La forêt des éléphants en grand danger !

Avec sa trompe, un éléphanteau essaie de réanimer sa mère gisant sur le sol Avec sa trompe, un éléphanteau essaie de réanimer sa mère gisant sur le sol (© Sabah Wildlife Department, Borneo)

350 éléphants pygmées vivent près du fleuve Kinabatangan en Malaisie. Mais un projet d’infrastructure menace leur habitat suite au changement de gouvernement à Sabah. Le projet de pont avait été abandonné suite aux protestations internationales, dont celles du célèbre documentariste David Attenborough. Mobilisons-nous de nouveau !

Mises à jour Appel

Au Premier ministre de la Malaisie et au Ministre en chef de l'État du Sabah

Merci d’abandonner vos projets de pont et de route qui mettent en danger les éléphants pygmées et leur forêt à Sabah !

Afficher la lettre de pétition

Le braconnage des éléphants était jusqu’à présent pratiquement inconnu à Sabah. Mais ces dernières années, les criminels ont manifestement découvert les richesses des forêts tropicales de cet État malaisien où se côtoient calaos, ours malais et autres orangs-outans. Ils traquent les éléphants pour leur ivoire, et depuis peu également pour leur peau, leurs ongles ou toute autre partie qui peuvent leur rapporter gros sur le marché chinois.

145 éléphants morts ont été recensés par l’office de la faune sauvage à Sabah entre 2010 et fin 2019. Les pachydermes ont été empoisonnés, abattus ou piégés par des collets. Si cela continue, l’espèce pourrait bientôt disparaître.

Pire, le commerce sanglant des braconniers pourrait bientôt être facilité, si le gouvernement venait à imposer la construction d’un pont au-dessus du fleuve Kinabatangan. Ce pont serait le premier tronçon d’une nouvelle route qui doit traverser la forêt, jusqu’ici inaccessible, de la réserve de faune sauvage de Tabin. Cette nouvelle infrastructure offrirait une porte d’entrée aux braconniers, aux colons et aux bûcherons illégaux ainsi qu’à l’industrie de l’huile de palme.

Les routes migratoires de 350 éléphants seraient coupées. La concentration des groupes sur un territoire toujours plus fragmenté les forcerait à faire irruption de plus en plus souvent dans les villages et les plantations. Beaucoup d’animaux seraient tués en traversant les nouvelles routes.

Officiellement, le projet doit contribuer à l’essor économique de la région. Apparemment, certains responsables politiques espèrent en retirer des avantages personnels. Pendant ce temps-là, ce projet nuit aussi au secteur en plein essor de l’écotourisme.

Aidez-nous à protéger les éléphants et autres espèces menacées à Sabah en signant notre pétition !

Contexte

Le Sanctuaire de faune sauvage du bas Kinabatangan est situé au nord de l’île de Bornéo dans l’État malaisien de Sabah. Cette zone forestière de 26 000 hectares abrite onze espèces de primates, dont des orangs-outans et des singes nasiques ainsi que des extrêmement rares éléphants pygmées (Elephas maximus borneensis). La réserve de faune sauvage de Tabin s’étend sur plus de 120 000 hectares. Également concernée par le projet de route, elle est l’une des dernières grandes zones de forêt tropicale de plaine de Bornéo et bénéficiait jusqu’ici d’un très bon statut de protection.

Jusqu’à 350 éléphants pygmées vivent dans le Kinabatangan et plus de 400 dans le Tabin. L’île de Bornéo ne compte plus que 1 500 à 2 000 individus.

Fragmentation des zones protégées

Les aires protégées sont déjà très fragmentées et ne forment plus de territoire continu. À certains endroits, le fleuve Kinabatangan n’a plus aucune protection et des plantations de palmiers à huile sont déjà parvenues jusqu’à la rive du fleuve.

La nouvelle route projetée doit relier le village de Sukau à Tambisan sur la côte est de Sabah. Ce faisant, elle morcèlerait également la réserve de faune sauvage de Tabin, en plus du sanctuaire d’animaux sauvages de Kinabatangan. La réserve serait alors victime de braconnage ou d’exploitation forestière illégale par des bûcherons et des colons. Environ la moitié de tous les éléphants de Bornéo restants seraient concernés et par conséquent menacés par le projet. De manière générale, les animaux sauvages seront à n’en pas douter victimes de nombreux accidents, et souvent mortels, le long de cette route.

Le projet de pont refait surface

En 2017, le projet de construire un nouveau pont à Sukau et ainsi de poser les fondements d’un nouveau réseau routier à l’est de Sabah, a été empêché.  L’ancien gouvernement avait mis abandonné le projet suite aux nombreuses protestations de scientifiques et d’ONG du monde entier, dont Sauvons la forêt.

Après les élections de mai 2018, les rapports de force ont évolué. Le politicien local, qui se cache derrière le projet de pont et de route, a changé de parti et fait désormais pression pour le faire aboutir.

Le nouveau gouvernement de Sabah prévoit de nombreux nouveaux projets d’infrastructures, qui menacent la survie d’espèces gravement menacées, comme l’éléphant et le banteng (bœuf sauvage). Le gouvernement semble l’avoir compris. La ministre de l’Environnement Datuk Christina Liew a dit : « Nous ne devons pas autoriser (l’extinction de ces espèces). Je ne le permettrai pas. »

Des ONG et des scientifiques locaux ont déjà tiré la sonnette d’alarme en exposant les conséquences catastrophiques de ces nouveaux projets. Mais leurs voix ne suffiront peut-être pas. Néanmoins, le gouvernement craint pour sa réputation internationale et l’image de l’industrie de l’huile de palme, qui est de plus en plus associée au massacre des éléphants.


Informations supplémentaires


Destinataires de la pétition

En plus de signer la pétition, il vous est possible de contacter directement ses destinataires :

  • M. Tun Mahathir bin Mohamad, Premier ministre de Malaisie
  • M. Shafie bin Haji Apdal, Ministre en chef de l’État du Sabah

Ambassade de Malaisie à Paris
2 bis, rue de Bénouville
75116 Paris
Tél : 00 33 (0)1 45 53 11 85
Courriel : malparis@kln.gov.my

Lettre

Au Premier ministre de la Malaisie et au Ministre en chef de l'État du Sabah

Monsieur le Premier ministre,
Monsieur le Ministre en chef,

Le fleuve Kinabatangan est connu des biologistes dans le monde entier. Des animaux menacés comme l’orang-outan, le singe nasique et de nombreux autre primates vivent à l’intérieur du Sanctuaire de faune sauvage du bas Kinabatangan. Des centaines d’éléphants pygmées de Bornéo vivent aussi dans cette région.

Mais aujourd’hui, vous projetez la construction d’un pont sur le Kinabatangan à Sukau ainsi que le goudronnage d’une route sur l’autre rive. Ces ouvrages aggraveraient la situation d’animaux souffrant déjà de la fragmentation toujours plus importante de leur territoire.

Certains biologistes craignent même que ces projets puissent mener à la disparition des populations d’éléphants à moyen terme.

Le Sanctuaire de faune sauvage du bas Kinabatangan offre un immense potentiel pour l’écotourisme. De nombreux habitants vivent déjà aujourd’hui du tourisme international. Merci de prendre en compte, comme possible conséquence de la réalisation de ce pont et de cette route, la perte de ce trésor naturel.

Nous vous prions ce stopper ces projets aux retombées économiques incertaines et qui mettent en péril l’habitat d’espèces rares.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Premier ministre Razak, Monsieur le Premier ministre Aman, l’expression de notre très haute considération.

Mises à jour

Cette pétition est également disponible en :

313 526

Aidez-nous à atteindre les 350 000 signatures :

Dernières activités