Stop aux arbres transgéniques !

Des arbres au fin tronc alignés en rang et régulièrement à perte de vue dans une monoculture industrielle au Brésil Maximisation des profits au prix de l’homme et de la nature : plantation industrielle d’eucalyptus au Brésil
103 748 signatures

Fin de l'action : 6 mai 2015

Le gouvernement du Brésil envisage d’autoriser la culture d’eucalyptus génétiquement modifiés dans les plantations industrielles géantes du pays. Sur place, paysans et écologistes luttent pour empêcher cette nouvelle catastrophe environnementale. Joignons-nous à leur action en écrivant aux autorités brésiliennes !

Lettre

Au gouvernement brésilien

La culture d’arbres transgéniques ne doit pas être autorisée ! Celle-ci empirerait les impacts des plantations industrielles sur l’homme et sur la nature.

Afficher la lettre de pétition

Brésil, 5 Mars 2015 - Dans l'Etat de Sao Paulo, près de mille manifestantes du Mouvement des sans-terre envahissent les locaux de la société FuturaGene et détruisent des milliers de plants d’eucalyptus génétiquement modifiés.

Au même moment dans la capitale Brasilia, trois cents paysans du mouvement Via Campesina empêchent la présentation de cette nouvelle espèce d’arbre transgénique par le groupe Suzano devant la Commission nationale de biosécurité (CTNBio), un organisme relevant du ministère de la Science, de la Technologie et de l’Innovation.

Cette action coordonnée auprès du géant papetier brésilien Suzano et de sa filiale israélienne spécialisée en biotechnologie FuturaGene avait pour but d’alerter les autorités brésiliennes et l’opinion publique sur les impacts environnementaux et humains désastreux qu’auraient la culture d’arbres OGM.

Empêchons la culture d’eucalyptus transgéniques au Brésil !

À l’heure actuelle, les eucalyptus sont abattus au bout de sept ans dans les plantations industrielles. Les arbres transgéniques à croissance accélérée pourraient être coupés au bout de quatre années, mais au prix d’une consommation en eau fortement accrue. Celle-ci atteint déjà jusqu’à 30 litres par arbre et par jour.

Les monocultures industrielles d'eucalyptus occupent plus de cinq millions d'hectares de terres au Brésil. Par leur énorme consommation en eau, elles causent l’appauvrissement des sols et des nappes phréatiques. Rares sont les plantes et animaux qui peuvent y vivre.

Informations supplémentaires >>>

La CTNBio doit bientôt décider de l’autorisation de la culture d’eucalyptus génétiquement modifiés de FuturaGene.

Soutenons l’action des mouvements paysans brésiliens en demandant à leur gouvernement d’interdire la culture d’arbres transgéniques.

Contexte


Informations supplémentaires

En français
• Article de Basta!  Des eucalyptus OGM pour remplacer les forêts originelles ?
• Article de Metro  Brésil : des paysannes détruisent des milliers de plants d’eucalyptus transgéniques
• Article de RSE Magazine  Le Brésil, à la pointe du transgénique
• Article de Courrier international  Des arbres OGM dans votre moteur

Autres langues

• Article et action du World Rainforest Movement (WRM)  URGENT: GE Eucalyptus to be approved in Brazil
• Article du Brasil de Fato  Com protesto de centenas de camponesas, CTNBio adia decisão sobre eucalipto transgênico
• Communiqué de presse du Mouvement des sans-terre (MST)  Após ocupação na Suzano, camponeses ocupam prédio da CTNBio



Vidéo

Mulheres contra o eucalipto transgênico!




Destinataires de la pétition

En plus de signer la pétition, il vous est possible de contacter directement  ses destinataires :

Gouvernement de la République fédérative du Brésil

M. Aldo Rebelo, Ministre de la Science, de la Technologie et de l’Innovation de la République fédérative du Brésil

Membres de la Commission nationale de biosécurité (CTNBio)

Mme Maria Lucia Zaidan Zagli, Présidente de la Commission nationale de biosécurité

Ambassade du Brésil à Paris
34, cours Albert 1er
75008 Paris
Tél : +33 (0)1 45 61 63 00

Courriel : ambassade@bresil.org

 

Lettre

Au gouvernement brésilien

Madame, Monsieur,

Je vous exhorte à rejeter la demande d’autorisation de culture en plein champ d’eucalyptus génétiquement modifiés déposée par la société FuturaGene.

Les monocultures industrielles d'eucalyptus occupent déjà une superficie de cinq millions d'hectares au Brésil. Elles ont évincé les écosystèmes naturels et les populations humaines. Ces plantations n’offrent aucune forme d'habitat à la faune et à la flore.

Les arbres transgéniques à croissance accélérée ne feront qu’empirer les problèmes existants : ils consommeront encore plus d’eau et exacerberont la stérilité des sols. Le Brésil souffre actuellement d’une grave sécheresse qui a contraint au rationnement de l’eau. Dans ces conditions, l’augmentation de la consommation d’eau provoquée par les arbres génétiquement modifiés serait une catastrophe.

Ces arbres transgéniques pourraient aussi mettre en danger les abeilles et la production de miel au Brésil. La contamination par le pollen des arbres OGM pourrait rendre le miel invendable et menacer les moyens de subsistance d’un demi-million d’apiculteurs.

À mes yeux, la protection de la nature et le bien-être de la population brésilienne prévalent sur les intérêts commerciaux d'une seule société. Je vous encourage en conséquence à interdire la culture d’arbres transgéniques au Brésil.

Je vous prie de croire, Madame, Monsieur, à l'assurance de ma considération et de ma vigilance citoyenne.

La forêt tropicale en 5 minutes

La forêt tropicale est l'habitat naturel ayant la plus grande biodiversité au monde. Mais elle est gravement menacée. Chaque année elle perd environ 150.000 kilomètres carrés, soit plus de 40 terrains de football par minute ! 
Les arbres géants sont abattus pour l'industrie du bois et des meubles, ou pour faire place à des plantations immenses de palmiers à huile, de canne à sucre et de soja. Le poumon vert de la Terre disparait aussi à cause des mones d'or et de cuivre, de l'extraction de pétrole et des barrages électriques. Les conséquences sont dévastatrices :

•   Environ la moitié des espèces animales et végétales vivent dans les forêts tropicales. Orang-outans, tigres et toucans ont besoin de la forêt pour survivre. A cause de la déforestation, 150 espèces disparaissent chaque jour. 
•   60 millions d'autochtones vivent dans et de la forêt pluviale. Ils utilisent ses ressources sans la détruire. Mais ils sont de plus en plus souvent expulsés et menacés. 
•   Les forêts pluviales sont essentielles pour la stabilité du climat et la conservation des sols. Leur destruction aboutit à encore plus d'émissions de CO2 dans l'atmosphère, d'inondations et de glissements de terrains.

Telle est la réalité. Nous ne pourrons préserver les dernières forêts tropicales qu'avec votre aide !

Plus d'informations