Les orangs-outans ne sont pas de la vermine !

La mère de ce jeune orang-outan a été tuée dans les plantations de palmiers à huile
40 028 signatures

Fin de l'action : 22 mai 2014

La chaine britannique BBC relate le sort des orangs-outans exterminés comme de la vermine dans les plantations de palmiers à huile d'Indonésie et de Malaisie. Durant la seule année dernière, le nombre de primates massacré a atteint les 1800. Protestez contre cette tuerie auprès du Malaysian Palm Oil Council !

Appel

« Des employés ont trouvé un orang-outan dans la plantation », déclare un de leurs collègues dans l'interview accordée à la BBC. « L'entreprise les a payé cent dollars pour capturer le primate. Je ne sais pas exactement ce qu'ils ont fait de lui, mais l'entreprise veut se débarrasser des orangs-outans, qu'elle considère comme des animaux nuisibles. »
Bien que les anthropoïdes soient strictement protégés par la loi indonésienne, ils sont malgré tout chassés sans pitié. Leur milieu de vie est fortement menacé par l'expansion démesurée des plantations de palmiers à huile : en déboisant la forêt pluviale, l'industrie de l'huile de palme anéantit leurs moyens de subsistance. Poussés par la faim, les orangs-outans errent dans les plantations à la recherche de nourriture, et n'ont d'autre choix que de manger les plants de palmiers. En réponse, les multinationales de l'huile de palme ont décidé de les chasser de leurs plantations. Par tous les moyens.

Suite

Soutenez l'appel de Sean Whyte, célèbre défenseur des orangs-outans, qui se bat en coopération avec Sauvons la Forêt pour protéger ces primates rares et menacés. Merci de signer la lettre de protestation adressée à l'industrie de l'huile de palme et exigez des mesures juridiques pour une protection efficace des grands singes. Les orangs-outans ne sont pas de la vermine !

Contexte

Les orangs-outans vivent exclusivement sur les îles de Sumatra et de Bornéo. L'Indonésie abrite 90% de leur population globale, le reste se trouvant en territoire malaisien. Les orangs-outans sont considérés comme des animaux menacés d'extinction, ce qui leur vaut de figurer parmi les espèces internationalement protégées. L'Indonésie elle-même a mis en place un statut légal de protection très strict pour ces animaux. Selon le plan établi par le gouvernement indonésien, la population d'orangs-outans doit être stabilisée d'ici 2017.

Pourtant, la réalité est tout autre. A cause de la demande fortement croissante en huile de palme, la menace planant sur les orangs-outans s'est considérablement alourdie. L'Indonésie et la Malaisie sont en effet les plus gros producteurs mondiaux d'huile de palme, et ont jusqu'à présent détruit neuf millions d'hectares de forêt tropicale pour l'expansion de leurs plantations. Chaque jour, d'immenses surfaces  viennent accroitre ce chiffre alarmant. Comme les orangs-outans vivent principalement dans les arbres, la déforestation pour les plantations a un impact direct sur leur habitat naturel. Lors de la conférence de Bali en 2007, il a déjà été constaté que 3000 orangs-outans mourraient chaque année à cause de la déforestation. Le président d'Indonésie avait très justement déclaré pendant la conférence: « Si nous voulons protéger les orangs-outans, nous devons protéger les forêts. »

Lorsque la forêt est rasée, les primates n’ont comme alternative à leur nourriture habituelle que les plants de palmiers à huile. C’est pour cela que les multinationales de l’huile de palme offrent des récompenses pour chaque animal abattu. La plupart des cas récents ont eu lieu dans les plantations de palmiers en Kalimantan central et oriental (la partie indonésienne de Bornéo). Là-bas, l’industrie de l’huile de palme paye des chasseurs de primates afin de « réguler les parasites ». Trois personnes comparaissent actuellement en justice car ils auraient massacré des dizaines d’orangs-outans à la demande de leur employeur, une multinationale de l’huile de palme. Les vrais coupables, les puissantes entreprises qui ont commandité ces tueries, ne sont pourtant pas inculpés.

Même les territoires protégés ne garantissent pas une protection suffisante pour les grands singes. Les multinationales étendent arbitrairement leurs plantations et abattent les arbres dans les zones protégées où vivent les orangs-outans. L’organisation environnementale indonésienne Greenomics a montré dans une étude que le géant de l’huile de palme Wilmar possède des concessions dans des territoires protégés et représente ainsi une menace directe pour les primates. Wilmar possède ses propres raffineries en Europe, et fournit entre autre le groupe Unilever, qui possède les marques de margarine Fruit d’Or et Planta Fin.

 

Liens supplémentaires:

BBC - Article
BBC - Reportage vidéo
Procès contre les tueurs d’orangs-outans
Étude de Greenomics
Etude sur le massacre des orangs-outans à Bornéo

Lettre

TRADUCTION FRANCAISE DE LA LETTRE :

Tan Sri Datuk Dr Yusof Basiron

Chief Executive Officer
Malaysian
Palm Oil Council

2nd. Floor, Wisma Sawit,

Lot 6, SS6, Jalan Perbandaran,

47301 Kelana Jaya,

Selangor Darul Ehsan,

MALAYSIA
______________________________________________________

Monsieur Basiron,

J’ai appris par un reportage de la BBC que des milliers d’orangs-outans sont délibérément massacrés chaque année dans les plantations de palmiers à huile. Il ressort en outre de ce reportage que les multinationales de l’huile de palme considèrent cette espèce protégée comme de la vermine.

Je vous exhorte à ce que le Malaysian Palm Oil Council (MPOC) et ses membres mettent sans délai en place une politique de « NO KILL » en Malaisie et en Indonésie, qui rend légalement obligatoire la protection des espèces sauvages et en particulier des orangs-outans.

Nous savons que certaines entreprises ont déjà adopté cette ligne de conduite, et qu’il est ainsi certainement possible pour la MPOC de suivre cet exemple.

En vous remerciant par avance, je vous prie d’agréer mes sincères salutations.


______________________________________________________

VERSION ORIGINALE :

Tan Sri Datuk Dr Yusof Basiron
Chief Executive Officer
Malaysian Palm Oil Council
2nd. Floor, Wisma Sawit,
Lot 6, SS6, Jalan Perbandaran,
47301 Kelana Jaya,
Selangor Darul Ehsan,
MALAYSIA


Dear Dr Yusof Basiron,

I learn from press reports that thousands of Orangutans are deliberately killed each year on oil palm plantations.
I also understand from a recent BBC report, oil palm oil companies regard this legally protected species as a pest.

Please will the Malaysian Palm Oil Council (MPOC) and its members urgently implement and enforce a 'NO KILL' policy in both Malaysia and Indonesia, thus safeguarding wildlife in general and orangutans in particular?

We know some companies have already agreed to have such a policy, so it surely is feasible for the members of MPOC to follow that
example.

Thank you.

Yours sincerely,