Pour la protection du fabuleux écosystème de Leuser !

Résistance des amis du Leuder dans le parc national du Gundung Leuser Nous voulons protéger l’écosystème de Leuser pour les orangs-outans, éléphants, tigres et rhinocéros (© FKL) Forêt tropicale dans le parc national de Leuser Le parc national de Leuser et sa forêt (© FKL) Orang-outan Orangs-outans, éléphants, tigres et rhinocéros vivent ensemble dans le Leuser (© Paul Hilton)

Le Leuser est le seul écosystème au monde abritant à la fois orangs-outans, éléphants, tigres et rhinocéros. Mais son avenir est menacé par l’exploitation forestière, le braconnage, les plantations et la construction de routes. Soutenez les activistes qui, depuis des années, se battent contre une loi qui faciliterait les destructions.

Mises à jour Appel

Au Ministre de l’intérieur d’Indonésie et au Gouverneur et Parlement d’Aceh

“Une loi de la province d’Aceh menace l’écosystème de Leuser. Merci de la réviser. Il en va de la survie des tigres, orangs-outans, éléphants et rhinocéros.”

Afficher la lettre de pétition

L’écosystème de Leuser abrite dans ses forêts marécageuses la plupart des orangs-outans de Sumatra ainsi que la plus grande fleur au monde, de l’espèce Rafflesia.

La biodiversité du site du patrimoine mondial de l’UNESCO est à couper le souffle. Des défenseurs de l’environnement l’estiment parmi les plus importantes aires protégées de la planète et irremplaçable. Son vaste territoire sauvage joue également un rôle crucial au niveau mondial car ses forêts anciennes participent au cycle de l’eau, au stockage du carbone et à la régulation du climat.

En plus de sa valeur écologique inestimable, cet écosystème abrite, nourrit et fournit en eau potable quatre millions de personnes. La préservation de leur culture et de leur mode de vie dépend directement de la sauvegarde de leur environnement.

Cependant, la province autonome d’Aceh, où se trouve la plus grande partie du site de l’Unesco, a adopté une loi d’aménagement du territoire dans laquelle l’écosystème de 26 000 kilomètres carrés n’est pas inscrit comme zone protégée. Si la loi était appliquée en l’état, ce trésor naturel de renommée mondiale sera bradé au plus offrant pour l’exploitation minière, la construction de routes, la production d’huile de palme et de papier. Ce serait un véritable désastre pour la planète, les communautés locales et les animaux.

Des habitants d’Aceh et des activistes ont porté plainte contre la loi sur l’aménagement du territoire en janvier 2016. Si leur plainte a été rejetée, la loi fait désormais l’objet d’une révision, et ils comptent sur cette dernière pour restituer le statut de zone protégée à l’écosystème de Leuser. Ils font appel à notre soutien car le gouvernement d’Aceh a gelé le processus de révision.

Merci de signer dès aujourd’hui notre pétition pour la protection de l’écosystème de Leuser.

Contexte

L’écosystème de Leuser

L’écosystème de Leuser sur l’île de Sumatra est l’une des réserves naturelles les plus vastes et les plus riches d’Indonésie. Il est situé en grande partie dans la province d’Aceh et porte le nom de son point culminant, le mont Leuser (3 404 mètres). Dans la langue locale gayo, « Leusoh » signifie « le dernier paradis sauvage ». Après l’Amazonie brésilienne et la forêt du Zaïre en Afrique, cette jungle de Sumatra est la 3ème plus importante forêt tropicale du monde.

Ce paradis terrestre est composé d’une grande variété de paysages : forêts littorales sur les côtes de l’Océan Indien, forêts alpines, marécages, tourbières, et forêts pluviales qui comptent parmi les dernières forêts primaires d’Indonésie.

Sa faune et sa flore sont d’une rareté et d’une richesse incroyables. Les scientifiques y ont répertorié 8 500 espèces végétales, parmi lesquelles des arbres tropicaux pouvant dépasser 40 mètres de hauteur comme le Shorea bracteolata (appelé Meranti en Indonésie), l’Hopea et le Keruing.

Le biotope de Leuser est surtout connu pour sa faune exceptionnelle : c’est le seul endroit de la Terre où quatre grands mammifères menacés d’extinction cohabitent. L’orang-outan, le rhinocéros, le tigre et l’éléphant y partagent un même territoire. C’est tout simplement la dernière parcelle de forêt d’Asie suffisamment vaste pour servir d’habitat à ces animaux. En plus du tigre de Sumatra, on y trouve six autres espèces de félins, parmi lesquelles la panthère nébuleuse (Neofelis nebulosa), le chat doré d’Asie (Pardofelis temminckii) ou encore le chat marbré (Pardofelis marmorata). D’autres mammifères comme le chien sauvage d’Asie (Cuon alpinus), l’ours malais (Helarctos malayanus) et une espèce de bovidés sauvages (Capricomis sumatrensis) évoluent dans ces forêts. A leurs côtés vivent 385 espèces d’oiseaux et 95 espèces de reptiles et d’amphibiens.

Les réserves locales de faune sauvage créées en 1995 se sont transformées en plusieurs parcs nationaux. Le parc national du Mont Leuser est le plus important, avec une surface d’environ 10 000 kilomètres carrés. En dehors des parcs nationaux, les villages et l’agriculture locale sont autorisés, mais les industries destructrices jusqu’à présent interdites.

La Leuser International Foundation est chargée de la protection de ce site unique. Elle est financée par l’Union Européenne à hauteur de 50,5 millions d’euros.

Les grandes menaces : bois exotique, huile de palme et routes

Les différents programmes de protection mis en place n’ont pas suffi à préserver entièrement la région du mont Leuser. Sur fond de conflit politique, les défenseurs de l’environnement n’ont pas pu empêcher que la nature sauvage disparaisse petit à petit au profit d’exploitations industrielles.

La déforestation a déjà fait des ravages. Selon les estimations d’organisations écologiques locales, plus que la moitié de l’écosystème de Leuser est encore couverte de forêt - dont seulement 5% de forêt primaire.

Comme dans beaucoup d’autres régions d’Indonésie, la déforestation y est en progression constante. Selon des données satellitaires de la NASA exploitées par l’université du Maryland aux Etats-Unis, 300 km2 de forêt ont été détruits entre 2002 et 2008. Entre 2008 et 2013, la surface déboisée a plus que doublé : les dernières forêts tropicales de Sumatra furent amputées de 803 km2 supplémentaires. (Source : Global Forest Watch).

En plus de son impact catastrophique sur le climat, les Hommes et la biodiversité, la déforestation a causé de nombreuses inondations désastreuses dans la province d’Aceh.

La coupe illégale de bois est une des causes principales de ce déboisement massif. Cette pratique dévastatrice n’est pas nouvelle. Durant le conflit politique à Aceh entre 1976 et 2005, l’industrie du bois finançait les deux parties au conflit, à savoir l’armée régulière indonésienne et le mouvement séparatiste « Gerakan Aceh Merdeka » (Mouvement pour un Aceh libre). En 1998, déjà un quart de l’écosystème de Leuser était détruit. Les accords de paix de 2005 furent un succès politique, mais n’ont pas mis fin à la destruction des forêts. La coupe du bois a même massivement augmenté depuis. A l’issue du conflit séparatiste, la province d’Aceh a gagné son autonomie politique, notamment en termes de gestion du territoire.

Les plantations de palmiers à huile se sont développées à plusieurs endroits de l’écosystème de Leuser ces dernières années. Il n’est pas rare que les exploitations appartiennent à des personnalités politiques locales ou à d’anciens combattants séparatistes.

Le projet de construction routière « Ladia Galaska » est également une grave menace pour les forêts de Leuser. Le nouveau plan d’aménagement du territoire d’Aceh prévoit qu’un complexe routier traverse le fragile écosystème, mettant en péril la survie des grands mammifères dont les territoires seraient alors complètement fragmentés.

L’huile de palme : responsabilité internationale

L’huile de palme d’Aceh est vendue sur le marché mondial. Si les cultivateurs de palmiers à huile sont directement impliqués dans la déforestation, les entreprises acheteuses d’huile de palme sont tout aussi responsables.

Sauvons la Forêt est intervenue pour que la responsabilité de l’entreprise PT Kallista Alam, qui a déboisé et brûlé les forêts marécageuses de Tripa pour y exploiter ensuite des palmeraies, soit engagée. La société a été condamnée à une amende historique de 21 millions d’euros pour déforestation. : https://www.regenwald.org/erfolge/5639/indonesien-hohe-strafe-fuer-palmoelfirma-wegen-brandrodung-1

Une étude de l’ONG Greenomics du 6 mai 2015 démontre que l’entreprise Aloer Timur, fournisseuse des multinationales de l’huile de palme Musim Mas et Wilmar International, déboise massivement dans l’écosystème de Leuser. La déforestation dans cette région est une violation de l’« Indonesian Palm Oil Pledge » (IPOP), un engagement signé par les deux sociétés précitées. Depuis la publication de cette étude, aucune des deux multinationales n’a mis fin à ses relations commerciales avec Aloer Timur.

Le plan d’aménagement du territoire d’Aceh

En 2013, le parlement de la province d’Aceh a voté une nouvelle loi qui organise l’occupation du sol (Qanun TW 19, 2013). Ce qui est incroyable dans ce texte, est qu’il ne fait pas la moindre référence à l’écosystème de Leuser en tant que une zone protégée. Cela signifie que des activités destructrices et polluantes comme la construction de routes ou les plantations industrielles pourront s’y développer sans encombre.

Depuis le vote de cette loi, de nombreuses protestations se sont élevées. Des défenseurs de la nature et des citoyens ont manifesté et déposé des recours à Aceh. À Jakarta, le ministère a demandé au gouverneur de la province de réviser la nouvelle planification régionale. Les activistes ont réussi à convaincre l’autorité environnementale et les parlementaires locaux. Mais le processus de révision est en suspens.

Résistance citoyenne et action en justice

Le mouvement de protestation contre la destruction de l’écosystème de Leuser est mené par l’association indigène Jaringan Komunitas Masyarakat Adat Aceh (JKMA), des ONG ainsi que des citoyens indonésiens engagés. Même des organisations internationales s’y joignent en soutien. Pourtant le gouvernement d’Aceh reste sourd aux revendications.

WALHI (Les Amis de la Terre Indonésie) et le rassemblement Gerakan Rakyat Aceh Menggugat (GerAM) ont entamé des procédures judiciaires pour obtenir la révision du plan d’aménagement de la province d’Aceh, car certaines zones de l’écosystème de Leuser n’y sont pas désignées comme zones protégées. Il s’agit notamment de la région forestière de Tripa où survit une espèce particulière d’orang-outan.

Les contributions et suggestions de la population ainsi que les lois nationales sont ont  été ignorées jusqu’ici. Aucun progrès n’est en vue, malgré les nombreuses consultations et promesses des politiciens. Réviser la loi sur l’aménagement du territoire n’est pas une priorité à Aceh. « Il y a des intérêts économiques derrière tout ça », affirment les écologistes. 


 Sources et informations supplémentaires


Destinataires de la pétition

En plus de signer la pétition, il vous est possible de contacter directement ses destinataires :

  • M. Tito Karnavian, Ministre de l’intérieur de la République d’Indonésie
  • M. Nova Iriansyah, Gouverneur de la province d’Aceh
  • Parlement de la province d’Aceh

Ambassade de la République d’Indonésie
47/49, rue Cortambert
75116 Paris
Tél : +33 1 45 03 07 60
Fax : +33 1 45 04 50 32
Courriel : komparis@amb-indonesie.fr

Lettre

Au Ministre de l’intérieur d’Indonésie et au Gouverneur et Parlement d’Aceh

Monsieur le Ministre,
Monsieur le Gouverneur,
Madame, Monsieur,

L’écosystème de Leuser est un trésor unique d’une importance mondiale. Il n’y a qu’ici que des tigres, rhinocéros, éléphants et orangs-outans, tous menacés d’extinction, partagent un même habitat. Des millions de personnes vivent des produits de la pêche et de la forêt, ainsi que de l’eau potable de l’écosystème de Leuser.

Pourtant cet écosystème est gravement compromis par la déforestation et les plantations. Des routes sont construites au beau milieu de la réserve, et des mines sont exploitées à plusieurs endroits. Suite à ces activités destructrices, l’entière population d’Aceh a souffert d’inondations et de glissements de terrain catastrophiques.

Un nouveau danger menace aujourd’hui l’écosystème de Leuser. Dans son plan d’aménagement du territoire jusqu’en 2033, le gouvernement de la province d’Aceh prive de nombreuses parcelles de leur statut protégé.

Ceci va à l’encontre du droit indonésien (loi 26/2007 sur l’aménagement du territoire et loi 11/2006 sur la gouvernance d’Aceh). Bien que le Ministre de l’intérieur Tjahjo Kumolo ait ordonné que la loi soit révisée, elle a jusqu’à présent été maintenue.

Par préoccupation pour leur milieu de vie, les défenseurs de l’environnement veulent que le Gouverneur d’Aceh soit légalement contraint de garantir la protection de l’écosystème de Leuser.

Nous vous invitons à défendre fermement le retrait de la loi d’aménagement du territoire et à vous engager pour une protection effective de l’écosystème de Leuser. Nous vous demandons de protéger les Hommes, les animaux, la forêt et la nature !

Nous vous prions de croire, Monsieur le Ministre, Monsieur le Gouverneur, Madame, Monsieur, à l’assurance de notre considération et de notre vigilance citoyenne.

Mises à jour

Cette pétition est également disponible en :

340 297 signatures

Aidez-nous à atteindre les 350 000 signatures :

Dernières activités