Le ministère de l'écologie préserve... les pratiques cruelles de chasse aux oiseaux !

Une fauvette babillarde (Sylvia curruca) engluée à une branche + Texte "Le combat continue"

28 sept. 2018

Au lendemain du prix de « Champion de la Terre » remis au président Macron, son nouveau ministre de la transition écologique François de Rugy a décidé la conservation des mêmes quotas de piégeage cruel d’oiseaux que l’an dernier. Et ce malgré la majorité d’avis négatifs exprimés lors de la consultation publique. C’est La République En Marche Sur Place ! #LREMSP

Le ministre de la transition écologique François de Rugy a signé le jeudi 27 septembre 10 arrêtés sur les projets de piégeage des oiseaux pour la saison 2018-2019. Puis un dernier le lendemain. Ces 11 arrêtés autorisent au total pour la saison 2018-2019 la capture de 106.500 alouettes des champs, de 48.300 grives et merles, de 200 vanneaux huppés et de 10 pluviers dorés par des méthodes de chasse dite « traditionnelle ».

Dans son communiqué, le ministère estime avoir pris en compte les 24.000 avis exprimés au cours de la consultation publique s’étant déroulée au milieu des vacances d’été entre le 24 juillet et le 14 août 2018. S’il reconnaît que « la majeure partie des avis sont défavorables à ces pratiques de chasse et à la reconduction de ces quotas », il a néanmoins « décidé de fixer les quotas au niveau des prélèvements effectivement réalisés pendant la saison précédente ». Soit de ne rien changer ! Selon lui, ce surplace « permet d’entériner la tendance à la réduction progressive des prélèvements de ces espèces » !

Pour Sauvons la forêt, le ministère de la longue, très longue, trop longue Transition écologique n'a pas du tout tenu compte des résultats de la consultation publique : les avis exprimés ne portaient pas sur la hauteur des quotas mais contre les pratiques de chasse traditionnelles elle-mêmes. Notre association avait d’ailleurs informé le ministère au moment de la clôture de la consultation publique des plus de 67.000 signatures de notre pétition appelant les « responsables politiques et territoriaux à ne plus permettre les pratiques cruelles de piégeage d’oiseaux ».

Comme l’écrit très justement la Ligue pour la Protection des Oiseaux : le combat continue ! La LPO dit vouloir attaquer plusieurs de ces arrêtés devant le Conseil d’Etat et se rendre sur le terrain afin de dénoncer ces pratiques cruelles et non sélectives. Nous saluons ces initiatives.

Sauvons la forêt continue de collecter des signatures :
Le piégeage cruel d’oiseaux en France, ça suffit !

Merci de signer et de diffuser la pétition autour de vous et sur les réseaux sociaux.