Ni au cirque ni au zoo : Stop au commerce des éléphanteaux !

Un bébé éléphant entoure tendrement sa trompe au tour de celle de sa mère en Afrique Les éléphanteaux ont besoin de leur famille (© Flickr / Vaughan Leiberum - ( CC BY 2.0 ))
99 269 signatures

Fin de l'action : 8 juil. 2015

36 bébés éléphants viennent d’être capturés au Zimbabwe pour être vendus à des zoos en Asie. En plus d’être cruelle, la captivité est souvent fatale aux jeunes pachydermes arrachés à leur famille : un des éléphanteaux est malheureusement déjà mort. Mobilisons-nous pour stopper le commerce des éléphants !

Mises à jour Appel

Aux ministres de l’environnement et du tourisme du Zimbabwe

Stop au commerce des éléphanteaux !

Afficher la lettre de pétition

Plusieurs dizaines d’éléphanteaux ont été capturés et séparés de leur troupeau à l’intérieur du Parc national de Hwange nous alertent des membres du Groupe de travail pour la conservation du Zimbabwe (ZCTF). Selon divers médias, le Zimbabwe souhaite vendre ces éléphants à des acheteurs en Chine et aux Emirats arabes unis.

Le gouvernement zimbabwéen estime être dans son bon droit en faisant le commerce des éléphants puisque le Loxodonta africana est classé à l’annexe II de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES). Il affirme aussi respecter les obligations des traités internationaux relatives au bien être animal malgré les souffrances évidentes et inadmissibles infligées aux pachydermes lors de leur capture et de leur transport outre-mer.

Les éléphanteaux dépendent totalement de leur mère pour leur alimentation et pour leur bien-être psychologique. La vente de bébés éléphants n’étant pas encore sevrés à des cirques et à des zoos peut leur être fatal : en 2012, le Zimbabwe a exporté quatre éléphanteaux vers la Chine. Trois d’entre eux n’ont pas survécu. Un des éléphanteaux capturés en décembre 2014 est malheureusement déjà mort…

Nous demandons au gouvernement du Zimbabwe de ne pas faire subir ce sort cruel aux éléphanteaux récemment arrachés à leurs troupeaux dans le Parc national de Hwange. En coopération avec les organismes de conservation de la nature, ces jeunes éléphants devraient être réinsérés dans leur milieu naturel.

Merci de signer la pétition pour obtenir l’arrêt du commerce des éléphants !

Contexte


Informations supplémentaires

En français
• Article publié sur le Plus du Nouvel Observateur  34 bébés éléphants capturés au Zimbabwe : les arracher à leur mère peut les tuer
• Communiqué de l’association One Voice  Stop aux exportations cruelles d’éléphanteaux
• Article du Griot  Zimbabwe : Exporter des éléphants pour les sécuriser et financer les réserves
• Publication de la CITES  Annexes I, II et III

En anglais
• Article de BBC Africa  Zimbabwe plan to sell elephants from Hwange defended
• Article de Bloomberg  Elephants for Sale in Zimbabwe, Where Parks Are Starved for Funds
• Article du Guardian  The barbaric capture of baby elephants for zoos in China shocks the world
• Article du Telegraph  Zimbabwe's government admits capturing baby elephants to send to UAE
• Article d’eTN  Baby elephants captured in Zimbabwe now destined for UAE
• Article du Citizen  Baby elephant dies in Zimbabwe




Destinataires de la pétition

En plus de signer la pétition, il vous est possible de contacter directement ses destinataires :

M. Saviour Kasukuwere, Ministre de l’Environnement et du Climat de la République du Zimbabwe
M. Walter Mzembi, Ministre du Tourisme de la République du Zimbabwe

Ambassade du Zimbabwe en France
12, rue Lord Byron
75008 Paris
Tél : +33 (0)1 56 88 16 00
Courriel : zimparisweb@wanadoo.fr



Lettre

Aux ministres de l’environnement et du tourisme du Zimbabwe

Monsieur le Ministre,

Je suis consterné(e) par la récente capture d’éléphanteaux à l’intérieur du Parc national de Hwange. Selon les rapports d’organisations de protection de la nature, jusqu’à 36 éléphanteaux âgés de 2 à 5 ans pourraient êtres vendus à des pays étrangers pour y vivre en captivité.

La capture des bébés éléphants a des conséquences dévastatrices autant pour les éléphanteaux arrachés à leur mère que pour le reste du troupeau. La séparation forcée, le long transport et le nouvel environnement peuvent provoquer de graves traumatismes chez les jeunes éléphants. Il n'est pas rare que les animaux n’y survivent pas. Selon les médias, un des éléphanteaux récemment capturés aurait d’ailleurs déjà trouvé la mort.

Un sort similaire menace les autres éléphants capturés s’ils venaient à être vendus à l’étranger : minces sont les chances de survie des éléphanteaux en captivité. Pour rappel, trois des quatre éléphanteaux vendus par le Zimbabwe à la Chine en 2012 sont morts après une courte période.

Je vous demande de mettre un terme au commerce des éléphanteaux, une pratique que j’estime cruelle. Les jeunes éléphants capturés au Zimbabwe devraient être réinsérés dans leur milieu naturel en coopération avec les organismes de conservation de la nature.

Je vous demande plus généralement de reconsidérer la position de votre gouvernement concernant la vente d’animaux sauvages. Autoriser l’exportation d’espèces menacées dans le but de les exhiber dans des zoos et des cirques ternit l’image de paradis naturel touristique du Zimbabwe.

Je vous prie de croire, Monsieur le Ministre, à l'assurance de ma considération et de ma vigilance citoyenne.

Mises à jour