Restitution des terres aux paysans du Bajo Aguán

Lutte pour la réforme agraire : les paysans honduriens réclament la restitution de leurs terres

3 juil. 2012

Au bout d'un long et sanglant conflit, les paysans honduriens vont récupérer leurs terres accaparées par Dinant. Les tribunaux régionaux de Trujillo et Tocoa ont ordonné au producteur d'huile de palme Miguel Facussé d'abandonner ses plantations érigées illégalement dans le Bajo Aguán. Les droits fonciers des paysans sont reconnus par la justice.

Recevoir la visite de la police ne laisse rien présager de bon pour les paysans de la vallée de Bajo Aguán dans le nord du Honduras. Pourtant, le vendredi 29 juin 2012, les policiers sont venus non pour les harceler mais pour les protéger des groupes paramilitaires de Miguel Facussé et René Morales. Après 18 années de long et sanglant conflit, deux tribunaux régionaux à Trujillo et Tocoa ont jugé illégales les plantations érigées par le producteur d'huile de palme. La police doit désormais superviser l'évacuation des plantations et la restitution des terres aux paysans. 

Grands propriétaires terriens présents illégalement sur les domaines agricoles 

Les deux hommes d'affaires occupent depuis 1994 les trois fincas (ou propriétés) San Isidro, La Trinidad et El Despertar. Ils exploitent sur ces domaines des plantations de palmiers à huile pour la production et l'exportation d'agrocarburants et d'huile alimentaire. Les paysans de la vallée chassés par les gardes armés de l'entreprise veulent récupérer leurs terres. Leurs quelques 700 familles se sont regroupées dans le Mouvement authentique revendicatif paysan de l'Aguán (Movimiento Auténtico Reivindicador del Aguá - MARCA). 

Depuis 18 ans, les paysans honduriens luttent pour obtenir le droit de retourner vivre sur leurs terres. Depuis 18 ans, l'industriel en agriculture Miguel Facussé essaie par tous les moyens de les faire taire. Depuis janvier 2010, 64 personnes, dont de nombreux paysans, ont été assassinées au Honduras. Au moins 19 de ces meurtres sont imputés par les médias à sa société Dinant. Miguel Facussé fait partie de l'une des familles d'entrepreneurs les plus influentes au Honduras. Ses rapports avec les militaires sont des meilleurs. Un rapport de WikiLeaks lui prête même des contacts avec des trafiquants de drogues. 

Jugement à haute valeur symbolique pour le Honduras

La décision de justice qui vient d'être prise renforce les droits des paysans et accrédite leur réclamation de titres fonciers dans le Bajo Aguán. Il reste maintenant à savoir quelle sera la réaction des avocats de Facussé et quelle influence politique ce dernier pourra exercer. Quoi qu'il advienne, le fait que les juges de Trujillo und Tocoa ne se soient pas laissés intimidés par le pouvoir de Facussé en attribuant des droits fonciers aux paysans doit être considéré comme un succès. 

Sauvons la forêt soutient les paysans du Bajo Aguán depuis avril 2010 par le lancement de pétitions et par son aide à faire connaitre au niveau international leur lutte pour une réforme agraire, leurs souffrances et leurs revendications. Notre organisation a fait pression sur les institutions européennes pour que celles-ci ne financent plus les entrepreneurs ayant accaparé illégalement des terres.  

 

Informations en espagnol : Communiqué de FIAN Honduras