Pepsi : 450 000 t d’huile de palme au prix des forêts tropicales

Une bouteille et une canette de Pepsi-Cola avec en arrière-plan une forêt tropicale en cours de défrichement. PepsiCo se soucie peu de la déforestation tropicale causée par l’huile de palme (© Jay Ullal, Pepsico, Montage: Rettet den Regenwald)
125 617 signatures

Fin de l'action : 28 sept. 2015

La multinationale de l’agroalimentaire PepsiCo participe à la déforestation tropicale en utilisant de grandes quantités d’huile de palme dans ses chips, snacks et autres confiseries. Buveurs de Pepsi, citoyens : faisons pression sur la direction de PepsiCo pour empêcher la destruction des forêts tropicales !

Appel

À Mme Indra Nooyi, PDG de PepsiCo

Le groupe PepsiCo doit agir contre la déforestation en bannissant l’huile de palme de ses produits (chips, snacks, confiseries, …)

Afficher la lettre de pétition

« LIVE FOR NOW ». Le slogan publicitaire de Pepsi « Vivre pour maintenant » résume parfaitement la manière dont le groupe PepsiCo traite la planète, à savoir sans le moindre égard pour le futur.

En 2013, le Réseau d'action pour la forêt tropicale (Rainforest Action Network - RAN) avait appelé les 20 plus grands fabricants mondiaux de snacks à ne plus acheter d’huile de palme “conflictuelle“. Certaines entreprises comme Kellogg’s et Mars ont pris des engagements contre la déforestation. Pepsi non.

Deuxième plus grand fabricant de snacks et de confiseries au monde, le groupe PepsiCo consomme plus de 450 000 tonnes d’huile de palme par an. En Amérique du nord, les rayons des supermarchés sont pleins des produits de PepsiCo contenant de l’huile de palme, comme les chips des marques Frito-Lay.

En France, la multinationale américaine au chiffre d’affaires de 65 milliards de dollars vend essentiellement des boissons sucrées comme le Pepsi-Cola, le 7up ou le Liptonic. Bien que ces produits ne contiennent pas d’huile de palme, leurs consommateurs peuvent néanmoins émettre un signal fort à PepsiCo.

La direction de PepsiCo peut plier si la pression est assez forte : en mars 2014, l'entreprise avait fini par s’engager à prendre des mesures pour prévenir les accaparements de terres dans sa chaîne d’approvisionnement. À l’époque il avait fallu une pétition d’Oxfam signée par 272 000 personnes et des engagements préalables de ses concurrents pour faire réagir PepsiCo.

Le groupe PepsiCo devrait mener une action exemplaire pour empêcher la déforestation. Nous l’encourageons vivement à ne plus utiliser d’huile de palme dans ses produits. Écrivons à la PDG de PepsiCo Indra Nooyi.

Contexte


Informations supplémentaires

• Communiqué d’Oxfam  PepsiCo déclare la « tolérance zéro » des accaparements de terres dans sa chaîne d’approvisionnement
• Articles du Rainforest Action Network (RAN)  1- The Page Pepsi Doesn't Want You To See  ,  2- Tell PepsiCo to Take the Conflict Palm Oil Challenge
• Article de Mongabay  Activists hijack Pepsi's new product launch on Amazon over deforestation
• Dossier du Rainforest Action Network (RAN)  Conflict Palm Oil (How U.S. snack food brands are Contributing to orangutan extinction, climate change and human rights violations)




Destinataire de la pétition

En plus de signer la pétition, il vous est possible de contacter directement sa destinataire :

Mme Indra Krishnamurthy Nooyi, PDG de PepsiCo Incorporated

PepsiCo France
420, rue d'Estienne d'Orves
92705 Colombes Cedex
Tél : +33 (0)1 55 69 90 00
Formulaire de contact

PepsiCo, Inc.
700 Anderson Hill Road
Purchase, NY 10577
Tél : +1 914 253 2000
Fax: +1 914 249 8203
Courriel : pepsicomediarelations@pepsico.com



Lettre

À Mme Indra Nooyi, PDG de PepsiCo

Mme Nooyi,

Je souhaite vous faire part de ma préoccupation sur la provenance de l’huile de palme contenue dans les produits fabriqués par le groupe PepsiCo.

Des entreprises agroalimentaires se sont engagées à ne plus acheter d’huile de palme issue de la déforestation ou de la violation des droits humains. Mais pas PepsiCo. Pourquoi ?

Je vous demande de prendre en compte les souhaits des consommateurs du monde entier qui vous demandent de bannir l’huile de palme de vos produits.

Je vous prie de croire, Mme Nooyi, à l'assurance de ma considération et de ma vigilance citoyenne.