Verdict : la Bolivie viole la loi en construisant une route dans le Tipnis

Photos aériennes d’un fleuve, qui serpente à travers la forêt tropicale restée intacte dans les plaines de Bolivie

24 mai 2019

Le Tribunal international des droits de la nature a rendu sa décision symbolique : en construisant une route dans le parc national TIPNIS, la Bolivie viole les droits de la nature et des peuples indigènes du pays sud-américain.

Le projet de route de 306 kilomètres reliant Villa Tunari à San Ignacio de Moxos traverse le Territoire indigène et parc national Isiboro-Sécure (TIPNIS), qui s’étend de la partie orientale des Andes jusqu’aux prairies de la forêt tropicale amazonienne. Cette zone protégée de plus de 1,2 million d’hectares abrite également un très grand nombre d’espèces animales et végétales.

Des organisations autochtones boliviennes avaient soumis le cas du TIPNIS au « Tribunal international des droits de la nature » lors d’une session à Bonn en novembre 2017.

Ce tribunal international est composé de 26 juges ayant une autorité éthique et scientifique reconnue. Il a été convenu en janvier 2018 que le cas serait examiné et qu’une commission d’enquête internationale serait envoyée en Bolivie pour vérifier les faits et interroger toutes les parties concernées.

La Commission a rendu son rapport en janvier 2019. Avec le cadre juridique bolivien et les normes internationales y afférentes, ce rapport constitue la base du jugement notifié à l’écrit par le tribunal le 15 mai 2019. 

Disponible en espagnol et en anglais,  le jugement conclut que l’État plurinational de Bolivie, en tant que défenseur de la Terre mère, a violé les droits de la nature et des peuples indigènes. Il formule également un ensemble de mesures immédiates pour le cas du TIPNIS, dont l’arrêt des travaux de construction de la route.

Sauvons la forêt soutient depuis 2010 les efforts entrepris par les indigènes et les défenseurs de l’environnement pour empêcher la construction de la route dans le TIPNIS. En collaboration avec des organisations locales, l’association a lancé au cours des années plusieurs pétitions en faveur de la protection du TIPNIS et a aidé à diffuser le cas à l’échelle internationale afin de renforcer la pression exercée par l’opinion publique.

Informations complémentaires :

- Site Internet de l’Alliance Mondiale pour les Droits de la Nature – Global Alliance for the Rights of Nature (GARN)

https://therightsofnature.org/tipnis-judgement-and-press-release/