Plus urgent que jamais : Stop au Roundup de Monsanto

Vue sur un champ de soja transgénique barré par le texte « Stop aux poisons de MONSANTO » Les pesticides de Monsanto empoisonnent l'homme et la nature (© Tiago Fioreze - CC BY-SA 3.0 - Montage RdR)

Herbicide le plus vendu dans le monde et classé 'cancérogène probable' par l’OMS, le Glyphosate empoisonne l’environnement et nos aliments. Lueur d’espoir, son autorisation dans l’UE s'achève en décembre et son renouvellement est actuellement en discussion. Signez notre pétition pour stopper définitivement le Glyphosate !

Lettre

À l’Union européenne et aux gouvernements des États membres

Pour une Europe sans Glyphosate ! Merci de ne pas prolonger l'autorisation d'utilisation du glyphosate de Monsanto au sein de l’Union européenne !

Afficher la lettre de pétition

Le glyphosate est la substance active du désherbant le plus vendu au monde, le Roundup de Monsanto. Utilisé massivement dans l’agriculture, il se retrouve fatalement dans les produits d’alimentation courante comme le lait, la farine, le pain ou la bière mais aussi dans notre sang et notre urine.

Utilisé par l’industrie agroalimentaire, le glyphosate éradique tout ce qui est vivant dans les champs avant plantation. Plus perfide encore, l’utilisation de l’herbicide total comme dessiccant : les plantes céréalières sont tuées une semaine avant la récolte en étant pulvérisées de glyphosate. Les grains sèchent alors plus rapidement et peuvent être stockés plus longtemps.

Dans ce cas, optimiser la productivité implique une exposition directe de notre nourriture avec les poisons chimiques.

Le glyphosate a été classé comme « cancérogène probable » (catégorie 2A) par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en 2015.

L’Autorité européenne de sécurité des aliments de l’Union européenne (EFSA) et l’institut fédéral allemand d’évaluation des risques (BfR) ont rejeté ce classement, provoquant l’ire d’une centaine de scientifiques de renom qui n’estiment pas crédibles leurs conclusion. En fait, les experts chargés d'évaluer les effets du glyphosate auraient copié-collé des documents et études rédigés par le lobby Glyphosate Task Force selon le Guardian.

Les gouvernement des États membres ne pouvant se mettre d’accord sur le renouvellement de l’autorisation du glyphosate, la Commission européenne avait alors décidé sa prolongation de 18 mois.

Cette période s’achève à la fin de l’année, entrainant de nouvelles négociations. C’est le moment de nous faire entendre auprès des dirigeants européens. Nous souhaitons vivre dans une Europe sans glyphosate !

Contexte

Informations supplémentaires

En français

En anglais et allemand



Livres

  • Un empoisonnement universel, de Fabrice Nicolino
  • Le Monde selon Monsanto, de Marie-Monique Robin (existe aussi en DVD)
  • Pesticides, de Fabrice Nicolino

Lettre

À l’Union européenne et aux gouvernements des États membres

Madame, Monsieur,

Nous voulons vous faire part de notre vive inquiétude concernant la proposition de la Commission européenne de prolonger l’autorisation d’utilisation du glyphosate au sein de l’UE jusqu’en 2031.

Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a classé l’année dernière le glyphosate comme mutagène et probablement cancérogène pour l’être humain.

Mais les agences européennes d’évaluation ne partagent pas cet avis. Ce faisant, le glyphosate se retrouve dans nos aliments comme le lait, la farine, le pain et la bière.

Au lieu d’appliquer le principe de précaution pour protéger l’environnement et la santé des gens, l’Autorité européenne de sécurité des aliments de l’UE (EFSA) et l’institut fédéral allemand d’évaluation des risques (BfR) semblent prendre en compte en premier lieu les intérêts économiques des groupes chimiques.

Une centaine de scientifiques, dont la quasi-totalité de l’équipe du CIRC formulent de graves accusations contre l’EFSA et le BfR, pointant du doigt d’importantes lacunes dans les estimations, des démarches inacceptables d’un point de vue scientifique et l’absence de données.

Merci de vous assurer que l’autorisation d’utilisation du glyphosate dans l’UE ne soit pas prolongée. Merci aussi de réviser la procédure d’évaluation des risques par les pouvoirs publics.

Nous vous prions de croire, Madame, Monsieur, à l'assurance de notre considération et de notre vigilance citoyenne.

Mises à jour
Signer la pétition

Aidez-nous à atteindre les 300 000 signatures :

262 098
Dernières activités