Sauvons la forêt des Cardamomes au Cambodge !

Un moine bouddhiste marque le tronc d’arbre avec un bout de tissu orange, un autre localise sa position sur une carte. Des moines bouddhistes recensent les arbres géants dans la forêt des Cardamomes (© Mother Nature)
110 114 signatures

Fin de l'action : 14 oct. 2015

Les habitants de la vallée d’Areng offrent un formidable exemple de courage et d’abnégation. Par deux fois ils ont dissuadé des entreprises de construire un barrage au cœur de l’inestimable forêt des Cardamomes. Aujourd’hui, ils font encore appel à notre soutien face au nouveau porteur du désastreux projet, le groupe Powerchina.

Lettre

À Jixiang Fan, PDG de Powerchina

Nous ne voudrons jamais de barrage électrique au cœur de la nature extraordinaire et protégée de la vallée d’Areng au sud-ouest du Cambodge !

Afficher la lettre de pétition

« Nous nous battrons aussi longtemps que le projet de barrage ne sera pas définitivement abandonné ! ». Devant le ministère des mines et de l’énergie du Cambodge, Ven Vorn est très déterminé. Accompagné de cinq représentants autochtones, il s’est rendu à Phnom Penh pour empêcher la destruction de la vallée d’Areng, son foyer ancestral. Le gouvernement cambodgien vient d’octroyer un permis pour la construction du barrage Cheay Areng à Sinohydro Resources, une société majeure du géant chinois de l’électricité Powerchina.

Si le barrage Cheay Areng venait à être construit, 20.000 hectares de forêt tropicales, dont la moitié dans la forêt protégée des Cardamomes, seraient submergés. Ce territoire connu pour son exceptionnelle biodiversité, à l’image des crocodile du Siam, éléphant d'Asie et panthère nébuleuse, est aussi le foyer ancestral de 1500 indigènes Khmers.

Par le passé, la forte mobilisation des populations locales, des activistes de l’ONG Mother Nature et d’un réseau de moines bouddhistes avait convaincu deux entreprises chinoises de se rétracter, les persuadant du caractère non rentable et nocif pour l’environnement du projet. Sauvons la forêt avait à cette occasion organisé une pétition recueillant plus de 90000 signatures.

Aujourd’hui, les actions se multiplient dans la vallée d’Areng : les habitants et militants écologistes bloquent l’accès de la vallée aux employés de Sinohydro, les villageois développent un projet d’éco-tourisme et les moines bouddhistes recensent les arbres géants afin de mieux les protéger.

Faisons preuve d’autant d’abnégation que les habitants de la vallée d’Areng. Mobilisons-nous de nouveau, cette fois-ci en écrivant au groupe Powerchina.

Contexte


Informations supplémentaires (en anglais)

Mother Nature

De nombreux thèmes sont abordés sur le site internet de notre organisation partenaire Mother Nature :
• Actions pour la préservation de la vallée d’Areng  Save the Areng Valley
• Recensement des arbres géants par un groupe de moines bouddhistes  Bless a tree project
• Projet d’écotrourisme des habitants de la vallée d’Areng en collaboration avec l’organisation Mother Nature  The Wild KK Project


Médias

Articles de The Cambodia Daily
•  Areng Valley Group, Villagers to Visit Mines Ministry
Families, Monks Want Chinese Dam Canceled
Koh Kong Villagers Block Road in Effort to Stop Chinese Dam

Articles du Phnom Penh Post
Areng Valley mining may unseat dam
Areng project changes hands again

• Article du New-York Times  Cambodia turns to hydropower, to villagers' alarm

• Article d’Associated Press  China Top Dam Builder, Going Where Others Won’t

• Article de The Global Mail  Can A Few Monks Save the Cardamom Forest?




Samaki Kohn Khmer

L’association à but non lucratif française Samaki Kohn Khmer (SKK) œuvre pour la promotion de la culture cambodgienne et l’aide caritative ainsi que pour la transmission du patrimoine historique et culturel du Cambodge entre les générations. Elle est mobilisée et active pour sauver la vallée d’Areng:

• Article  Sauver la vallée d’Areng
• Article  Samaki Kohn Khmer au workshop « Save Areng Valley » à Phnom Penh

Nous recommandons à toutes les personnes voulant agir pour la préservation de la forêt des Cardamomes de contacter directement SKK: Formulaire de contact


Vidéo: Save the Areng Valley (Samaki)



 

Destinataire de la pétition

En plus de signer la pétition, il vous est possible de contacter directement son destinataire :

M. Fan Jixiang, PDG de Powerchina

Powerchina
No.22, Chegongzhuang West Road
Haidian District
Pékin
République populaire de Chine
Tél : +86 (10) 58368715(anglais)
Fax : +86 (10) 58382745

Courriel : overseas@powerchina.cn

 

Lettre

À Jixiang Fan, PDG de Powerchina

Monsieur Fan,

Votre entreprise Sinohydro Resources projette de réaliser le barrage Cheay Areng dans la chaîne des Cardamomes au sud-ouest du Cambodge. Ce projet implique l’endiguement de la rivière Areng et la submersion de 20 000 hectares de forêt tropicale dont la moitié dans la forêt protégée des Cardamomes.

Vous savez sans aucun doute possible que la vallée d’Areng est l’une des régions du Sud-Est asiatique où la biodiversité est la plus importante. Elle est un habitat pour beaucoup d’espèces animales et végétales menacées de disparition dont l’éléphant d’Asie, le crocodile du Siam, la panthère nébuleuse, le poisson-dragon et le canard à ailes blanche.

La construction du barrage entrainerait en outre l’expulsion forcée de plus de 1500 habitants indigènes de leurs terres ancestrales où ils conservent un mode de vie traditionnel.

Le caractère non adéquat la forêt centrale des Cardamomes pour la production d’énergie hydroélectrique a déjà convaincu deux autres entreprises d’abandonner leurs plans de construction du barrage. En février 2014, la société China Guodian Corporation s’est retirée du projet face à la pression publique et avait mentionné le manque de viabilité économique du projet. Les coûts environnementaux et de construction du barrage hydroélectrique seraient très élevés pour assurer la production de seulement 108 mégawatts. En 2011, une autre entreprise, China Southern Power Grid, s’est retirée du projet après avoir étudié la faisabilité du barrage, déclarant qu’elle était une entreprise responsable et qu’elle était préoccupée par les impacts environnementaux excessifs du barrage.

Sur le site web de Powerchina, vous soulignez que l’harmonie entre les êtres humains et la nature est au cœur de votre philosophie d’affaires, et que vous vous efforcez de créer une synergie entre la croissance des entreprises et le développement humain.

Vous devriez savoir, en tant que société s’étant engagée à respecter les politiques de sauvegarde de la Banque Mondiale, que le barrage Cheay Areng violeraient les politiques interdisant les pertes significatives des habitats protégés. En outre, ce type de projet requiert le consentement libre, préalable et informé des Indigènes de la région avant que les constructions ne débutent. Un tel consentement n’a jamais été donné.

Le nombre de pétitions, lettres et actions menées ces huit dernières années par les habitants de la vallée d’Areng, par la population cambodgienne et par des organisations internationales de protection de l’environnement, témoignent clairement du rejet au niveau mondial de ce barrage qui détruirait à jamais un trésor naturel unique.

Force est de constater que la déclaration de mission de votre entreprise ne vous laisse d’autre possibilité que d’abandonner le projet de barrage dans la vallée d’Areng et de contribuer à la préservation de la forêt tropicale.

En vous remerciant pour votre attention, je vous prie de croire, Monsieur Fan, en l'assurance de ma considération et de ma vigilance citoyenne.