Meurtres d’écologistes : Siemens doit quitter le Honduras

Assise sur un rocher au bord d’un torrent, l’activiste écologiste Berta Cáceres - assassinée chez elle le 3 mars 2016 - de profil nous regarde souriante par-dessus son épaule Berta Cáceres, assassinée pour avoir protégé les droits de son peuple et la nature au Honduras (© Goldman Environmental Prize)

Berta Cáceres et Nelson García, deux activistes s’opposant à la construction du barrage d’Agua Zarca, viennent d’être assassinés au Honduras. Suite à ces meurtres, les bailleurs de fonds européens ont stoppé le financement de l’ouvrage menaçant la nature et les habitants. Demandons à Siemens de se retirer aussi du projet !

Lettre

À la direction de Siemens AG et de Voith GmbH

Siemens et Voith ne peuvent pas fermer les yeux sur les meurtres d’activistes au Honduras. Merci de vous retirer du projet de barrage d’Agua Zarca

Afficher la lettre de pétition

Les meurtres de Berta Cáceres et Nelson Garcia, survenus les 3 et 15 mars 2016 au Honduras, ont provoqué l'indignation dans le monde entier.

Berta Cáceres, dirigeante du COPINH (Conseil civique des organisations populaires et indigènes du Honduras) et lauréate du prix Goldman pour l’environnement 2015, a payé de sa vie son action militante lorsque, le 3 mars, des assaillants l’ont abattu par balles à son domicile.

Pour sa fille Bertha Zúniga Cáceres, cet assassinat est lié à sa lutte contre la réalisation du barrage d’Agua Zarca. Elle accuse la société concessionnaire du barrage (DESA) mais aussi le gouvernement hondurien d’être coresponsable du meurtre de sa mère en octroyant de nombreuses concessions minières et de barrages sur le territoire de peuples indigènes.

En 2013, la société chinoise Sinohydro, le plus grand constructeur de barrages au monde, s’était retiré du projet déjà controversé à cause des conflits fonciers avec les habitants.

Nelson García, un autre activiste du COPINH, a été abattu le 15 mars au retour d'une manifestation où il était venu en aide à des familles indigènes se faisant expulser brutalement par la police et l’armée.

@ Siemens et Voith : quittez le Honduras !

Ces nouvelles violences autour du projet de barrage d’Agua Zarca ont fait réagir ses bailleurs de fonds européens : la banque de développement néerlandaise FMO et le fonds d’investissement finlandais FinnFund ont ainsi annoncé la suspension de leurs activités et l’arrêt immédiat de leurs financements dans le pays d’Amérique centrale.

Les entreprises allemandes Siemens et Voith fournissent les turbines et d'autres équipements pour la centrale hydroélectrique d’Agua Zarca. 22 organisations leur demandent de se retirer aussi du « barrage de la mort ».

Merci de signer la lettre de pétition adressée à Siemens et Voith.

Contexte

Vidéo : Berta Cáceres, 2015 Goldman Environmental Prize, Honduras



Informations supplémentaires

En français

En anglais, allemand et espagnol



Destinataires de la pétition

En plus de signer la pétition, il vous est possible de contacter directement ses destinataires :

  • M. Joe Kaeser, Président-directeur général de Siemens AG

Siemens AG
Wittelsbacherplatz 2
80333 München
Allemagne
Tél : +49 89 636-00
Fax : +49 89 636-34242
Courriel : contact@siemens.com

Il vous est aussi possible d'écrire à Siemens sur les réseaux sociaux :
Facebook: https://www.facebook.com/Siemens
Twitter: https://twitter.com/siemens

  • M. Hubert Lienhard, Président-directeur général de Voith GmbH

Voith GmbH
St. Pöltener Straße 43
89522 Heidenheim
Allemagne
Tél : +49 7321 37-0
Fax : +49 7321 37-7000
Courriel : info@voith.com

Lettre

À la direction de Siemens AG et de Voith GmbH

Monsieur Kaeser,
Monsieur Lienhard,
Monsieur Wehnhardt,

Les bailleurs de fonds européens du projet de barrage d’Agua Zarca ont réagit aux violences ayant endeuillé le Honduras. Suite aux meurtres de Madame Berta Cáceres et de Monsieur Nelson García, la banque de développement néerlandaise FMO et le fonds d’investissement finlandais FinnFund ont annoncé la suspension immédiate de leurs activités au Honduras ainsi que l’arrêt de tous leurs financements en cours, dont celui pour la centrale d'Agua Zarca.

Nous demandons aux entreprises Siemens et Voith de suivre cet exemple et de mettre un terme à leurs engagements à Agua Zarca. Merci de rompre les contrats passés avec la société hondurienne Desarrollo Energético S.A. (DESA).

Un retrait des sociétés Siemens et Voith du projet d’Agua Zarca serait un signal fort, signifiant leur sérieuse prise en considération des conventions internationales - comme par exemple la convention ILO 169 - pour la protection des droits humains et de la nature. Continuer à participer au projet en livrant des turbines montrerait au contraire au monde que les profits vous sont plus importants que la vie d’êtres humains pour votre entreprise.

Nous vous prions de croire, Monsieur Kaeser, Monsieur Lienhard, Monsieur Wehnhardt, à l'assurance de notre considération et de notre vigilance citoyenne.

### Pièce jointe : lettre commune signée par 22 organisations non gouvernementales ###
http://www.gegenstroemung.org/web/wp-content/uploads/2016/03/20160318_Offener_Brief_an_Voith_und_Siemens_NRO.pdf

Signer la pétition

Aidez-nous à atteindre les 200 000 signatures :

162 438
Dernières activités