Liberté pour Javier Ramirez ! #LibertadparaJavierRamirez

Javier Ramirez au milieu de la forêt de nuages dans la vallée de l'Intag en Équateur Javier Ramirez est à la fois agriculteur, président de la communauté de Junin et défenseur de la nature (© Javier Ramirez)
78 254 signatures

Fin de l'action : 27 avr. 2015

En Équateur, les habitants de l’Intag luttent depuis des années contre l’exploitation minière dans leurs forêts. L’un d’eux, Javier Ramirez, dont le seul crime est de vouloir préserver la fabuleuse biodiversité et les sources en eau de la région est emprisonné arbitrairement depuis 10 mois. Mobilisons-nous pour obtenir sa libération !

Appel

Aux autorités de l’Equateur

Le seul «crime» de Javier Ramirez est de vouloir sauver les fabuleuses forêts tropicales de l’Intag. Les dirigeants de l’Équateur doivent le faire libérer !

Afficher la lettre de pétition

Le président de l’Equateur Rafael Correa semble près à tout pour faire de son pays un acteur majeur du cuivre au niveau mondial. Il souhaite par exemple mettre en œuvre le projet Llurimagua au nord-ouest de Quito, quitte à sacrifier les forêts de nuages de la Vallée de l’Intag dont la biodiversité est encore à ce jour l’une des plus importante de la planète.

Depuis de longues années, les habitants de l’Intag défendent farouchement leur forêt. Ils redoutent les graves conséquence qu’aurait l’exploitation minière dans la région : déforestation, déplacement des communautés, détournement des cours d’eau, déchets toxiques…

Au lieu d’entendre ces opposants légitimes au projet minier, le gouvernement équatorien préfère essayer de les réduire au silence en les criminalisant. Certains d’entre eux ont été ainsi arrêtés à l’instar du président de la communauté de Junín Javier Ramírez.

Javier Ramirez risque 6 ans de prison lors de son procès le 10 février 2015

Depuis le 10 avril 2014, Javier Ramírez est détenu à la prison d’Ibarra (capitale de la province d’Imbabura) pour « présomption de délit de rébellion contre l’administration publique ». Bien que les accusations lui étant portées sont manifestement fausses, Javier est toujours maintenu en détention. Sauvons la forêt et 140 organisations réclament sa libération.

Pour notre association, le sort de Javier est d’autant plus important que certains de nos activistes le connaissent personnellement suite aux différentes actions menées avec lui sur place en Équateur. Nous connaissons Javier comme un homme bon, un agriculteur paisible souhaitant seulement défendre la nature extraordinaire de son pays et les moyens de subsistance de sa communauté.

Merci de signer notre pétition pour aider Javier à recouvrer la liberté !

Contexte


Informations supplémentaires

En français
• Communiqué de Sauvons la forêt (Salva la Selva) Equateur : détention arbitraire de Javier Ramirez, un des dirigeants d'Intag
• Campagne d’Amnesty international  Des militants écologistes inculpés pour rébellion
• Article d’Equal Times  En Équateur, un conflit minier vieux de vingt ans
• Article de DECOIN publié sur le site d’ALDEAH Depuis Intag. La politique minière de Correa est une tragédie
• Article du Magazine France Amérique Latine Intag, Equateur : « Canton écologique » contre une mine de cuivre à ciel ouvert
• Article du site Andes L’Equateur tire profit des enseignements du Chili sur les mines à grande échelle, indique Rafael Correa
• Rapport du FIDH Exploitation minière à grande échelle en Equateur et violation des droits humains

En espagnol
• Communiqué de Salva la Selva (Sauvons la forêt) A la cárcel por oponerse a la minería en Ecuador
• Blog Cordinadora zonal de Intag
• Article du site biodiversidadla.org Ecuador: sigue el engaño de la minería responsable




Vidéo

Javier nos habla desde Intag - Ibarra, Ecuador




Destinataires de la pétition

En plus de signer la pétition, il vous est possible de contacter directement ses destinataires :

M. Rafaël Correa Delgado, Président de la République de l’Equateur
Gouvernement de la République de l’Equateur

Ambassade de la République de l’Equateur en France
34, avenue de Messine
75008 Paris
Tél : 01 45 61 10 21
Fax : 01 42 56 06 64

Email : eecuparis@mmrree.gov.ec

Lettre

Aux autorités de l’Equateur

Monsieur le Président,
Madame, Monsieur,

La réalisation du projet „Llurimagua“ dans la Province d’Imbabura en Equateur serait une catastrophe pour les communautés locales et pour des forêts possédant encore à ce jour une biodiversité parmi les plus importante de la planète.

Les habitants de l’Intag s’opposent de longue date à l’extraction du cuivre. Par le passé, ils sont déjà parvenus à convaincre deux entreprises transnationales, le groupe japonais Mitsubishi et la société canadienne Ascendant Copper, de se retirer du projet d’exploitation minière.

Premiers touchés, les habitants de l’Intag s’inquiètent légitimement des conséquences d’un tel projet et rejettent majoritairement l’exploitation minière à grande échelle comme modèle de développement. L’Intag est devenue une zone de conflits permanents où les violations aux droits humains sont légion.

Un des faits les plus inquiétant de ce conflit est l’arrestation de monsieur Javier Ramírez Piedra le 10 Avril 2014. Président de la communauté de Junín M. Ramirez Pierre, agriculteur et père, l'opposition au projet minier. Il est accusé de rébellion, sabotage et de terrorisme par Enami-CODELCO et les procureurs. Ces accusations sont fausses. Cependant, une détention préventive. Nous craignons la possibilité que Javier Ramirez être condamné à jusqu'à six ans d'emprisonnement.

Le cas du Président de la communauté de Junín Javier Ramírez Piedra est particulièrement préoccupant. Le 10 avril 2014, monsieur Ramírez a été arrêté, selon toute vraisemblance pour s’être opposé au projet minier. Les entreprises ENAMI et CODELCO ainsi que le procureur accusent cet agriculteur et père de famille de «rébellion», de «sabotage» et même de «terrorisme». Bien que les accusations lui étant portées soient manifestement fausses, Javier Ramírez est toujours emprisonné après plusieurs mois et risque six ans d’emprisonnement.

Je tiens à vous faire part de ma solidarité avec Javier Ramírez et les défenseurs de l’environnement de l’Intag. Je soutiens leurs revendications et vous demande de :

- respecter les droits humains des habitants et protéger l’Intag qui est une des régions à la plus riche biodiversité de la planète

- retirer CODELCO du projet minier Llurimagua et de la région de l’Intag

- rendre sa liberté à Javier Ramírez. Le gouvernement équatorien n’a jusqu’ici donné aucune suite ni même adressé de réponses aux différents courriers lui ayant été adressés à ce sujet.

Dans l’attente de votre réponse que j’espère positive, je vous prie de croire, Monsieur le Président, Madame, Monsieur, à l'assurance de ma haute considération et de ma vigilance citoyenne.


PS : Informations réunies par des organisations de défense des droits humains attestant l’incompatibilité de l’activité minière dans la région de l’Intag :
http://www.inredh.org/index.php?option=com_content&view=article&id=624:resumen-ejecutivo-intag&catid=1:actualidad&Itemid=143