Indonésie : la Deutsche Bank finance la déforestation

Photomontage : une zone de forêt tropicale défrichée avec le logo de la Deutsche Bank. La Deutsche Bank finance les déboisements opérés par Bumitama Agri par en Indonésie (© FoE)
91 467 signatures

Fin de l'action : 5 août 2014

Le producteur indonésien d’huile de palme Bumitama Agri s’estime au-dessus des lois : il exploite deux plantations illégales, continue de déboiser les forêts tropicales et a rompu sa promesse d’arrêter ses pratiques illicites. Demandons aux dirigeants de la Deutsche Bank de ne plus financer l’entreprise et ses plantations !

Appel

Aux dirigeants de la Deutsche Bank et des autres institutions financières et fonds de pensions

“La Deutsche Bank doit mettre fin à ses relations d'affaires avec Bumitama Agri, un producteur d’huile de palme aux plantations illégales.”

Afficher la lettre de pétition

L’entreprise d’huile de palme Bumitama Agri est sous haute pression depuis que l’organisation les Amis de la Terre - Europe (FOE) a mis à jour ses pratiques illicites dans le rapport "Commodity Crimes", une étude détaillant permis irréguliers, défrichements illégaux et orangs-outans menacés. En 2013, Bumitama Agri a maintes fois promis de ne plus défricher de forêt pour sa plantation Ladang Sawit Mas (LSM) à Bornéo.

Cependant, rien ne semble avoir changé dans les pratiques de l’entreprise. FOE a documenté le déboisement de 500 nouveaux hectares pour la plantation LSM lors de l’été 2013 grâce à des images satellite. Et la forêt continuait à être défrichée en février 2014. La société a par ailleurs concédé à FOE produire de l’huile de palme sans permis dans la plantation GY, mais ne compte pas renoncer à ses 7000 hectares.

« Cela montre que Bumitama Agri ment à ses actionnaires et au public » constate Anne van Schaik de FOE. Les financeurs de Bumitama ainsi que les groupes Wilmar International et IOI Corporation sont aussi responsables en approuvant tacitement la mise sur le marché d’huile de palme illégale.

Plusieurs banques internationales - dont HSBC, Amundi, Rabobank et la Deutsche Bank - financent Bumitama Agri et détiennent des participations dans la société. Selon FOE, ils détiennent pour 4,56 millions de dollars d’actions et ont accordé des prêts d'une valeur de 125 millions de dollars. Engagée „seulement“ à hauteur de 690 000 dollars, la Deutsche Bank pourrait aisément se se retirer du financement de Bumitama Agri.

Sans le soutien des établissements financiers internationaux, l’entreprise aurait probablement des difficultés à poursuivre ses pratiques illégales. Demandons aux dirigeants de la Deutsche Bank de ne plus financer Bumitama Agri et ses plantations !

Contexte


L’entreprise

Basée à Jakarta, l’entreprise Bumitama Agri détient plus de 200 000 hectares de terres dans le Kalimatan (partie indonésienne de Bornéo) et à Sumatra. Selon les Amis de la Terre - Europe (FOE) , l’entreprise avait converti 60% de ces terres en plantations fin 2011. Butimata Agri a enregistré un bénéfice 68 millions d’euros en 2012.

 

Les investisseurs

De nombreuses banques et fonds de pension détiennent des participations ou ont accordé des prêts à Bumitama Agri :

- Amundi (75% Crédit Agricole, 25% Société Générale)
- MassMutual Financial Group
- Schroders
- Deutsche Bank
- BlackRock
- State Street Corporation
- Wellington Management Company
- Fidelity Investments
- IndexIQ
- SVM Asset Management
- HSBC
- Rabobank
- Manulife Financial

 

Acheteurs d’huile de palme

Les pays de l’Union européenne importent six millions de tonnes d’huile de palme par an, et la tendance est à la hausse. De plus en plus d’huile de palme est destinée à la production de biodiesel, la cause en revenant à la politique de soutien aux agrocarburants de l’Union européenne.

 

Huile de palme certifiée par la RSPO

Bumitama Agri est depuis 2007 membre de la Table ronde sur l'huile de palme durable (en anglais Roundtable on Sustainable Palm Oil - RSPO). Les exigences du label d'huile de palme durable sont néanmoins peu contraignantes. Dans les faits, la certification RSPO ne protège pas efficacement les forêts tropicales.

 

Informations supplémentaires

• Communiqué des Amis de la Terre  Banques françaises : dites non à l’huile de palme !

• Article d’Euractiv  Certaines banques européennes financent des exploitations illégales d'huile de palme

• Étude de Friends of the Earth Europe  Commodity Crimes: Illicit land grabs, illegal palm oil, and endangered orangutans

 

Vidéo : a paradise lost


>>>  GALERIE PHOTO


Destinataires de la pétition

En plus de signer la pétition, il vous est possible de contacter directement ses destinataires :
M. Jürgen Fitschen, co-président de la Deutsche Bank AG
M. Anshu Jain, co-président de la Deutsche Bank AG

Deutsche Bank AG
Taunusanlage 12
60262 Francfort-sur-le-Main
Allemagme
Tél.: +49 69 91000
Fax: +49 69 91034225
Formulaire de contact (en anglais)

Succursale de la Deutsche Bank en France
Deutsche Bank AG
3 avenue de Friedland
75008 Paris
Tél.: +33 1 44 95 64 00
Fax: +33 1 53 75 07 01
Courriel : deutsche.bank@db.com

Lettre

Aux dirigeants de la Deutsche Bank et des autres institutions financières et fonds de pensions

Messieurs Fitschen et Jain,
Madame, Monsieur,

Le producteur indonésien d'huile de palme Bumitama Agri est un client de votre institution financière. Il agit illégalement dans ​​au moins deux de ses plantations et défriche les forêts sans permis. Les pratiques de Bumitama Agri sont décrites en détail dans l’étude de l’organisation les Amis de la Terre - Europe (FOE) intitulée “Commodity Crimes”.

En avril et octobre 2013, l’entreprise s’était engagée publiquement à cesser ses pratiques illégales. Cependant, les images satellite actuelles révèlent que la déforestation à grande échelle s’est poursuivie sur ​​la plantation Ladang Sawit Mas (LSM) dans le Kalimantan à Bornéo. Par conséquent, la société a rompu sa promesse.

Bumitama Agri a par ailleurs l’intention de continuer à exploiter sa plantation GY, bien que la société ait admis avoir enfreint la loi à FOE.

Sans le financement de banques telles que HSBO, Amundi, Rabobank et la Deutsche Bank, Bumitama Agri aurait probablement des difficultés à poursuivre ses pratiques actuelles. Des organisations de protection de l’environnement et des droits humains dans plusieurs pays demandent aux institutions financières concernées de mettre fin à leurs relations d’affaires avec Bumitama Agri. Ainsi augmente la pression internationale sur les financeurs des producteurs d’huile de palme.

Veuillez considérer sérieusement la critique internationale à l’encontre de Bumitama Agri et de ses bailleurs de fonds et arrêter de financer des plantations d’huile de palme.

Je vous prie de croire, Messieurs Fitschen et Jain, Madame, Monsieur, en l'assurance de ma considération et de ma vigilance citoyenne.