Payer 180 ans pour une autoroute en pleine forêt vierge !

Des bulldozers le long de la super autoroute Les défenseurs de l’environnement parviennent régulièrement à stopper les bulldozers (© Odey Oyama)

16 avr. 2019

740 000 euros par mois pendant les 180 prochaines années ! C’est la somme astronomique que le gouverneur de l’État fédéral nigérian de Cross River entend verser à l’entreprise de construction Messrs Sydney, chargée de la construction d’une « super autoroute ». Difficile de ne pas y suspecter une tentative d’enrichissement personnel…

Depuis plusieurs années, le gouverneur Ben Ayade essaie d’imposer son projet pharaonique par tous les moyens. L’autoroute détruirait une forêt tropicale irremplaçable, qui abrite gorilles, chimpanzés et autres éléphants de forêt. À l’origine, l’autoroute devait même traverser le parc national de Cross River. Les opposants au projet sont convaincus que l’homme politique ne s’intéresse pas à la route, mais à l’accès à la forêt pour mieux la piller.

Jusqu’à présent, Ayade a causé peu de dommages, car les défenseurs de l’environnement, les villageois et les représentants du peuple Ekuri sont parvenus à stopper les bulldozers, avec le soutien de Sauvons la forêt.

Mais Ben Ayade use désormais d’un stratagème particulièrement perfide : il veut imposer par le biais du Parlement le versement de 740 000 euros par mois et pendant 180 ans (!) à l’entreprise MESSRS SYDNEY Construction Nigeria Limited pour le projet d’autoroute. Il convient de noter que MESSRS SYDNEY n’a jamais officié comme entreprise de construction routière jusqu’ici. Il est fort probable que l’argent des impôts soit détourné et que l’entreprise ne construise jamais la route.

Indépendamment de cela, la construction serait par ailleurs illégale. Le ministre de l’environnement nigérian avait assorti l’étude d’impact environnemental de 23 conditions non satisfaites jusqu’ici.

Les défenseurs de l’environnement s’opposent fermement au projet : soutenez les activistes en signant la pétition ou en faisant un don.