Huile de palme : un fournisseur d’Unilever condamné pour feu de défrichement à Sumatra

Les forêts sont incendiées pour l’établissement de plantations d’huile de palme Selon des recherches indonésiennes, l’entreprise RKK fait partie du Makin Group, un fournisseur en huile de palme d’Unilever (© Walhi)

4 janv. 2018

La Cour suprême de Jambi à Sumatra a condamné l’entreprise d’huile de palme RKK à verser une indemnité de 11,5 millions d’euros. Il s’agit déjà de la 5e société condamnée à payer des millions pour avoir pratiqué l'agriculture sur brûlis dans des forêts tropicales de Sumatra. Les feux de forêt avaient ravagé l’Indonésie en 2015.

« Le jugement contre l’entreprise Ricky Kurniawan Kertapersada (RKK) est une étape importante qui permettra de rendre justice aux hommes et à la nature, qui souffrent des feux de forêt depuis 18 ans », explique Ridho Sani, directeur des autorités judiciaires du ministère indonésien de l’Environnement et des Forêts après le jugement rendu par la Cour suprême de la province de Jambi à Sumatra le 22 décembre 2017. Son ministère a porté plainte contre l’entreprise d’huile de palme pour avoir pratiqué des défrichements par le feu (agriculture sur brûlis) et a obtenu gain de cause en dernière instance.

Les juges ont rendu RKK entièrement responsable de l’incendie et des dégâts environnementaux causés. Ils ont condamné l’entreprise d’huile de palme à verser 2,8 millions d’euros de dommages-intérêts pour avoir détruit l’éco-système. Elle doit également payer 8,7 millions d’euros au ministère afin de restaurer 591 hectares de forêts tropicales brûlées.

Ce jugement a été rendu possible grâce à notre partenaire Feri Irawan de Jambi. Pendant les incendies dévastateurs de 2015 qui ont coûté de nombreuses vies humaines et détruit des milliers d’hectares de forêt tropicale, l’activiste écologiste a réuni des preuves démontrant que ces feux de défrichement ont été commis intentionnellement par des producteurs d’huile de palme.

« Les entreprises ont délibérément allumé les incendies ou laissé faire », témoigne Feri Irawan. « Le défrichage par le feu leur permet d’économiser beaucoup d’argent. Quand tout est brûlé et que la pluie nettoie le sol, les entreprises commencent à cultiver le terrain ».

Feri a découvert des bidons d’essence sur la concession de RKK et a trouvé un témoin confirmant le défrichage par le feu. D’après ses recherches, l’entreprise RKK fait partie du Makin Group, qui fournit en huile de palme le géant de l’agroalimentaire Unilever.

Armé de ces preuves, Feri Irawan a incité le ministère de l’Environnement et des Forêts à porter plainte contre RKK. Mais le ministère a échoué devant le Tribunal de première instance de Jambi ; les juges ont acquitté l’entreprise d’huile de palme malgré des preuves accablantes. L’audience en appel devant la Cour suprême de Jambi a toutefois donné raison au ministère, confirmant tous les chefs d’accusation.

« Le jugement montre que l’attitude du gouvernement et notamment du ministère de l’Environnement et des Forêts a changé et qu’ils s’engagent en faveur de la nature et des hommes qui y habitent », explique Feri Irawan. « Mon espoir est de voir la situation encore s’améliorer à l’avenir. »

L’espoir du défenseur de la nature et des droits de l’homme semble justifié, si l’on en croit Ridho Sani : « La décision des juges a un effet dissuasif pouvant protéger la nature et empêcher les feux de forêt dans le futur. Une bonne coopération entre la société civile, les autorités judiciaires et le gouvernement peut contribuer à ce que plus aucune tourbière ni forêt tropicale ne brûle en Indonésie. »

Les jugements visant quatre autres entreprises ayant pratiqué des feux de défrichement à Sumatra sont déjà entrés en vigueur - elles ont été condamnées à payer plus d’un milliard d’euros de dédommagement à elles quatre.

Le ministère a déjà constitué une task force dédiée à la mise en œuvre des décisions judiciaires.