Asiatic Persada : premières arrestations, témoins en fuite

Manifestants encadrés par les militaires dans la plantation d'Asiatic Persada le 5 mars 2014 (© Feri Irawan)

19 mars 2014

Notre partenaire Feri irawan nous a écrit. Il explique être en fuite, aux côtés de six compagnons ayant été tabassés le 5 mars dernier dans les plantations de l’entreprise d’huile de palme Asiatic Persada. Principaux témoins du meurtre de Pujiono, ils tentent d’échapper à « des militaires et des agents des services secrets corrompus ».

Copie du message envoyé le 12 mars 2014 par Feri Irawan :

« Nous changeons de lieu toutes les quatre heures, dormons dehors. Nous ne pouvons voir ni nos femmes ni nos enfants. Tout ça parce que ce pays protège les entreprises d’huile de palme et leurs hommes de main et non leurs victimes. La nuit dernière, certains autochtones sont parvenus à revenir sur leurs terres. Mais dès ce matin la police leur a transmis un message d’Asiatic Persada leur ordonnant de lever le camp immédiatement, sous peine d’être expulsés par la force, et ce bien que des enquêteurs criminels de Jambi aient préalablement arrêté 6 gardes de sécurité d’Asiatic Persada soupçonnés de meurtre et ouvert une enquête sur 40 soldats de l’armée indonésienne pour voies de fait graves. Les auteurs ont été photographiés avec des téléphones portables. Et la police est dorénavant à leur recherche dans la caserne. »

Depuis que Feri a dénoncé le meurtre du chef du village de Bungku nommé Pujiono auprès des polices civile et militaire, 5 gardes des forces de sécurité d’Asiatic Persada sont en état d’arrestation et 18 soldats sont en détention préventive dans une prison militaire.