plantations de palmiers à huile à grande échelle et à l’exploitation forestière.