Terreur et expulsions pour l'huile de palme à Sumatra

Une autochtone Suku Anak Dalam de profil au milieu des habitations détruites. Scène de dévastation dans un lotissement du peuple Suku Anak Dalam dans la province de Jambi (© Feri Irawan)
76 957 signatures

Fin de l'action : 17 oct. 2014

La demande croissante en huile de palme a des conséquences toujours plus violentes pour les autochtones. En Indonésie, 1500 hommes armés ont démoli quatre lotissements et expulsé de force ses habitants non disposés à céder leurs terres à l’entreprise Asiatic Persada. L’UE doit agir pour arrêter les importations d’huile de palme.

Mises à jour Appel

Union européenne, Gouvernements des États membres de l’UE, Neste Oil

Les gouvernements de l’UE doivent mettre fin aux mesures d’incorporation obligatoire des agrocarburants et aux importations des huiles tropicales

Afficher la lettre de pétition

« Le 11 décembre au matin, des hommes ont forcé ma porte » raconte Basron, un habitant de 41 ans du lotissement de Pinang Tinggi, qui s’est retrouvé sans défenses face à une troupe armée de soldats, de policiers, de casseurs et d’employés de l’entreprise d’huile de palme PT Asiatic Persada.

L‘un des assaillant hurla : « Toutes les maisons doivent être évacuées sur le champ. Elles seront brûlées aujourd’hui ». Un peu plus tard, Basron regardait impuissant un bulldozer démolir sa maison.

Au total, 1500 hommes ont sévit dans la province indonésienne de Jambi en expulsant des autochtones désarmés et en détruisant leurs maisons. Au moins 296 habitations dans 4 lotissements ont été pillées début décembre 2013.

L’entreprise Asiatic Persada persécute les populations autochtones depuis près de trente ans : en 1986, elle a commencé à défricher leurs forêts tropicales pour les convertir en plantations. Mais les habitants ne sont jamais laissés faire... jusqu‘à cette attaque odieuse.

La politique de l’UE de soutien aux agrocarburants exacerbe la déforestation tropicale pour la mise en place de nouvelles cultures d’huile de palme. Pour satisfaire la demande croissante en “biocarburants“ (qui n’ont de bio que le nom), les importations d’huile de palme vers l’Europe explosent : 2,5 millions de tonnes ont été importées lors du premier semestre 2013, soit une augmentation de 63% par rapport à la même période l’année précédente.

L’entreprise publique finlandaise Neste Oil, est le plus important producteur de biodiesel à base d’huile de palme en Europe.

Suite : Neste Oil et Wilmar, liens...

Exhortons l’UE et les gouvernements de ses pays membres à mettre fin aux mesures d’incorporation obligatoire des agrocarburants et à stopper les importations des huiles tropicales.

Contexte


Neste Oil et Wilmar

Neste Oil est le plus grand producteur européen de biodiesel à base d'huile de palme. Détenu majoritairement par l’État finlandais (51%), Neste Oil approvisionne le marché européen en biodiesel grâce à ses raffineries de Rotterdam et de Singapour. Avec une production annuelle de 1 milliard de litres, ce sont les plus grandes raffineries de biodiesel au monde.

Plus de la moitié de l’huile de palme utilisée par Neste Oil est fournie par Wimar International, une entreprise agroalimentaire cotée à la bourse de Singapour et active notamment dans la culture, la transformation et la commercialisation de l’huile de palme ainsi que dans la fabrication de biodiesel. Certifiée par la RSPO, Wilmar était propriétaire de l’entreprise d’huile de palme PT Asiatic Persada (basée dans la province de Jambi à Sumatra) jusqu’au printemps dernier. Mais il l’a vendu à Ganda, un groupe qui appartient au frère de Martua Sitorus, le fondateur de Wilmar, et qui vend son huile de palme à… Wilmar.




Informations supplémentaires

en français
• Article de Forest Peoples Programme  Indonésie : le géant de l’huile de palme, Wilmar, abandonne encore une fois les communautés locales et met leur avenir en péril
• Dossier des Amis de la Terre International  Wilmar International et ses financiers - Engagements et contradictions
• Blog Vivre sans huile de palme  RSPO ou la mauvaise blague du durable
• Article du Figaro  La pire des entreprises produit du diesel à l'huile de palme
• Page d’information de Sauvons la forêt  Huile de palme

en anglais
• Article de Mongabay  Indonesian palm oil company demolishes homes and evicts villagers in week-long raid
• Déclaration du réseau indonésien WALHI pour la protection de l'environnement  Wilmar’s No Deforestation policy tested by latest abuses by PT Asiatic Persada



 

Lettre

Union européenne, Gouvernements des États membres de l’UE, Neste Oil

Madame, Monsieur,

Notre demande croissante en huile de palme pour le biodiesel détruit toujours plus de forêts tropicales et de vies humaines. Un énième cas à déplorer date du début du mois de décembre 2013, lorsque 1500 hommes armés - des employés de l’entreprise d’huile de palme Asiatic Persada, des policiers et des soldats - ont lancé plusieurs attaques contre quatre lotissements habités par des populations autochtones dans la province indonésienne de Jambi à Sumatra.

Ces hommes armés ont détruit 300 habitations et expulsé brutalement hommes, femmes et enfants. La raison : l’entreprise PT Asiatic Persada, malgré les multiples injonctions des autorités, refuse de restituer au peuple autochtone Suku Anak Dalam les terres qu’elle lui avait accaparé et défriché.

Par leur politique de soutien aux agrocarburants, l’Union européenne et les États membres exacerbent l’accaparement des terres et la déforestation tropicale. L’huile de palme étant l’huile végétale la moins chère sur le marché mondial, les producteurs européens de biodiesel, dont le premier d’entre eux l’entreprise publique finlandaise Neste Oil, l’utilisent toujours plus.

À cause de l’augmentation des taux d’incorporation obligatoire de biocarburants, les importations d’huile de palme en provenance des régions tropicales ne cessent de progresser : 2,5 millions de tonnes d’huile de palme ont été importées lors du premier semestre 2013, ce qui représente une augmentation de 63% par rapport à la même période de l’année précédente.

Je demande à l’Union européenne et aux gouvernements de ses États membres de mettre fin aux mesures d’incorporation obligatoire des biocarburants et de stopper totalement les importations d’huiles végétales en provenance des régions tropicales.

Je vous prie de croire, Madame, Monsieur, en l'assurance de ma considération et de ma vigilance citoyenne.

Mises à jour