SOS pour le Mékong

23 081 signatures

Les gouvernements des Laos, Cambodge et Thaïlande projettent de construire onze méga barrages hydroélectriques sur le Mékong. Le fleuve est l'artère vitale de l'Asie du Sud-Est. Les barrages auraient des conséquences désastreuses pour l'écosystème et la population. Les poissons ne pourraient plus effectuer leur migration annuelle. Vivant de la pêche, les millions de riverains du fleuve Mékong perdraient leurs sources alimentaires et de revenus. Ils rejettent pour ces raisons les projets de barrages et font appel à notre aide.

Appel

Le barrage de Xayaburi doit être le premier à être érigé sur le cours inférieur du fleuve Mékong. Situé au Laos, il produirait 1.260 mégawatts d'électricité pour la Thaïlande voisine. Plus tôt cette année Sauvons la forêt, en partenariat avec des organisations écologistes de la région du Mékong, a mené avec succès une vague de protestation contre ce projet. En avril dernier, notre association a remis une pétition de 15.000 signatures contre le barrage de Xayaburi aux ambassades de Thaïlande et du Laos à Paris et Berlin. Les quatre gouvernements du Laos, de la Thaïlande, du Cambodge et du Vietnam avaient décidé peu de temps après de reporter leur décision sur le projet. Ce dernier aurait du être discuté ultérieurement au niveau ministériel.

Mais entre-temps, le Laos vient de décider unilatéralement de débuter la construction du barrage de Xayaburi à la fin de l'année. Ainsi, il ne respecte plus l'engagement commun des pays limitrophes du Mékong à envisager l'avenir du fleuve de manière concertée. Les quatre pays avaient pour cela créé dès 1950 la Commission du Mékong (Mekong River Commission-MRC). Cet Organisme intergouvernemental a pour mission de coordonner les intérêts des États membres mais aussi le «développement durable» du fleuve.

Le Vietnam a demandé un report de 10 ans pour la prise de décision sur les projets compte tenu des graves risques posés par les barrages. D'ici là de nombreuses études sur la tolérance des projets par l'Homme et la Nature doivent être menées. Les gouvernement du Cambodge et de la Thaïlande ne sont pas aussi éloquents mais ils sont disposés à donner du temps pour des recherches et consultations plus approfondies. Le gouvernement du Laos, pour sa part, tente le passage en force et manoeuvre en coulisses pour l'avancement du projet de barrage de Xayaburi.

La MRC n'a rien fait jusqu'ici pour empêcher ces projets de barrages catastrophiques. La commission est financée par l'aide internationale au développement c'est-à-dire entre-autres la France, l'Allemagne, les Etats-Unis, le Japon et l'Australie. Les riverains de la région, unis dans la Coalition du Mékong (Save the Mekong), appellent les gouvernements à abandonner tous les projets de barrages et laisser le fleuve Mékong continuer à couler librement.

Veuillez signer la pétition adressée aux dirigeants du Laos et de la Thaïlande. Cliquez sur le lien suivant pour lire le texte de pétition original en anglais.

Contexte

To: H.E. Yingluck Shinawatra, Prime Minister of ThailandH.E. Thongsing Thammavong, Prime Minister of LaosH.E. Mr. Choummaly Sayasone, President of Laos
Dr. Josef Füllenbach, Head of Southeast Asia Department, German Federal Ministry for Economic Cooperation and Development (BMZ)Dear Madam and Sir,

We the undersigned are writing to express our grave concern over the proposed Xayaburi Dam in Northern Laos, and the fate of the Mekong River Basin.
The Xayaburi Dam threatens the lives and food security of millions of people. The Mekong River is home to the world’s most productive freshwater fishery and is a vital resource for the entire Mekong Region.

Scientists agree that the Xayaburi Dam would have severe environmental, social and economic impacts in the region, impacts which cannot be mitigated. There are still critical knowledge gaps in understanding the dam’s far-reaching impacts and the Mekong River Commission’s own Strategic Impact Assessment calls for a 10-year deferment of all decisions about whether to proceed with Mekong Mainstream Dams, allowing time for more studies to be done.

We are aware that a decision about whether to proceed with the Xayaburi Dam will be made in the coming months. At a critical time of ever-growing water and food shortages and with so much at stake in the Mekong Region, we urge the Governments of Laos and Thailand to:

Cancel the Xayaburi Dam and defer all decisions on whether to proceed with Mekong Mainstream Dams for a period of at least ten years, until further studies can be conducted.

Additionally we call on the Government of Thailand to cancel its plans to purchase Electricity from the Xayaburi Dam and any other Mekong Mainstream Dams.

The German government as an important donor of the Mekong River Commission should promote that the ecosystem of the Mekong River will not be destroyed by the construction of dams  and that the food security of the people of the region will not put at risk.
Sincerely,

Lettre

Objet: Le Mékong doit vivre - Pas de barrage hydroélectrique dans l'artère vitale du Sud-Est de l'Asie
________________________________________________________________
A:
- Mme Yingluck Shinawatra, Premier ministre du Royaume de Thaïlande
- M. Choummaly Sayasone, Président de la République de la République - Démocratique Populaire du Laos
M. Thongsing Thammavong, Premier ministre de la République Démocratique Populaire du Laos
________________________________________________________________

Madame, Monsieur,

Par la présente lettre nous souhaitons vous faire part de notre vive inquiétude concernant le sort du fleuve Mékong, directement lié au projet de barrage de Xayaburi dans le nord de la République Démocratique Populaire du Laos.

Le barrage de Xayaburi menace la vie et la sécurité alimentaire de millions de personnes. Le Mékong est le fleuve le plus productif au monde pour la pêche en eau douce. Il est une ressource vitale pour toute la région. Les scientifiques conviennent tous des graves conséquences écologiques, sociales et économiques que provoquerait un barrage hydroélectrique dans cette zone.

Les connaissance sur les impacts à long terme du barrage de Xayaburi sont à ce jour encore totalement insuffisantes. Les propres analyses de la Commission du Mékong (MRC) préconisent de différer de 10 ans les décisions relatives au projets de barrages hydroélectriques sur le Mékong, et ce afin de laisser le temps pour la réalisation de nouvelles études.

Nous savons qu'une décision concernant le barrage de Xayaburi sera prise dans les prochains mois. A un moment aussi critique, dans une pénurie croissante d'eau et de nourriture, et face à un tel enjeu dans la région du Mékong, nous exhortons les gouvernement du Laos et de Thaïlande à ne pas construire le barrage de Xayaburi et à reporter toutes les prises de décision concernant les barrages hydroélectriques sur le Mékong d'au moins 10 ans pour que des recherches supplémentaires soient menées.

Nous appelons également le gouvernement de Thaïlande à ne pas acheter d'électricité qui serait produite soit par le barrage de Xayaburi soit par d'autres barrages hydroélectriques sur le fleuve Mékong.

Nous vous prions d'agréer, Madame, Monsieur, l'expression de notre profond respect.