Notre appétit pour la viande détruit les forêts du Gran Chaco

Un arbre brûlé pour établir des plantations de soja dans le Gran Chaco

27 mars 2018

La consommation de viande en Europe est coresponsable de la destruction environnementale en Amérique du Sud. Une nouvelle étude montre dans quelle mesure la culture du soja détruit les savanes et les forêts sèches de Gran Chaco. Le soja est consommé en majorité par le bétail dans les élevages européens.

Dans l’étude « Quand la déforestation s’invite à notre table », l’organisation Mighty Earth considère que l’Europe a une responsabilité directe dans la destruction environnementale dans le Gran Chaco, une région où vivent jaguars, fourmiliers et autres singes. L’Allemagne est le plus grand importateur de soja provenant de la région où les écologistes ont constaté des défrichages à grande échelle. Pour ce faire, ils ont consulté des images satellites et effectué des recherches sur place en Argentine et au Paraguay.

Les groupes agroalimentaires Bunge et Cargill jouent un rôle central. Les entreprises ont déjà été accusées d’être responsables de la destruction de la forêt tropicale au Brésil et en Bolivie dans des études précédentes. Selon de nouvelles recherches, les deux groupes dominent l’exportation de soja d’Amérique du Sud vers l’Europe, mais dissimulent l’origine de la marchandise.

L’étude révèle que des populations indigènes sont expulsées de leur terre au profit de la culture de soja. De nombreux habitants souffrent de maladies respiratoires ou de cancers du fait de l’utilisation de pesticides tels que le glyphosate. Le taux de malformations congénitales et de fausses couches est supérieur à la normale.

Les millions de tonnes de fèves et brisures de soja sont importées en Europe, et plus particulièrement d’espèces génétiquement modifiées en provenance d’Amérique du Sud. Ce soja est ensuite utilisé par l’industrie de la viande comme aliment pour bétail. Ainsi, même de la viande produite en Europe peut participer à la destruction de la nature en Amérique du Sud. La responsabilité des consommateurs européens va toutefois bien au-delà la la viande, puisque les poules pondeuses et les vaches laitières sont également nourries avec du soja importé.

Les groupes agroalimentaires européens doivent faire pression sur leurs fournisseurs et exiger qu’ils leur livrent des produits n’ayant pas contribué à la destruction de la forêt tropicale.

Cela vaut également pour des chaînes de restauration telles que Burger King. Signez notre pétition adressée aux groupes internationaux de fast-food !