Remise de signatures à la FAO

Remise des signatures à M. José Graziano da Silva, directeur de la FAO

21 janv. 2012

Le 21 janvier 2012, l'association Rettet den Regenwald e.V., organisation mère de Sauvons la forêt, a remis les signatures de la pétition « Les plantations ne sont pas des forêts ! » au directeur de la FAO. Nous avons profité de la Semaine verte internationale à Berlin pour nous entretenir avec M. José Graziano da Silva. 

Le 21 janvier 2012, l'association Rettet den Regenwald e.V., l'organisation mère de Sauvons la forêt, a remis les signatures de la pétition « Les plantations ne sont pas des forêts ! » au directeur de la FAO (l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture). Nous avons profité de la Semaine verte internationale à Berlin pour nous entretenir avec M. José Graziano da Silva.

Ce dernier a paru impressionné par les plus de 27.000 signatures collectées par Rettet den Regenwald e.V. en coopération avec le World Rainforest Movement (WRM). L'origine de notre démarche de contestation se trouve dans la pétition de 613 scientifiques à travers le monde qui critiquent vertement la définition actuelle du terme « forêt » par la FAO : « la forêt (...) correspond à un couvert arboré de plus de 10% sur au moins un demi-hectare. L'arbre étant défini comme une plante pérenne avec une seule tige (ou plusieurs si elle est recépée) atteignant au moins cinq mètres à maturité ». En d'autres termes, la FAO, par cette définition, donne aux monocultures industrielles d'arbres le statut de forêt, ce que nous avons demandé de modifier dans notre pétition.

La définition actuelle du mot « forêt » autorise même à l'agriculture industrielle à demander et obtenir des subventions pour reboisement sur des zones qu'elle décime mais qui ont le statut de forêt. Pareillement, des monocultures de palmiers à huile, pour les agrocarburants, ou d'acacia, pour la production de papier, peuvent se faire reconnaitre comme projets de conservations de l'environnement, même si ces plantations ont nécessité la destruction de forêts existantes pour voir le jour. Un comble.