L’Autriche exclut l’huile de palme de sa liste des biocarburants

La politique européenne de soutien aux "biocarburants" exacerbe la déforestation Environ 60 % de l’huile de palme consommée dans les pays de l’UE sont utilisés dans le transport routier et les centrales électriques (© Rettet den Regenwald)

19 déc. 2020

Bonne nouvelle pour les forêts tropicales et leurs habitants : l’Autriche a décidé de ne ne plus considérer le carburant fabriqué à partir d’huile de palme comme un biocarburant à partir du 1er juillet 2021.

Un amendement à l’ordonnance sur les carburants va changer la donne dans le secteur de l’énergie en Autriche. À partir du 1er juillet 2021, le carburant produit à partir d’huile de palme ne sera ainsi plus considéré comme un "biocarburant"  a déclaré, le 16 décembre 2020, la ministre de l’environnement Leonore Gewessler.

Le gouvernement autrichien répond ainsi à une demande de longue date des écologistes et des organisations de défense des droits de l’homme. La production d’huile de palme est une des causes principales de la destruction des forêts tropicales, de la perte de la biodiversité ainsi que de graves conflits fonciers et sociaux, en premier lieu en Asie du Sud-Est.

37 000 tonnes de carburant à base d’huile de palme ont été importées en Autriche en 2019, a informé la ministre sur Twitter. Cette dernière ne précise cependant pas si l’Autriche autorise ou non la fabrication de carburant à base d’huile de palme et / ou de ses résidus sur son territoire. 

On ne sait pas non plus si un biocarburant à base d’huile de soja sera commercialisé en Autriche. En Amérique du Sud, en particulier au Brésil, en Argentine et au Paraguay, d’immenses zones de forêt et de savane sont déboisées pour cultiver du soja. Là-bas aussi, les populations indigènes et les petits agriculteurs sont chassés de leurs terres ancestrales pour faire place aux immenses monocultures. La logique voudrait que le carburant à base de soja soit également exclu de la liste des biocarburants.

Du biodiesel ou du biocarburant hydrotraité (HVO) est incorporé au diesel vendu dans les stations-service. Outre l’huile de palme, le HVO est également produit à partir d’autres plantes oléagineuses telles que le colza, le soja ou le tournesol ainsi que de graisses animales, de déchets et de résidus oléagineux.

Informations supplémentaires
Der Standard  Umweltschädliches Palmöl nicht länger in Biokraftstoffen erlaubt