« Les forêts de Papouasie sont systématiquement détruites »

Manifestation en Papouasie

24 sept. 2018

Le gouvernement indonésien exploite la destruction des forêts de Papouasie de manière flagrante et méthodique. Des défenseurs de l'environnement locaux reprochent au gouvernement de ne protéger les forêts que sur le papier.

En réaction aux incendies ayant ravagé les forêts et tourbières en 2015, le gouvernement de Joko Widodo avait interdit toute nouvelle plantation de palmiers à huile dans les forêts vierges et sur les sols tourbeux. Une coalition formée par des défenseurs de l'environnement et des droits humains reproche aujourd'hui au gouvernement de ne pas avoir tenu parole : « La destruction des forêts est planifiée de manière systématique. »

Au cours des seules 3 dernières années, les autorités ont délivré une pléthore de nouveaux permis pour 237 752 hectares de plantations de palmiers à huile. Derrière les onze grands groupes bénéficiaires, des investisseurs et des forces de sécurité publique seraient impliqués dans ce crime écologique en Papouasie. 

En avril, le fabriquant d'huile de palme PT. Sawit Makmur Abadi a obtenu une concession de près de 29 000 hectares à Nabire, dont 9000 hectares dans la forêt de tourbes et 95 hectares dans la forêt primaire. Selon Maurits Rumbekwan, directeur de l'organisation WALHI Papua et porte-parole de la coalition, cette zone appartient à quatre villages autochtones.

« Délivrer des permis dans des zones forestières équivaut à planifier la déforestation », affirme la coalition. « Des forêts précieuses sont détruites, l'environnement est détérioré, les autochtones sont méprisés et de nouveaux conflits émergent. »

En détruisant la forêt, l'État viole la loi et porte atteinte aux droits humains. « Nous condamnons ces nouveaux permis comme un manquement de l'État à protéger les droits de ses citoyens à un environnement sain, en dehors du fait que le gouvernement viole sciemment ses propres lois pour servir les intérêts de certains investisseurs », souligne Maurits Rumbekwan.

La coalition exige du Président Joko Widodo, des ministères, des autorités et des gouverneurs de Papouasie et de Papouasie occidentale l’annulation des permis. Elle demande aussi le reboisement des zones de forêt détruites et les respect des droits de la population locale.

Les vastes forêts de Papouasie sont uniques, riches en espèces et fascinantes. De nombreux autochtones vivent ici de et dans la forêt, depuis des millénaires. Mais les géants de l'huile de palme menacent ce paradis naturel. La Papouasie a connu ses premières grandes déforestations pour l'huile de palme en 2008, parallèlement à l'expansion des plantations pour les biocarburants.