Deutsche Bank, ne financez pas la disparition du tigre du Bengale!

Un tigre du Bengale gueule ouverte montre ses crocs L’unesco alerte aussi sur la destruction de l’habitat du tigre du Bengale (© flickr / erlingfiallos (CC BY 2.0))
72 767 signatures

Fin de l'action : 7 oct. 2015

Les forêts de mangrove des Sundarbans sont le foyer du très menacé tigre du Bengale. Mais le Bangladesh cherche des investisseurs pour construire une méga-centrale à charbon à proximité de ce site classé au Patrimoine mondial. Exhortons la Deutsche Bank à ne pas financer ce projet !

Lettre

Aux dirigeants et au Conseil d’administration de la Deutsche Bank et de toutes les banques concernées par le projet Rampal

Le tigre du Bengale et les mangroves des Sundarbans valent bien plus que du charbon ! Merci de ne pas participer au financement de la méga-centrale de Rampal.

Afficher la lettre de pétition

La région des Sundarbans abrite la forêt de mangrove la plus grande et la plus riche en biodiversité de la planète. Classée sur la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1997, elle est le foyer du tigre royal du Bengale, du daim tacheté, des dauphins du Gange et de l’Irrawady ainsi que de la très menacée tortue fluviale de l’Inde. Les forêts protègent aussi l’intérieur du pays et ses habitants en agissant comme barrière naturelle contre les cyclones, raz de marée et inondations.

Les forêts et ses habitants sont aujourd’hui en grand danger. Le gouvernement du Bangladesh veut construire à seulement 14 kilomètres des Sundarbans une double centrale électrique au charbon de 1320 mégawatts.

Pour les écologistes locaux, la construction de la centrale de Rampal provoquera la destruction des mangroves et par conséquent l’habitat du tigre du Bengale. En service, la centrale réchauffera et contaminera l’eau du fleuve Passur.

500 000 personnes sont concernées par la construction de la centrale de Rampal. Des organisations locales déplorent l’expulsion des populations autochtones et les compensations insuffisantes leur ayant été attribuées. Les pêcheurs redoutent la disparition de leur source de revenu. 

Heureusement, il est encore possible de bloquer ce projet à un milliard d’euros s’il ne trouve pas suffisamment d’investisseurs. Son promoteur, la National Thermal Power Corporation, ferait actuellement le tour des banques internationales pour boucler son financement.

Le Crédit agricole vient de décider de ne pas accorder de crédit pour le projet de centrale de Rampal. Écrivons aux dirigeants de la Deutsche Bank pour les inciter à suivre cet exemple !

 

Contexte


Informations supplémentaires

• Article de l’Observatoire des multinationales Climat : les banques françaises sommées d’« en finir avec le charbon »
• Article de l’Humanité Les banques françaises s’empaleront-elles à Rampal ?
• Article de Rue89 Bordeaux A Bordeaux, l’image des banques noircie par le charbon
• Article de Slate Catastrophe à retardement au Bangladesh
• Rapport des Amis de la Terre Charbon : l'argent sale des banques françaises
• Site de Banktrack Rampal Coal Based Thermal Power Plant
• Site officiel de l’UNESCO Les Sundarbans
• Document de la FAO Les mangroves, richesse méconnue
• Journal du CNRS L’inquiétant recul des mangroves




Destinataires de la pétition

En plus de signer la pétition, il vous est possible de contacter directement ses destinataires :
M. Jürgen Fitschen, co-président de la Deutsche Bank AG
M. Anshu Jain, co-président de la Deutsche Bank AG

Deutsche Bank AG
Taunusanlage 12
60262 Francfort-sur-le-Main
Allemagme
Tél.: +49 69 91000
Fax: +49 69 91034225
Formulaire de contact (en anglais)

Succursale de la Deutsche Bank en France
Deutsche Bank AG
3 avenue de Friedland
75008 Paris
Tél.: +33 1 44 95 64 00
Fax: +33 1 53 75 07 01
Courriel : deutsche.bank@db.com

Lettre

Aux dirigeants et au Conseil d’administration de la Deutsche Bank et de toutes les banques concernées par le projet Rampal

Messieurs Fitschen et Jain,
Madame, Monsieur,

Au Bangladesh, le projet de centrale de Rampal menace de par sa proximité les Sundarbans, un site naturel classé au Patrimoine mondial de l’Unesco. Sa forêt de mangrove, la plus grande de la planète, abrite une biodiversité exceptionnelle dont les très menacés tigres du Bengale et tortues fluviales de l’Inde.

Sur place, les défenseurs de l’environnement alertent sur les conséquences dévastatrices qu’auraient le projet de méga-centrale au charbon pour les forêts de mangrove. Les tigres du Bengale et d’autres espèces rares perdraient leur habitat. De nombreuses espèces de poissons disparaitraient elles aussi.

De leur côté, les défenseurs des droits humains contestent les expulsions forcées des populations autochtones et les compensations insuffisantes leur ayant été attribuées.

Je vous exhorte à ne pas participer au financement de la centrale de Rampal et plus généralement du secteur du charbon.

Je vous prie de croire, Messieurs Fitschen et Jain, Madame, Monsieur, à l'assurance de ma considération et de ma vigilance citoyenne.