26 millions d’hectares de plantations de palmiers à huile déclarées dans le monde. Davantage dans les faits.

L’industrie de l’huile de palme aime vanter les rendements élevés de son produit. Ce dont elle et de nombreux gouvernements parlent moins, par peur de mauvaise publicité, est de la taille concrète de la zone envahie par les monocultures de palmiers à huile aujourd’hui dans le monde. Nous avons compilé les chiffres disponibles. Petit état des lieux.

Il existe deux types de chiffres concernant l’expansion des plantations de palmiers à huile à travers le monde. D’une part, ceux donnés par les gouvernements dans les statistiques officielles, d’autre part, ceux issus de la réalité du terrain.

1- Statistiques officielles

Selon les chiffres officiels, les cultures d’huile de palme s’étendent sur au moins 26 millions d’hectares dans le monde dont 16,4 millions d’hectares pour la seule Indonésie. Le pays d’Asie du Sud-Est est le premier producteur mondial d’huile de palme et un triste précurseur en matière de destruction de la forêt tropicale. La Malaisie suit avec 5,35 millions d’hectares puis la Thaïlande avec 1 million d’hectares.

Le ministère américain de l’agriculture produit régulièrement des rapports et des mises à jour sur l’industrie de l’huile de palme. Nous avons nous avons compilé et additionné les chiffres disponibles (voir la liste intégrale des sources plus bas) dans le tableau ci-dessous.

HUILE DE PALME : CLASSEMENT DES PAYS PAR SUPERFICIE DES PLANTATIONS DÉCLARÉES 

# Pays Source Superficie des plantations

de palmiers à huile

 1   Indonésie        16 380 000 hectares (ha)
 2   Malaisie        5 350 000 ha
 3   Thaïlande        1 000 000 ha
 4   Colombie        500 000 ha
 5   Ghana        385 000 ha
 6   Côte d’Ivoire          355 000 ha
 7   Nigeria        300 000 ha
 8   RDC        285 000 ha
 9   Équateur        237 000 ha
 10   Brésil        185 000 ha
 11   Honduras        182 000 ha
 12   Guatemala        180 000 ha
 13   Cameroun        170 000 ha
 14   Papouasie-Nouvelle-Guinée          153 000 ha
 15   Mexique        90 000 ha
 16   Pérou        80 000 ha
 17   Inde        80 000 ha
 18   Costa Rica        76 000 ha
 19   Phillippines        62 000 ha
 20    Sierra Leone        35 000 ha
 ∑ TOTAL   = 26 087 000 hectares

2- Données de terrain

Dans la réalité, la superficie mondiale des cultures d’huile de palme est beaucoup plus importante. La raison est simple : le ministère américain de l’agriculture utilise uniquement les données et les statistiques officielles publiées par les autorités et gouvernements des pays producteurs. Dans ces données ne sont pas recensées pas les nombreuses monocultures de palmiers à huile établies illégalement. 

La proportion des plantations illégales, qui ne possèdent pas de permis, est particulièrement élevée en Indonésie. Selon les estimations de l’organisation environnementale et sociale Sawit Watch, la superficie totale des plantations de palmiers à huile serait en réalité de 22,2 millions d’hectares en Indonésie. L’organisation appelle pour cette raison à un moratoire immédiat.

Ce chiffre seul porte le total des plantations d’huile de palme dans le monde à environ 32 millions d’hectares, soit une superficie supérieure à celle de l’Italie. Dans de nombreux autres pays, comme la Malaisie, la Thaïlande, la Colombie ou la Sierra Leone, les données publiées par les autorités sont également incomplètes et sujettes à caution.

Des plantations de palmiers à huile vraiment "légales" ?

L’octroi de concessions agricoles, le défrichage et la conversion des terre, qui rendent possible la culture de l’huile de palme, s’accompagnent très souvent de corruption, de conflits fonciers et de violations des droits humains, comme l’expulsion hors des terres ancestrales ou la destruction des moyens de subsistance des  la population. Même si les entreprises d’huile de palme disposent de permis officiels pour leur plantations, la légalité de ces dernières est souvent douteuse.

Par ailleurs, "légal" ne veut pas dire respectueux de l’environnement et socialement acceptable. Les autorités continuent d’accorder des permis de déboisement et des concessions pour la culture d’huile de palme dans des zones forestières et au mépris des Autochtones. Il existe des centaines de conflits fonciers liés aux plantations de palmiers à huile en Indonésie.